Enquête d’appartenances : un livre-DVD consacré à l’enquête « Histoire de vie » de l’Ined

guerin-pace_2009L’ouvrage que publient aujourd’hui les éditions de l’Ined, sous la direction de France Guérin-Pace, Olivia Samuel et Isabelle Ville, est inaugural à plus d’un titre. Tout d’abord il inaugure une nouvelle collection du grand institut français de recherches démographiques, intitulée « Grandes enquêtes », dont on ne peut qu’espérer la réussite et le succès : cette collection se donne comme mission de présenter les orientations méthodologiques et les résultats des enquêtes menées par l’Ined, soit seul, soit en partenariat avec d’autres institutions. Inaugural, ensuite, parce qu’avec l’ouvrage est livré un DVD sur lequel sont reproduits le fac-similé du questionnaire de l’enquête[1], sa documentation complète, et surtout l’intégralité des réponses des 10.000 personnes interrogées, sous la forme de fichiers de données explorables à l’aide d’outils d’analyse des données[2] : c’est, à notre connaissance, une première en France, qui mérite d’être saluée et, évidemment, encouragée.

A l’heure où les données des grandes enquêtes nationales sont de plus en plus aisément accessibles, notamment par l’intermédiaire du Centre Quételet[3], ce type de démarches scientifiques et éditoriales est en effet particulièrement précieux : la documentation systématique et approfondie des méthodes et des résultats des enquêtes ainsi mises à la disposition d’un vaste public d’étudiants, d’enseignants et de chercheurs, se révèle en effet indispensable pour leur bon usage. Et toutes celles et tous ceux, de plus en plus nombreux, qui ont pu ces dernières années être amené-e-s à réaliser des analyses secondaires des données de grandes enquêtes statistiques réalisées par l’Insee, l’Ined ou d’autres organismes de statistique publique (comme en particulier les services d’études et de statistiques des différents ministères), ont certainement rêvé, à un moment ou un autre de leur travail, de pouvoir disposer d’un tel outil.

 

De quoi s’agit-il donc ? Le titre de l’ouvrage, jouant sur les mots, le dit de belle façon : En quête d’appartenances : il s’agit de présenter de façon approfondie, et en les articulant les uns aux autres, les enjeux méthodologiques et les résultats de l’enquête « Histoire de vie », réalisée en 2003 par l’Ined, en partenariat avec plusieurs instituts de recherche[4]. Or, cette enquête, à bien des égards, consistait bien, en ce qu’on pourrait donc appeler une « enquête d’appartenances » : il s’était en effet agi, en s’appuyant sur l’interrogation d’un échantillon de 10.000 personnes représentatives des habitants de France métropolitaine, de reconstituer – de façon rétrospective – les trajectoires et les biographies géographiques, familiales et professionnelles des Français. Le questionnaire de l’enquête (long de plus d’une centaine de pages !) se présentait donc sous la forme d’une grille chronologique permettant aux personnes interrogées de restituer les différents jalons de leur parcours biographique. Mais surtout, dans un second temps, le questionnaire explorait les différents registres d’appartenances mobilisés par les enquêtés, au-delà des seuls domaines familiaux et professionnels. Ainsi, somme toute assez classiquement, l’enquête se penche de façon approfondie sur les dimensions culturelles, politiques ou religieuses des identités, mais elle en explore également quelques dimensions plus inédites, à travers des questions sur les loisirs, la santé, la généaologie, les rapports aux autres. Enfin, et c’est remarquable, l’enquête permet aussi de reconstituer d’une certaine façon la part plus « subie » que revendiquée des identités, celle qui est liées aux assignations et identifications dont les individus font l’objet de la part d’autrui, et qui s’appuie sur l’apparence physique, le lieu de résidence, l’accent, etc.

 

Les différentes contributions qui composent l’ouvrage s’inscrivent donc toutes dans ce cadre structurant commun, qui consiste à explorer les différentes dimensions des identités individuelles contemporaines à partir des données de l’enquête « Histoire de vie » de l’Ined, tout en prenant systématiquement soin d’en explorer les résultats à la lumière de ses partis pris méthodologiques. Ainsi, quand Agnès Pélage et Tristan Poullaouec, dans le premier chapitre, se penchent sur les appartenances de classes, ils en analysent les configurations sans s’abstraire des façons mêmes dont ces appartenances sont induites dans l’enquête, à partir des réponses aux questions, ou en l’occurrence, des « non-réponses »… Dans une réflexion passionnante, ils s’interrogent ainsi sur le sens à donner aux déclarations des individus qui répondent négativement à la question sur le sentiment d’appartenir à une classe sociale : expriment-ils une incapacité à se situer dans l’espace social ? Ou bien un refus d’une représentation de la société en classes ?  Quant aux réponses positives, les auteurs en discutent attentivement les recodages possibles, ce qui les conduit à des conclusions mesurées sur le prétendu déclin du sentiment de classe dans la société française. Les autres contributions font preuve de la même attention méthodologique, qu’il s’agisse du chapitre consacré aux appartenances professionnelles, de celui qui prend pour objet les relations entre carrière, travail et distinctions de genre, ou encore de ceux consacrés aux identités politiues et religieuses, à la famille ou à la maladie et au handicap.

 

C’est sur cette même attention méthodologique que se conclut du reste l’ouvrage : en complément à la fois de ces contributions explorant les différentes dimensions des identités individuelles contemporaines, et du DVD joint à l’ouvrage et contenant la reproduction du questionnaire, les données de l’enquête et sa documentation complète, par une « présentation de l’enquête »[5] qui en montre bien à la fois les principes, les enjeux, les difficultés et le déroulement, et qui se conclut sur une invitation, lancée aux chercheurs de toutes les disciplines des sciences sociales, à poursuivre cette exploration, à travers les données de l’enquête, des différentes dimensions des identités et surtout de leurs articulations entre elles. Il ne fait aucun doute en tout cas que cet ouvrage constitue indéniablement un instrument formidable mis à leur disposition, et qu’il ne peut que donner envie de répondre à une telle invitation.

Référence : Guérin-Pace France, Samuel Olivia, Ville Isabelle (dir.), En quête d’appartenances. L’enquête Histoire de vie sur la construction des identités, Editions de l’Ined, coll. « Grandes enquêtes », 2009, 222 p. et un DVD-ROM, avec une préface de François Héran et une postface de Claude Dubar.

 


[1] Lequel est aussi disponible en ligne à partir du catalogue d’enquêtes du Centre Quételet, à l’adresse suivante : http://www.cmh.acsdm2.ens.fr/questionnaires/HDV/lil-0190q.pdf.

[2] Les données de l’enquête elles-mêmes se présentent sous la forme de quatre fichiers Excel, contenant les individus en lignes, et les variables en colonnes. Par conséquent, il n’y a en réalité même pas besoin d’un logiciel compliqué pour explorer ces données : on peut très bien y arriver avec Excel, en suivant par exemple les « modes d’emploi » proposée dans Quanti pour réaliser des tableaux croisés, ou encore pour fusionner des variables issues de deux fichiers Excel différents.

[3] http://www.centre.quetelet.cnrs.fr.

[4] Insee, Inserm, Ministère des affaires sociales, du Travail et de la Solidarité, Ministère de la Culture, Délégation interministérielle à la ville.

[5] Signée par Emmanuelle Crenner (Insee), Olivier Donnat (Ministère de la Culture), France Guérin-Pace (Ined), Frédérique Houseaux (Insee) et Isabelle Ville (Inserm).


Une réflexion au sujet de « Enquête d’appartenances : un livre-DVD consacré à l’enquête « Histoire de vie » de l’Ined »

  1. Juste une petite info supplémentaire : les fichiers de l’enquête Histoire de Vie (données complètes et documentation) sont librement téléchargeables depuis la partie « fichiers détail » du site de l’Insee :

    http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?reg_id=99&ref_id=fd-hdv03

    Certaines variables sont manquantes ou moins précises que les données recueillies, mais l’essentiel y est et quiconque peut télécharger et explorer ces données.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *