La statistique contre la société ?

La suite dans les idées, la très bonne émission de Sylvain Bourmeau diffusée sur France Culture le mardi de 11h à midi, recevait François Dubet il y a quelques jours (émission du 21 avril 2009), autour de son récent livre, Le travail des sociétés (Seuil). Au détour d’une discussion passionnante sur les transformations et le déclin de l’idée de société et des approches sociologiques qui ont pu s’y arrimer, empreinte parfois chez François Dubet d’une rassurante nostalgie (il ne semble pas pouvoir se résoudre à laisser les clés du « travail des sociétés » entre les mains de Beck et Honneth), il s’est agi un instant de statistiques.

Ce fut court, mais cela mérite l’attention, aussi je me permets de soumettre à votre réflexion la transcription de la réflexion de François Dubet à propos des effets des développements des outils statistiques sur les ambitions des théories généralisantes en sociologie :

 « Je suis très frappé par le fait que la sophistication des outils statistiques a fortement contribué à détruire cette représentation de la société. Je veux dire que quand vous avez une statistique relativement grossière – il y a des classes sociales, il y a des urbains, il y a des paysans -, le monde est à peu près clair comme dans un manuel de sociologie. Quand vous faites entrer des statistiques de plus en plus sophistiquées, que vous remplacez – c’est un peu technique – la simple corrélation par l’analyse de régression, etc., tout ce monde-là vous explose à la figure, et d’une certaine façon, la sociologie fabrique le miroir dans lequel on va se reconnaître. Si je prends par exemple le cas de l’école, très longtemps on a pensé que l’école était une machine déterminée par des règles antérieures à elle-même, et qu’elle reproduisait, parce que la statistique au fond disait ça. Et puis quand la statistique scolaire s’est sophistiquée, il est apparu que l’école faisait une grande partie du boulot elle-même, et que d’une certaine manière, les inputs sociaux étaient très largement refabriqués, re-neutralisés, etc. Et on peut même aujourd’hui s’intéresser aux outputs, c’est-à-dire aux effets des inégalités scolaires sur les inégalités sociales, ce qui est un problème que la statistique ne permettait pas véritablement d’envisager. Donc vous avez d’une certaine façon un effet des outil qui a largement contribué à défaire les croyances sur lesquelles la plupart des sociologues raisonnaient. »

L’émission est encore écoutable sur le site de France Culture (mais je ne sais pas pour combien de temps), à l’adresse suivante :

http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture/SUITE_IDEES/SUITE_IDEES20090421.ram

Nous aurons l’occasion de revenir plus tard ici sur les débats autour de la modélisation statistique en sciences sociales, seulement effleurés dans le propos de François Dubet… En attendant, je termine simplement en pointant vers le livre de François Dubet, mais aussi vers celui de Christian Baudelot et Roger Establet, paru ces derniers jours, qui permet d’explorer plus avant ces questions, justement en sociologie de l’éducation :

François Dubet, Le travail des sociétés, (Seuil, 2009)

Christian Baudelot et Roger Establet, L’élitisme républicain. L’école française à l’épreuve des comparaisons internationales (Seuil, coll. « La République des idées », 2009)

Bonnes lectures !

 

 


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. L’émission peut se « podcaster »jusqu’à mardi prochain où elle sera remplacée par la suivante.

    Lien ici : http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_16260.xml

    Elle sera en écoute ensuite pendant un mois.

  2. Merci de relayer ces propos de Dubet. J’ajouterai un point au débat : la manière dont d’autres mondes sociaux, d’autres professions utilisent et ont utilisé les statistiques. Car leur usage n’est pas anodin non plus. Je termine une thèse sur les publicitaire et je consacre justement un chapitre à l’usage des sciences sociales par ces derniers. Je pense montrer comment l’usage des outils les plus pointus de la statistique ont eu un effet désastreux sur la disparition d’une vision générale de la société. C’est d’autant plus intéressant il me semble que les publicitaires et les gens du marketing, en tout cas certains, ont quasiment théorisé cet abandon. Chez les publicitaires, Le discours d’accompagnement de la fin de la société classe est un processus de moyen terme sur plusieurs décennies. Les prémisses apparaissent juste après les premiers voyages aux Etats-Unis au milieu des années 60, se généralise dans le courant des années 70 avec les styles de vie pour devenir une référence commune dans les années 80.

  3. Thomas dit :

    Bonsoir à tous,
    moi ce qui m’étonne, peut-être parce que je suis en train de lire Le métier de sociologue en ce moment (je ne dis pas ça pour me la jouer), c’est qu’un sociologue, donc un scientifique, semble regretter que de nouveaux usages des techniques statistiques aient contribué à rendre inopérantes « les croyances sur lesquelles la plupart des sociologues raisonnaient ».

  4. Nicolas dit :

    Bonjour,
    pour l’avoir plusieurs fois écouté parler de ça (car je travaille avec lui), je ne crois pas que François Dubet soit nostalgique. Au contraire, son livre montre bien qu’il ne faut pas essayer de revenir en arrière, car ça n’aurait plus aucun sens. Il est juste fasciné par le bouleversement des statistiques. Des changements de fond dans la société, c’est intéressant, c’est ce sur quoi nous travaillons tous les jours en sociologie. Mais l’amélioration d’un outil sociologique, de compréhension de la société, qui contribue à un changement profond de la société, c’est un peu un comble pour le sociologue, qui crée, en quelque sorte, le changement parce qu’il l’analyse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *