Ce que dit un graphique et ce qu’on en dit

Je regardais hier soir d’un oeil un peu distrait le journal télévisé de David Pujadas sur France 2, quand une image fugace, à peine entrevue déjà disparue, a attrapé mon regard, presque contre mon gré : un graphique avait présenté, pendant 13 secondes, la diminution spectaculaire des taux directeurs de la Banque centrale européenne qui venait d’être annoncée. Et ce fut trop rapide pour que je puisse immédiatement comprendre ce qui n’allait pas, mais pas assez cependant pour ne pas s’en apercevoir : quelque chose clochait dans ce graphique… L’objectif de ce carnet est bien de mettre en valeur les façons de « bien » utiliser les méthodes quantitatives en sciences sociales, mais de temps en temps, quand l’occasion s’en présente, on peut y arriver aussi en pointant quelques façons de « mal » les utiliser : essayons donc de comprendre ce qui cloche ici…

D’abord, pour en avoir le coeur net, il fallait retrouver ce graphique furtif. Ce n’est pas très compliqué : les journaux télévisés de France 2 peuvent être regardés en ligne sur le site internet de la chaîne, quelques minutes après la fin de leur diffusion, et ils y restent ensuite une semaine, à cette adresse : http://jt.france2.fr.  Et le journal de 20 heures du jeudi 4 décembre 2008 figure à cette adresse : http://jt.france2.fr/player/20h/index-fr.php?jt=20081204.

Mon graphique se trouve à la toute fin (12’03 ») du long développement du premier titre, consacré au « plan de relance de Nicolas Sarkozy », et j’ai pu le copier avec le petit logiciel gratuit Fraps, qui permet de réaliser des captures d’écran dans des vidéos.  Le voici donc :

Tandis qu’il restait affiché à l’écran pendant ces treize secondes, David Pujadas en faisait le commentaire suivant : « Voilà ce qu’on pouvait dire sur ce plan de relance et son contexte. Notez que dans le même temps Jean-Claude Trichet a annoncé que la Banque centrale européenne diminue son principal taux d’intérêt de trois quarts de point, à deux et demi pourcents. C’est la troisième baisse en trois mois et son ampleur est inédite depuis la création de l’Euro. Pour les non initiés, il faut savoir qu’une diminution des taux d’intérêt signifie que le prix de l’argent, c’est-à-dire du crédit, sera moins cher« .

Alors, voyez-vous ce qui cloche ?… C’est l’échelle verticale du graphique qui est bizarre : 2,50% c’est plus de la moitié de 4,25%, mais sur ce graphique, on dirait que la barre correspondant à 2,50% fait à peine le tiers de la hauteur de celle correspondant donc à 4,25%. On peut en avoir le coeur net en superposant à ce graphique, le graphique « correct » qu’on pourrait réaliser avec ces quatre valeurs (4,25%, 3,75%, 3,25% et 2,50%). Cela donnerait ceci :

Vous voyez la différence ? La diminution a l’air beaucoup plus spectaculaire sur le graphique de France 2 que sur le mien, représenté ici en contours blancs. Il est très probable que c’est d’ailleurs l’effet qui a été recherché : on a sûrement voulu ainsi souligner par la représentation graphique le caractère « inédit » de l’ampleur de la baisse, ou pour paraphraser Jean-Claude Passeron [1], on a sûrement voulu que le graphique dise ce que Pujadas en dit… Ce serait évidemment faire preuve d’une paranoïa déplacée, que de considérer que la télévision publique, dont le Président sera d’ailleurs bientôt directement nommé par le Premier Ministre, a ainsi voulu faire croire que si l’on prolonge l’histogramme, dans quelque jours, un mois au pire, le crédit est gratuit, et que le bon peuple peut donc se précipiter sans crainte dans les magasins pour Noël, et y dépenser allègrement l’argent qu’il n’a pas. Mais comme le disait tout à l’heure à la radio Christophe Crémer, le PDG de meilleurtaux.com, « Le prix de l’argent baisse, c’est formidable, les gens vont pouvoir reprendre des crédits, et donc gagner du pouvoir d’achat« … Alléluïa !

Mais je m’égare. Revenons aux questions de méthode : la technique pour obtenir ce genre d’effet de « zoom » qui magnifie les petites variations est très simple, elle consiste à utiliser un axe des ordonnées dont l’origine n’est pas à 0, mais à une valeur supérieure, de telle manière que l’intervalle représenté par la même longueur en soit raccourci d’autant… Mais c’est ici qu’à la (gentille) manipulation, l’infographiste anonyme de France 2 ajoute vraisemblablement l’incompétence méthodologique… Voici en effet le graphique avec l’échelle des ordonnées (de 2.0 à 4.5%) qui permettrait d’ajuster correctement à la fois la représentation graphique de la valeur initiale de la période (4,25%) et celle de la valeur finale (2,5%) :

Comme vous pouvez le voir, ça ne colle toujours pas : les valeurs intermédiaires ne sont pas ajustées à cette nouvelle échelle. Et vous pouvez tourner le problème dans tous les sens, vous ne parviendrez pas à trouver une échelle qui s’ajuste correctement à toutes les barres de cet histogramme… Même une échelle logarithmique, qui sert habituellement à visualiser l’importance des variations relatives (par exemple, les variations d’une population, ou de revenus) et donc ne s’impose guère ici, ne pourrait donner ce genre de résultats. Il est donc probable que ce graphique a été bidouillé un peu au hasard pour obtenir un effet de grossissement de la diminution, et que quelqu’un à France 2 a passé plus de temps a essayé d’incruster le symbole de l’euro avec ses petites étoiles dans ce magnifique fond bleu, que d’élaborer une échelle correcte pour l’axe des ordonnées…

Essayons donc tout de même d’en tirer quelques leçons de « bonne conduite » dans la représentation graphique des variations :

1. Choisissez une échelle , de préférence prenant 0 comme valeur d’origine, et respectez-la.

2. Graduez l’échelle et faites figurer les valeurs correspondantes en face des graduations.

Et pour le reste, bien sûr, vous pourrez très légitimement m’objecter que ce ne sont finalement que 13 petites secondes dans une demie heure de journal télévisée, et que le péché est véniel. Certes… mais ces 13 secondes sèment un doute dans mon esprit : j’ai vu l’arrangement avec les faits et leur représentation dans ce tout petit domaine où j’ai quelques compétences, mais pour tout le reste, dont on me parle au journal, je n’ai aucune compétence particulière, donc je fais confiance aux journalistes… Je n’y pas connais pas grand-chose aux plans de relance du Président, aux relations du Président avec la Chine, aux effets de la suppression par le Président de la publicité sur les chaînes publiques… Et je veux bien croire que l’Opus Dei n’est pas une secte, que le prix de l’essence va baisser en Guyane, qu’on lutte activement contre la pollution des eaux par les médicaments, que le Téléthon va tous nous sauver… Et il ne fait aucun doute dans mon esprit que Lance Armstrong ne s’est jamais dopé… Ou bien ?… A moins que ?… Non, bien sûr, il ne faut pas s’inquiéter… Seulement 13 secondes…

 

Pour aller plus loin

Pour celles et ceux que le doute aurait aussi envahi l’espace d’un instant, je ne peux que suggérer d’aller visiter le site internet de l’association Pénombre, qui se donne pour objectif d’offrir « un espace de réflexions et d’échanges sur l’usage du nombre dans le débat public ». Comme ils le disent eux-mêmes : « L’attention se porte sur la qualité des informations chiffrées et les enjeux de l’usage qui en est fait. Pénombre cherche à relier les questions de méthode et de présentation, le pain quotidien des producteurs de données, avec les enjeux politiques et sociaux du recours à l’information chiffrée, qui concernent les « utilisateurs » de chiffres. Il s’agit d’alerter sur des difficultés méconnues, voire des contresens. D’un domaine à un autre, les mêmes constats, les mêmes interrogations permettent des échanges fructueux. On n’a pas toujours la solution, mais on se sent moins seul. » C’est le cas de le dire, et vous verrez, à travers les innombrables exemples collectionnés par les membres de l’association depuis des années, que ce ne sont pas « seulement 13 secondes »…

Quant à celles et ceux qui préfèrent un bon livre, ils pourront se plonger dans celui de Joseph Klatzmann, Attention, statistiques ! (la Découverte, 1996), ou bien dans celui, que je viens de recevoir et dont je parlerai bientôt, de Corinne Eyraud, Les données chiffrées en sciences sociales. Du matériau brut à la connaissance des phénomènes sociaux (Armand Colin, coll. « Cursus », 2008), et qu’on pourrait essayer (on peut rêver) de faire lire dans les écoles de journalisme et d’infographie…

 

Notes

[1] PASSERON Jean-Claude, « Ce que dit un tableau et ce qu’on en dit : remarques sur le langage des variables et l’interprétation dans les sciences sociales », Communication,  Actes de la Journée d’études de 1982 Sociologie et statistique, Paris: S.F.S./I.N.S.E.E., 1986, p. 13-33, repris in Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991, pp. 111-133.

 


10 réflexions au sujet de « Ce que dit un graphique et ce qu’on en dit »

  1. Merci de cette démonstration et félicitations pour avoir « eu l’oeil » pendant les 13 secondes importantes.
    Merci aussi pour les liens dans l’article permettant « d’aller plus loin »
    Louis Mollaret

  2. C’est vrai que le graphique affiché sur l’écran de France 2 n’est pas formellement exact.
    Mais en matière de taux d’intèrêt ce qui est important n’est pas le taux nominal mais le taux réel = taux nominal – inflation. Avec un taux d’inflation d’environ 2 % le nouveau taux directeur de la BCE (2.5 %) correspond à un taux réel de 0.5 % exactement ce que semble montrer le graphique de France 2 dont l’échelle des ordonnées semble démarrer à 2 % et non à 0 %.
    Le graphique de France 2 est certainement « inexact » pour les mathématiques mais il semble « juste » pour la finance. Est-ce ce que l’infographiste de France 2 a voulu montrer ? Sans doute que non mais le message était-il si tendancieux que cela ?

  3. Impressionnant,le pire c’est que je n’ai pas compris .
    La seule solution,je n’écoute plus les infos télé,et de moins en moins france inter.
    Je lis les journaux.

  4. Moi, ce qui m’a choqué d’emblée dans ce graphique, ce n’est pas l’erreur manifeste d’échelle mais le rapport de volume complètement aberrant.
    En effet, « l’énorme » taux 4,25% parait monstrueux en surface (dans vos corrections, il prend l’espace de 3 colonnes) comparé au « ridicule » taux de 2,5 %

    Visuellement, l’effort de la BCE est gigantesque. Surtout que je n’ai pas d’explication pour montrer le taux de juill 08 sur 3 colonnes et celui de Nov 08 sur 1. Je n’ai pas fait le rapport de surface, mais l’erreur est sans aucun beaucoup plus gigantesque que l’erreur d’hauteur de colonne.

    Je m’étonne que vous ne l’ayez pas mentionné dans votre article alors que l’impact visuel et psychologique me semble beaucoup plus évident que l’erreur d’échelle. Cela dit, les 2 erreurs vont dans le même sens. Faut-il s’en étonner ?

    En tout cas, merci d’avoir remarqué cette grostesque manipulation

    Bien vu et bien à vous

  5. Je vous conseille le très bon livre petit cours d’autodéfense intellectuelle que Normand Baillargeon a écrit sur le sujet.

  6. L’échelle de l’axe des abscisses est correcte, il me semble : les graduations visibles correspondent à des quinzaines, il me semble, et il faut donc en déduire que le taux de 4,25% était en vigueur de début juillet à début septembre. Ce qui est discutable en revanche, c’est de représenter la stabilité du taux directeur de la BCE pendant l’été par une surface, alors qu’il aurait fallu les représenter par des barres d’histogramme disjointes. Ou mieux encore, pour ne pas induire que l’information est dans la surface, par une courbe plutôt que par un histogramme…

  7. Article intéressant soulignant les approximations journalistiques. Celles-ce sont légion et de l’erreur d’approximation à la manipulation le pas est vite franchi. Pour cela il suffit de leur donner (aux journalistes) la mauvaise information ou une information biaisée suffisament finement pour que ca ne se voit pas.

  8. Pourquoi voyez vous de la manipulation là où il n’y a que de l’incompétence ?

    Qui, dans la population générale, saurait construire ce type de graphique correctement ?

    Pas grand monde de ma connaissance…

    C’est tout à fait regrettable, bien sûr, mais il est à peine surprenant que le stagiaire en charge des infographies chez France2 ait plus idée de comment choisir la transparence du graphique pour laisser apparaître le magnifique fond plutôt que de la façon dont doit se comporter un graphique de tendance.

    Merci en tous cas du coup d’oeil : c’est bien vu. Et la conclusion sur le fond dont est fait l’info qu’on nous sert est pertinente. Temps de cerveau disponible ?

  9. Disons alors qu’en l’espèce l’incompétence est fonctionnelle, au moins qu’elle ne dessert pas certaines intentions. Quant à la la distribution de ce type de compétences dans la population générale, je ne serais pas (pour l’instant) aussi pessimiste que vous : pour avoir enseigné quelques années quand même les sciences économiques et sociales au lycée, je peux garantir qu’elle est – était – commune chez les élèves de cette filière. C’est bien pour cela – et c’est un autre aspect de la même question, celle de la culture économique et sociale commune – que la réforme de l’enseignement secondaire envisagée par Xavier Darcos est extrêmement inquiétante. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le site de l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales : http://www.apses.org.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *