Ressources pour l’analyse des réseaux

En complément de la bibliographie et d’un panorama des logiciels utiles, nous avons recensé, avec l’aide des intervenants qui contribuent au programme du module « Analyse des réseaux » de Quantilille 2013, un certain nombre de ressources disponibles en ligne qui permettent d’aller plus loin dans l’exploration de ce domaine de recherche : les grandes revues du champ, les associations professionnelles et les sites utiles, les outils de veille et de diffusion, les pages et les sites personnels de chercheurs…

Revues

Connections : http://www.insna.org/connections.html. Les derniers numéros sont accessibles sur la page d’accueil de l’INSNA. Les archives sont accessibles à cette adresse : http://www.insna.org/pubs/connections/.

Journal of Social Structure : http://www.cmu.edu/joss

REDES : http://revista-redes.rediris.es/

Social Networks : http://ees.elsevier.com/son/default.asp

Network Science : http://journals.cambridge.org/action/displayJournal?jid=nws

Social Network Analysis and Mining : http://link.springer.com/journal/13278

Sites

INSNA (International Network for Social Network Analysis) : http://www.insna.org

RT 26 « Réseaux sociaux » (Association française de sociologie) : http://www.cmh.pro.ens.fr/reseaux-sociaux/

Groupe FMR (Flux, Matrices, Réseaux): http://groupefmr.hypotheses.org. Pour les tutoriels du Groupe FMR, voir http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMR/

Veille et diffusion

SOCNET (liste de diffusion de l’INSNA) : http://www.insna.org/pubs/socnet.html

Liste de diffusion du RT 26 « Réseaux sociaux » : https://listes.services.cnrs.fr/wws/rss_request/reseaux-sociaux (pour adhérer au RT26 et s’abonner à la liste de diffusion, il suffit de remplir ce formulaire : http://www.cmh.ens.fr/pro/reseaux-sociaux/hoprubrique.php?id_rub=8)

Lectures : Réseaux, sociabilité : http://lectures.revues.org/1366

Sites personnels

Steve Borgatti : http://www.steveborgatti.com

Ronald Burt : http://faculty.chicagobooth.edu/ronald.burt/

Antonio Casilli : http://www.bodyspacesociety.eu

Baptiste Coulmont : http://coulmont.com

Linton Freeman : http://moreno.ss.uci.edu

David Krackhardt : http://www.andrew.cmu.edu/user/krack/

Emmanuel Lazega : http://elazega.fr

Pierre Mercklé : https://pierremerckle.fr

Paola Tubaro : http://paolatubaro.wordpress.com

Barry Wellman : http://homes.chass.utoronto.ca/~wellman/

 

Des logiciels pour l’analyse des réseaux

Dans le cadre du module « Analyse des réseaux » de Quantilille 2013, Laurent Beauguitte a présenté les principaux logiciels pour l’analyse des réseaux. L’objectif de son intervention était de proposer un panorama aussi large que possible. L’exhaustivité n’étant plus possible aujourd’hui (près d’une centaine de logiciels recensés par Wikipedia), la présentation a d’abord porté sur les critères pertinents pour choisir un logiciel. Que l’on soit débutant ou confirmé, que notre pratique soit quotidienne ou occasionnelle, selon que l’on analyse tel ou tel type de réseau (réseaux personnels, multigraphes, 2-mode) ou que l’on souhaite mener telle ou telle analyse (mesures « classiques », visualisation, modèles statistiques), le logiciel pertinent n’est pas nécessairement le même. Tirée de son intervention et des recommandations des autres intervenants du module, la courte liste ci-dessous est ordonnée en fonction de ces critères de choix. A sa suite, on a rajouté quelques logiciels qui ne sont pas spécifiquement dédiés à l’analyse des réseaux, mais qui peuvent être des outils très utiles pour éditer des fichiers de données et des scripts de programmation.

Des logiciels pour débuter dans l’analyse des réseaux

Pajek (gratuit, pour Windows)

–          Site : http://pajek.imfm.si/doku.php

–          Téléchargement : http://pajek.imfm.si/doku.php?id=download

–          Documentation : http://pajek.imfm.si/doku.php?id=resources

Ucinet (payant, pour Windows, période d’essai gratuite de 30 jours)

–          Site : https://sites.google.com/site/ucinetsoftware/home

–          Téléchargement : https://sites.google.com/site/ucinetsoftware/downloads

–          Documentation : https://sites.google.com/site/ucinetsoftware/document

NetDraw (gratuit, pour Windows)

–          Site : https://sites.google.com/site/netdrawsoftware/home

–          Téléchargement : https://sites.google.com/site/netdrawsoftware/download

–          Documentation : https://sites.google.com/site/netdrawsoftware/documentation-faqs

NodeXL (libre et gratuit, pour Windows, fonctionne sous Microsoft Excel 2007 et suivantes)

–          Site : http://nodexl.codeplex.com

–          Téléchargement : http://nodexl.codeplex.com/releases/view/104762

–          Documentation : http://nodexl.codeplex.com/documentation

Visone (gratuit, multi-OS) :

–          Site : http://visone.info

–          Téléchargement : http://visone.info/html/download.html

–          Documentation : http://visone.info/wiki

Des logiciels adaptés pour la visualisation de grands réseaux

Gephi (libre et gratuit) :

–          Site : https://gephi.org

–          Téléchargement : https://gephi.org/users/download/

–          Documentation : https://gephi.org/users/

Cytoscape (libre et gratuit, multi-OS)

–          Site : http://www.cytoscape.org

–          Téléchargement : http://www.cytoscape.org/download.html

–          Documentation : http://www.cytoscape.org/documentation_users.html

Tulip (libre et gratuit, Windows)

–          Site : http://tulip.labri.fr/TulipDrupal/

–          Téléchargement : https://sourceforge.net/projects/auber/files/latest/

–          Documentation : http://tulip.labri.fr/Documentation/3_8/userHandbook/html/

Une référence en voie de s’imposer : R

R (libre et gratuit, multi-OS) :

–          Site : http://www.r-project.org

–          Téléchargement : http://cran.r-project.org/mirrors.html

–          Documentation : http://cran.r-project.org/manuals.html

iGraph (package pour R, libre et gratuit) :

–          Site : http://igraph.sourceforge.net

–          Téléchargement : http://igraph.sourceforge.net/download.html

–          Documentation : http://igraph.sourceforge.net/documentation.html

Simulations multi-agents

Netlogo (gratuit, multi-OS)

–         Site : http://ccl.northwestern.edu/netlogo/

–         Téléchargement : http://ccl.northwestern.edu/netlogo/download.shtml

–         Documentation : http://ccl.northwestern.edu/netlogo/resources.shtml

Outils pour récupérer des données du Web

NaviCrawler (plugin pour Firefox, libre et gratuit, multi-OS)

–          Site : http://webatlas.fr/wp/navicrawler/

RCurl (package pour R, libre et gratuit, multi-OS)

–          Site : http://www.omegahat.org/RCurl/

–          Téléchargement : http://www.omegahat.org/RCurl/RCurl_1.95-4.tar.gz

–          Documentation : http://www.omegahat.org/RCurl/philosophy.html

Editeurs de texte et de code

Notepad++ (libre et gratuit, pour Windows)

–          Site : http://notepad-plus-plus.org/fr/

–          Téléchargement : http://notepad-plus-plus.org/fr/download/v6.3.3.html

Tableurs

OpenOffice Calc (libre et gratuit, multi-OS)

–          Site : http://www.openoffice.org

–          Téléchargement : http://www.openoffice.org/fr/Telecharger/

–          Documentation : http://www.openoffice.org/fr/Documentation/Calc/

Microsoft Excel (payant avec offre gratuite d’essai de 30 jours, multi-OS)

–          Site : http://office.microsoft.com/fr-fr/excel/

 

Une bibliographie pour l’analyse des réseaux

Toujours dans la perspective du module « Analyse des réseaux » de Quantilille 2013, qui commence demain matin, voici, après le programme et avant un panorama des logiciels et une liste de ressources électroniques utiles, une bibliographie détaillée des travaux (ouvrages, articles) dont la lecture a été suggérée par les différents intervenants. Ce n’est évidemment pas une bibliographie complète et ordonnée, seulement une liste alphabétique de références, mais elle peut certainement être utile à toutes celles et tous ceux qui voudraient avoir un aperçu de la diversité des travaux qui ont jalonné les développements de l’analyse des réseaux jusqu’à aujourd’hui…

Anheier Helmut K., Gerhards Jurgen, Romo Frank P., 1995, “Forms of capital and social structure in cultural fields: Examining Bourdieu’s social topography”,  American Journal of Sociology, 100 (4), 859-903, http://www.jstor.org/stable/2782154.

Backstrom L., Boldi P., Rosa M., Ugander J. et Vigna S., 2012, “Four degrees of separation”, Cornell University Library Archives (ArXiv), http://arxiv.org/abs/1111.4570.

Bakshy Eytan, 2012, « Rethinking Information Diversity in Networks », Facebook Data Science, mis en ligne le 17 janvier 2012, https://www.facebook.com/notes/facebook-data-team/rethinking-information-diversity-in-networks/10150503499618859.

Barnes J. A., 1954, “Class and Committees in a norwegian Island Parish”, Human Relations, 7, 39-58, trad. fr. Jean Grange, 2013, “Classes sociales et réseaux dans une île de Norvège”, à paraître.

Beauguitte Laurent, 2009, Ucinet et Netdraw. Logiciels pour l’analyse des réseaux sociaux. Petit mode d’emploi, http://thema.univ-fcomte.fr/IMG/pdf/_EMPLOI_v1.01.pdf.

Beauguitte Laurent, Mercklé Pierre, 2011, « Analyse des réseaux : une introduction à Pajek », Quanti, http://quanti.hypotheses.org/512.

Bidart Claire, 1997, L’amitié, un lien social, Paris, La découverte, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00197849/fr/.

Bidart Claire, 2008, « Dynamiques des réseaux personnels et processus de socialisation: évolutions et influences des entourages lors des transitions vers la vie adulte », Revue Française de Sociologie, 49 (3), pp.559-583, https://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-2008-3-page-559.htm.

Bidart Claire, 2010, « Les âges de l’amitié. Cours de la vie et formes de la socialisation », Transversalités, n°113, pp.65-81. (Réédition du texte paru en 1999 in G. Ravis-Giordani (ed.), Amitiés, anthropologie et histoire, Aix en Provence, Presses de l’Université de Provence, pp. 421-435), http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00484900/fr/.

Bidart Claire, 2012, « Réseaux personnels et processus de socialisation », Idées économiques et sociales, 169, 8-15, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00743502.

Bidart Claire, Cacciuttolo P., 2013, « Combining qualitative, quantitative and structural dimensions in a longitudinal perspective. The case of network influence », Quality & Quantity, 47 (5),  2495-2515.

Bidart Claire, Charbonneau J., 2011, “How to Generate Personal Networks: Issues and Tools for a Sociological Perspective”, Field Methods, 23 (3), 266–286.

Bidart Claire, Degenne Alain, 2005, “Introduction : the dynamics of personal networks”, Social Networks, vol. 27, n°4, pp. 283-287.

Bidart Claire, Degenne Alain, Grossetti Michel, 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, PUF, coll. « Le lien social ». halshs-00646251. ISBN 978-2-13-059064-4.

Bidart Claire, Degenne Alain, Grossetti Michel, Lemercier Claire, 2010, « Analyse des réseaux sociaux : une “French touch” ? », Bulletin de Méthodologie Sociologique, n°106, p.45-58.

Bidart Claire, juin 2009, con la colaboración de Patrice Cacciuttolo, « En búsqueda del contenido de las redes sociales: los « móviles » de las relaciones », REDES, Revista Hispana para el Analísis de Redes Sociales, vol.16. http://revista-redes.rediris.es/pdf-vol16/vol16_7.pdf (espagnol), http://revista-redes.rediris.es/pdf-vol16/vol16_7f.pdf (français)

Bidart Claire, Lavenu D., 2005, « Evolutions of personal networks and life events », Social Networks, 27 (4), pp. 359-376.

Boltanski Luc, 1973, « L’Espace positionnel. Multiplicité des positions et habitus de classe », Revue française de sociologie, XIV, 3-26, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1973_num_14_1_2176.

Borgatti Steve, Everett Martin, Johnson Jeff, 2013, Analyzing Social Networks, Sage. Manuel d’analyse de réseaux écrits par les développeurs de Ucinet : est sorti en mai en Angleterre, doit en principe sortir le 12 juin aux Etats-Unis… Site compagnon : https://sites.google.com/site/analyzingsocialnetworks/

Burt Ronald S., 1992, Structural Holes. The Social Structure of Competition, Cambridge (Mass.), Harvard University Press

Burt Ronald S., 1995, « Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur »,  Revue française de sociologie, XXXVI-4, octobre-décembre, pp. 599-628, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1995_num_36_4_4421.

Burt Ronald S., 2006, Brokerage and Closure, Oxford University Press

Cardon Dominique, Beuscart Jean-Samuel, Prieur Christophe, Pissard Nicolas, 2009, « Pourquoi partager mes photos de vacances avec des inconnus ? Les usages de Flickr », Réseaux, 154, 91-129.

Cardon Dominique, Delaunay-Teterel Hélène, 2006, « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics », Réseaux, 138, 15-71, http://robertoigarza.files.wordpress.com/2008/11/art-la-production-de-soi-comme-technique-relationelle-typologie-de-blogs-vvaa-2007.pdf

Cardon Dominique, Fouetillou Guilhem, Roth Camille, 2011, “Two paths of glory – Structural position and trajectories of websites within their topical community”, ICWSM 2011, Barcelone, 17-21 juillet 2011.

Cardon Dominique, Lerondeau Clémence, Prieur Christophe, 2011, « Esquisse de géographie de la blogosphère politique », in Greffet Fabienne, dir., Continuerlalutte.com. Les partis politiques sur le web, Paris, Les Presses de Sciences Po, 73-94.

Cardon Dominique, Prieur Christophe, 2007, « Les réseaux de relations sur Internet : un objet de recherche pour l’informatique et les sciences sociales », in Reber, Brossaud (dir.), Humanités numériques, Hermès, vol. 1.

Carroll William, 2010, The making of a transnational capitalist class. Corporate power in the twenty-first century, London, New York, Zed Books.

Carroll William, Fennema Meindert, 2002, “Is There a Transnational Business Community?” International Sociology, 17, 393-419.

Casilli A.A., Tubaro P. (2012), “Social media censorship in times of political unrest – A social simulation experiment with the UK riots”, Bulletin de Méthodologie Sociologique, 115, 5-20.

De Nooy Wouter, 2003, “Fields and networks: correspondence analysis and social network analysis in the framework of field theory”, Poetics, 31 (5), 305-327.

De Nooy Wouter, Mrvar Andrej, Batagelj Vladimir, 2005, Exploratory Social Network Analysis with Pajek, New York, Cambridge University Press, http://courses.arch.ntua.gr/fsr%2F144992/Pajek-Manual.pdf

Degenne Alain, Forsé Michel, 2004, Les réseaux sociaux. Une approche structurale en sociologie, Paris, Armand Colin.

Denord François, Lagneau-Ymonet Paul, Thine Sylvain, 2011, « Le champ du pouvoir en France », Actes de la recherche en sciences sociales, 170,  24-57.

Dudouet François-Xavier, Grémont Eric, Pageaut Audrey, 2012, « Les « grands patrons » en Europe : quelques pistes de réflexion pour l’analyse du champ des élites économiques européennes », in Georgakakis Didier (dir.), Le champ de l’Eurocratie. Une sociologie politique du personnel de l’UE, Paris, Economica, Collection Etudes Politiques.

Dudouet François-Xavier, Grémont Eric, Vion Antoine, 2012, “Transnational business network in the Eurozone : a focus on four major stock exchange indices”, in Murray Georgina, Scott John (eds.), Financial Elites and Transnational Business: Who Rules the World?, Cheltenham, Northampton, Edward Elgar Publishing, 124-145.

Epstein J.M., 2002, “Modeling civil violence: an agent-based computational approach”, PNAS, 99 (3), 7243-7250.

Erickson Bonnie H., 1996, “Culture, Class and Connections”, American Journal of Sociology, 102 (1), 217-251, http://www.jstor.org/stable/2782191

Eve Michael, 2002, « Deux traditions dans l’analyse des réseaux sociaux », Réseaux, 115, 1883-212, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2002-5-page-183.htm

Everett Martin G., Borgatti Stephen P., 1999, “Peripheries of Cohesive Subsets”, Social Networks, 21 (4), 397-407, http://www.steveborgatti.com/papers/borgatti%20-%20peripheries%20of%20cohesive%20subsets.pdf.

Faust Katherine, 2006, “Comparing Social Networks: Size, Density, and Local Structure », Metodološki zvezki, 3 (2), 185-216, http://sociology.snu.ac.kr/jyyee/network/pdf/graphtheory/triad%20census%20faust.pdf.

Finez Jean, Comet Catherine, 2011, « Solidarités patronales et formation des interlocks entre les principaux administrateurs du CAC40 », Terrains & Travaux, 19, 57-76, https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2011-2-page-57.htm

Forsé Michel, 2012, « Les réseaux sociaux d’aujourd’hui. Un monde décidément bien petit », Revue de l’OFCE, 125, 155-169, http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/revue/7-126.pdf.

Freeman Linton C., 1979, “Centrality in Social Networks: Conceptual clarification”, Social Networks, 1, 215-239, http://moreno.ss.uci.edu/27.pdf.

Gilbert N., Troitsch K.G., 2005, Simulation for the Social Scientist, Open University Press.

Granovetter Mark S., 1973, “The Strength of Weak Ties”, American Journal of Sociology, 78, pp. 1360-1380, trad. fr. « La force des liens faibles », in Granovetter Mark S., 2000, Le marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 45-74.

Gribaudi Maurizio et Blum Alain, 1990, « Des catégories aux liens individuels : l’analyse statistique de l’espace social », Annales E.S.C., 6, 1365-1402, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1990_num_45_6_278914

Hammou Karim, 2009, « Des raps en français au “rap français” », Histoire & mesure, XXIV, 1, 2009, http://histoiremesure.revues.org/3889.

Hannerz Ulf, 1983, « A quoi servent les réseaux », in Explorer la ville. Eléments d’anthropologie urbaine, Paris, Minuit, chapitre 5.

Hansen D., Shneiderman B., Smith M., 2010, Analyzing Social Media Networks with NodeXL: Insights from a Connected World published, Morgan Kaufmann.

Lazega Emmanuel, 1998, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, Presses universitaires de France.

Lazer David, et al., 2009, “Computational social science”, Science, vol. 323, no. 5915, pp. 721-723.

Le Roux Brigitte, Rouanet Henry, 2004, Geometric Data Analysis. From Correspondence Analysis to Structured Data Analysis, Dordrecht/Boston/Londres, Kluwer Academic Publishers.

Lin Nan, 1995, « Les ressources sociales : une théorie du capital social », Revue française de sociologie, XXXVI-4, octobre-décembre, pp. 685-704. Voir en ligne: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1995_num_36_4_4424.

Lin Nan, 2001, Social Capital. A Theory of Social Structure and Action, Cambridge, Cambridge University Press, coll. “Structural Analysis in the Social Sciences”.

Marsden Peter V., 1990, « Network Data and Measurement », Annual Review of Sociology, 16, pp. 435-463, http://www.jstor.org/stable/2083277

Mercklé Pierre, 2011, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte.

Mercklé Pierre, 2012, “Who is Responsible for the Disappearance of Social Classes?”, Bulletin de méthodologie sociologique, 116, pp. 67-75.

Mizruchi Mark S., 1996, “What Do Interlocks Do? An Analysis, Critique, and Assessment of Research on Interlocking Directorates”, Annual Review of Sociology, 22, 271-298.

Moody James, White Douglas R., 2003, “Structural Cohesion Embeddedness: A Hierarchical Concept of Social Groups”, American Sociological Review, 68 (1), 103-127, http://www.chssp.columbia.edu/events/documents/MoodyandWhite.pdf.

Padgett John F., Ansell Christopher K., 1993, “Robust action and the rise of the Medici, 1400-1434”, American Journal of Sociology, 98 (6), 1259-1319, http://www.jstor.org/stable/2781822

Raux Stéphane, Prieur Christophe, 2011, « Stabilité globale et diversité locale dans la dynamique des commentaires de Flickr », Technique et Science Informatique, 30 (2), 155-180, http://www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~prieur/Publis/TSI2444-RauxPrieurV2.pdf.

Sapiro Gisèle, 2006, « Réseaux, institutions et champ », in De Marneff Daphné, Denis Benoît (dir.), Les Réseaux littéraires, Bruxelles, LE CRI/CIEL-ULB-Ug, 44-59, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00122878/en/.

Scott John, 1991, Social Network Analysis, London, Sage, 4 chapitres disponibles en ligne : http://www.analytictech.com/mb119/tableof.htm

Scott John, 1997, Corporate Business and capitalist classes, Oxford, Oxford University Press.

Scott John, Harrington Peter (dir.), 2011, The SAGE Handbook of Social Network Analysis, Sage

Smith Reginald D., 2006, “The network of Collaboration Among Rappers and its Community Structure”, Journal of Statistical Mechanics: Theory and Experiment, http://arxiv.org/pdf/physics/0511215.pdf.

Torrens P.M., McDaniel A., 2012, “Modeling geographic behavior in riotous crowds”, Annals of the Association of American Geographers, 103 (1), 20-46.

Travers Jeffrey, Milgram Stanley, 2000, « Une étude expérimentale du petit monde », in Mendras Henri, Oberti Marco (dir.), Le sociologue et son terrain. Trente recherches exemplaires, Paris, Armand Colin, 230-241, trad. fr. par Michel Forsé de “An experimental study of the small world problem”, Sociometry, 1969, 32, 425-443, http://www.jstor.org/stable/2786545.

Wasserman S., Faust K., 1989, “Canonical Analysis of the Composition and Structure of Social Networks”, Sociological Methodology, 19, 1-42, http://www.socsci.uci.edu/~kfaust/faust/research/articles/wasserman_faust_sm_1989.pdf.

Wasserman Stanley, Faust Katherine, 1994, Social Network Analysis. Methods and Applications, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press.

White Harrison C., Boorman Scott A. et Breiger Ronald L. (1976), “Social Structure from Multiple Networks : I. Blockmodels of Roles and Positions”, American Journal of Sociology, 81, 730-780, http://www.jstor.org/stable/2777596

Windolf Paul, 2002, Corporate Networks in Europe and the United States, Oxford; New York, Oxford University Press.

 

Quantilille 2013 : Le programme

Toute la semaine qui vient, je vais coordonner avec Julie Pagis le module « Analyse des réseaux » de Quantilille 2013, la fameuse école d’été qui depuis de très nombreuses années a beaucoup contribué à la diffusion des méthodes quantitatives dans les sciences sociales. Le module commence jeudi matin, et je me suis dit qu’il n’y avait aucune raison de réserver les ressources rassemblées pour cette occasion à la vingtaine de collègues privilégiés dont la canditature a été retenue. Je vais donc m’efforcer, avec l’aide des intervenants, au fur et à mesure de cette école d’été, de partager avec vous notes de cours, powerpoints, modes d’emploi, voire jeux de données…

Pour que vous ayez une idée des bonnes choses à venir, voici déjà le programme détaillé de cette école d’été consacrée à l’analyse des réseaux… En attendant la bibliographie, un panorama des logiciels et une liste de ressources électroniques utiles dans les billets suivants…

1. Introduction à la sociologie des réseaux sociaux

Pierre Mercklé, Sociologue, MCF ENS de Lyon, Jeudi 27 juin 9h30-12h30

bibliographie / powerpoint / notes de cours

Présentation

La notion de « réseau » connaît en sciences sociales un succès grandissant depuis quelques décennies : les travaux pionniers des anthropologues de l’école de Manchester (John Barnes, Elizabeth Bott…) et des sociologues du groupe de Harvard (Harrison White, Mark Granovetter…) ont fait émerger tout un ensemble de concepts, de modèles et de recherches empiriques : l’analyse des réseaux consiste à prendre pour objets d’étude non plus seulement les caractéristiques des individus, mais les relations entre ces individus et les régularités structurales qu’elles présentent, pour les décrire, rendre compte de leur formation, de leurs transformations, et analyser leurs effets sur les comportements. Tout en envisageant les apports de la sociologie des réseaux à l’analyse de domaines variés de la vie sociale, cette introduction interrogera également les bouleversements qu’y a introduit depuis une dizaine d’année le développement des réseaux sociaux sur Internet, et la validité de la prétention de l’analyse des réseaux à constituer un nouveau paradigme sociologique, une « troisième voie » théorique entre les approches macro-sociales et les approches individualistes.

Bibliographie

Barnes J. A., 1954, “Class and Committees in a norwegian Island Parish”, Human Relations, 7, 39-58, trad. fr. Jean Grange, 2013, “Classes sociales et réseaux dans une île de Norvège”, à paraître.

Degenne Alain, Forsé Michel, 2004, Les réseaux sociaux. Une approche structurale en sociologie, Paris, Armand Colin.

Eve Michael, 2002, « Deux traditions dans l’analyse des réseaux sociaux », Réseaux, 115, 1883-212, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2002-5-page-183.htm

Forsé Michel, 2012, « Les réseaux sociaux d’aujourd’hui. Un monde décidément bien petit », Revue de l’OFCE, 125, 155-169, http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/revue/7-126.pdf.

Granovetter Mark S., 1973, “The Strength of Weak Ties”, American Journal of Sociology, 78, pp. 1360-1380, trad. fr. « La force des liens faibles », in Granovetter Mark S., 2000, Le marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 45-74.

Gribaudi Maurizio et Blum Alain, 1990, « Des catégories aux liens individuels : l’analyse statistique de l’espace social », Annales E.S.C., 6, 1365-1402, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1990_num_45_6_278914

Hannerz Ulf, 1983, « A quoi servent les réseaux », in Explorer la ville. Eléments d’anthropologie urbaine, Paris, Minuit, chapitre 5.

Lazega Emmanuel, 1998, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, Presses universitaires de France.

Marsden Peter V., 1990, « Network Data and Measurement », Annual Review of Sociology, 16, pp. 435-463, http://www.jstor.org/stable/2083277

Mercklé Pierre, 2011, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte.

Mercklé Pierre, 2012, “Who is Responsible for the Disappearance of Social Classes?”, Bulletin de méthodologie sociologique, 116, pp. 67-75.

Scott John, Harrington Peter (dir.), 2011, The SAGE Handbook of Social Network Analysis, Sage

Travers Jeffrey, Milgram Stanley, 2000, « Une étude expérimentale du petit monde », in Mendras Henri, Oberti Marco (dir.), Le sociologue et son terrain. Trente recherches exemplaires, Paris, Armand Colin, 230-241, trad. fr. par Michel Forsé de “An experimental study of the small world problem”, Sociometry, 1969, 32, 425-443, http://www.jstor.org/stable/2786545.

Wasserman Stanley, Faust Katherine, 1994, Social Network Analysis. Methods and Applications, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press.

White Harrison C., Boorman Scott A. et Breiger Ronald L. (1976), “Social Structure from Multiple Networks : I. Blockmodels of Roles and Positions”, American Journal of Sociology, 81, 730-780, http://www.jstor.org/stable/2777596

2. Les principaux logiciels pour l’analyse des réseaux

Laurent Beauguitte, Géographe, UMR IDEES (Rouen) et groupe fmr (flux, matrices, réseaux), Jeudi 27 juin 14h-17h

powerpoint / notes de cours / liste des principaux logiciels

Présentation

L’objectif de la séance est de proposer un panorama aussi large que possible concernant les possibilités logicielles en analyse de réseaux. L’exhaustivité n’étant plus possible aujourd’hui (90 logiciels recensés par Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Social_network_analysis_software, consulté le 28 février 2013), la présentation s’intéresse d’abord aux critères pertinents pour choisir un logiciel. Que l’on soit débutant ou confirmé, que notre pratique soit quotidienne ou occasionnelle, selon que l’on analyse tel ou tel type de réseau (réseaux personnels, multigraphes, 2-mode) ou que l’on souhaite mener telle ou telle analyse (mesures « classiques », visualisation, modèles statistiques), le logiciel pertinent n’est pas nécessairement le même. Une présentation rapide de plusieurs logiciels suivants sera proposée.

Bibliographie

Beauguitte Laurent, Mercklé Pierre, 2011, « Analyse des réseaux : une introduction à Pajek », Quanti, http://quanti.hypotheses.org/512.

Beauguitte Laurent, 2009, Ucinet et Netdraw. Logiciels pour l’analyse des réseaux sociaux. Petit mode d’emploi, http://thema.univ-fcomte.fr/IMG/pdf/_EMPLOI_v1.01.pdf.

Ressources Web

Groupe FMR (Flux, Matrices, Réseaux): http://groupefmr.hypotheses.org. Pour les tutoriels du Groupe FMR, voir http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMR/

Logiciels

Cytoscape, Gephi, Pajek, NetDraw, Ucinet

Données

Deux fichiers en format .csv ou .txt : un fichier pour les liens de format origine – destination et éventuellement attributs des liens ; un fichiers pour les liens de type sommet – attributs.

3. Réseaux sociaux, réseaux socio-numériques et données relationnelles du Web

Dominique Cardon, Sociologue, CR, Orange Labs, Paris, Vendredi 28 juin 9h30-12h30

powerpoint / notes de cours

Bibliographie

Cardon Dominique, Beuscart Jean-Samuel, Prieur Christophe, Pissard Nicolas, 2009, « Pourquoi partager mes photos de vacances avec des inconnus ? Les usages de Flickr », Réseaux, 154, 91-129.

Cardon Dominique, Delaunay-Teterel Hélène, 2006, « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics », Réseaux, 138, 15-71, http://robertoigarza.files.wordpress.com/2008/11/art-la-production-de-soi-comme-technique-relationelle-typologie-de-blogs-vvaa-2007.pdf

Cardon Dominique, Fouetillou Guilhem, Roth Camille, 2011, “Two paths of glory – Structural position and trajectories of websites within their topical community”, ICWSM 2011, Barcelone, 17-21 juillet 2011.

Cardon Dominique, Lerondeau Clémence, Prieur Christophe, 2011, « Esquisse de géographie de la blogosphère politique », in Greffet Fabienne, dir., Continuerlalutte.com. Les partis politiques sur le web, Paris, Les Presses de Sciences Po, 73-94.

4. La vie en réseaux : une approche longitudinale par les réseaux égocentrés

Claire Bidart, Sociologue, CNRS, Aix-en-Provence, Vendredi 28 juin 14h-17h

powerpoint / notes de cours

Présentation

Les réseaux personnels ne sont pas des structures d’objets neutres et éternels. Ils sont constitués par des relations entre des personnes, relations qui se construisent à partir de contextes, qui évoluent, qui s’interconnectent et qui parfois s’éteignent. La structure des réseaux est étroitement liée aux évolutions des relations, elles-mêmes liées aux événements de la vie. Nous examinerons les interactions entre contextes, relations, réseaux, et étudierons leurs dynamiques respectives.

Bibliographie

Bidart Claire, 1997, L’amitié, un lien social, Paris, La découverte, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00197849/fr/.

Bidart Claire, 2008, « Dynamiques des réseaux personnels et processus de socialisation: évolutions et influences des entourages lors des transitions vers la vie adulte », Revue Française de Sociologie, 49 (3), pp.559-583, https://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-2008-3-page-559.htm.

Bidart Claire, 2010, « Les âges de l’amitié. Cours de la vie et formes de la socialisation », Transversalités, n°113, pp.65-81. (Réédition du texte paru en 1999 in G. Ravis-Giordani (ed.), Amitiés, anthropologie et histoire, Aix en Provence, Presses de l’Université de Provence, pp. 421-435), http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00484900/fr/.

Bidart Claire, 2012, « Réseaux personnels et processus de socialisation », Idées économiques et sociales, 169, 8-15, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00743502.

Bidart Claire, Cacciuttolo P., 2013, « Combining qualitative, quantitative and structural dimensions in a longitudinal perspective. The case of network influence », Quality & Quantity, 47 (5),  2495-2515.

Bidart Claire, Charbonneau J., 2011, “How to Generate Personal Networks: Issues and Tools for a Sociological Perspective”, Field Methods, 23 (3), 266–286.

Bidart Claire, Degenne Alain, 2005, “Introduction : the dynamics of personal networks”, Social Networks, vol. 27, n°4, pp. 283-287.

Bidart Claire, Degenne Alain, Grossetti Michel, 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, PUF, coll. « Le lien social ». halshs-00646251. ISBN 978-2-13-059064-4.

Bidart Claire, Degenne Alain, Grossetti Michel, Lemercier Claire, 2010, « Analyse des réseaux sociaux : une “French touch” ? », Bulletin de Méthodologie Sociologique, n°106, p.45-58.

Bidart Claire, juin 2009, con la colaboración de Patrice Cacciuttolo, « En búsqueda del contenido de las redes sociales: los « móviles » de las relaciones », REDES, Revista Hispana para el Analísis de Redes Sociales, vol.16. http://revista-redes.rediris.es/pdf-vol16/vol16_7.pdf (espagnol), http://revista-redes.rediris.es/pdf-vol16/vol16_7f.pdf (français)

Bidart Claire, Lavenu D., 2005, « Evolutions of personal networks and life events », Social Networks, 27 (4), pp. 359-376.

 

5. Atelier : L’analyse des réseaux transnationaux : le cas des milieux d’affaires européens. Enjeux théoriques et méthodologiques

François-Xavier Dudouet, CNRS, Dauphine, Samedi 29 juin 9h30-12h30

notes de cours / données de travail

Bibliographie

Carroll William, 2010, The making of a transnational capitalist class. Corporate power in the twenty-first century, London, New York, Zed Books.

Carroll William, Fennema Meindert, 2002, “Is There a Transnational Business Community?” International Sociology, 17, 393-419.

Dudouet François-Xavier, Grémont Eric, Pageaut Audrey, 2012, « Les « grands patrons » en Europe : quelques pistes de réflexion pour l’analyse du champ des élites économiques européennes », in Georgakakis Didier (dir.), Le champ de l’Eurocratie. Une sociologie politique du personnel de l’UE, Paris, Economica, Collection Etudes Politiques.

Dudouet François-Xavier, Grémont Eric, Vion Antoine, 2012, “Transnational business network in the Eurozone : a focus on four major stock exchange indices”, in Murray Georgina, Scott John (eds.), Financial Elites and Transnational Business: Who Rules the World? Cheltenham, Northampton, Edwar Elgard Publishing, 124-145.

Mizruchi Mark S., 1996, “What Do Interlocks Do? An Analysis, Critique, and Assessment of Research on Interlocking Directorates”, Annual Review of Sociology, 22, 271-298.

Scott John, 1991, Social Network Analysis, London, Sage.

Logiciels

Notepad++, Microsoft Excel, Gephi

6. Atelier : Etudier la circulation des idées politiques entre espaces sociaux. Les apports de l’analyse de réseaux (Ucinet)

Mathieu Hauchecorne, Politiste, Post-doctorant au Printemps, Lundi 1 juillet 9h30-12h30

powerpoint / notes de cours

Bibliographie

Anheier Helmut K., Gerhards Jurgen, Romo Frank P., 1995, “Forms of capital and social structure in cultural fields: Examining Bourdieu’s social topography”,  American Journal of Sociology, 100 (4), 859-903, http://www.jstor.org/stable/2782154.

Beauguitte Laurent, 2009, Ucinet et Netdraw. Logiciels pour l’analyse des réseaux sociaux. Petit mode d’emploi, http://thema.univ-fcomte.fr/IMG/pdf/_EMPLOI_v1.01.pdf.

Borgatti Steve, Everett Martin, Johnson Jeff, 2013, Analyzing Social Networks, Sage. Manuel d’analyse de réseaux écrits par les développeurs de Ucinet : est sorti en mai en Angleterre, doit en principe sortir le 12 juin aux Etats-Unis… Site compagnon : https://sites.google.com/site/analyzingsocialnetworks/

De Nooy Wouter, 2003, “Fields and networks: correspondence analysis and social network analysis in the framework of field theory”, Poetics, 31 (5), 305-327.

De Nooy Wouter, Mrvar Andrej, Batagelj Vladimir, 2005, Exploratory Social Network Analysis with Pajek, New York, Cambridge University Press, http://courses.arch.ntua.gr/fsr%2F144992/Pajek-Manual.pdf

Sapiro Gisèle, 2006, « Réseaux, institutions et champ », in De Marneff Daphné, Denis Benoît (dir.), Les Réseaux littéraires, Bruxelles, LE CRI/CIEL-ULB-Ug, 44-59, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00122878/en/.

Wasserman S., Faust K., 1989, “Canonical Analysis of the Composition and Structure of Social Networks”, Sociological Methodology, 19, 1-42, http://www.socsci.uci.edu/~kfaust/faust/research/articles/wasserman_faust_sm_1989.pdf.

Logiciels

Microsoft Excel, NetDraw, Ucinet

7. Utiliser R pour l’analyse des réseaux sociaux

Baptiste Coulmont, Sociologue, MCF Paris-8, Lundi 1 juillet 14h-17h

notes de cours

Logiciels

R, iGraph Package pour R

8. Atelier : réseaux sociaux et science politique avec R

Baptiste Coulmont, Sociologue, MCF Paris-8, Mardi 2 juillet 9h30-12h30

notes de cours / données : networks.txt / données : nodes.txt

Logiciels

R, iGraph Package pour R

9. La visualisation des réseaux sociaux et ses enjeux

Pascal Cristofoli, IE, CRH, Mardi 2 juillet 14h-17h

powerpoint introduction à NodeXL / powerpoint usages des visualisations / notes de coursexemple pour NodeXL / données de travail

Bibliographie

Hansen D., Shneiderman B., Smith M., 2010, Analyzing Social Media Networks with NodeXL: Insights from a Connected World published, Morgan Kaufmann.

Logiciels

NodeXL, Gephi, Visone

10. Dynamique des mondes sociaux : l’analyse de réseaux au service de l’histoire du rap français

Karim Hammou, Sociologue, Centre Norbert Elias, Mercredi 3 juillet 9h30-12h30

powerpoint / notes de cours

Présentation

L’analyse de réseaux permet d’appréhender un grand nombre de données empiriques en bénéficiant des effets de surprise qu’offrent les techniques formelles ou statistiques de description et d’analyse. A partir d’une approche descriptive de réseaux complets dynamiques, on propose de revenir sur la genèse d’un monde social du rap français, saisi par le biais de collaborations entre artistes (featurings). Cette séance sera l’occasion de revenir sur le rôle que jouent, dans l’interprétation, le relevé des formes sociales récurrentes, la circulation entre indicateurs structuraux et connaissances documentaires sur l’univers étudié, la comparaison entre états successifs d’un réseau, et les jeux d’échelles.

Bibliographie

Everett Martin G., Borgatti Stephen P., 1999, “Peripheries of Cohesive Subsets”, Social Networks, 21 (4), 397-407, http://www.steveborgatti.com/papers/borgatti%20-%20peripheries%20of%20cohesive%20subsets.pdf.

Faust Katherine, 2006, “Comparing Social Networks: Size, Density, and Local Structure », Metodološki zvezki, 3 (2), 185-216, http://sociology.snu.ac.kr/jyyee/network/pdf/graphtheory/triad%20census%20faust.pdf.

Freeman Linton C., 1979, “Centrality in Social Networks: Conceptual clarification”, Social Networks, 1, 215-239, http://moreno.ss.uci.edu/27.pdf.

Hammou Karim, 2009, « Des raps en français au “rap français” », Histoire & mesure, XXIV, 1, 2009, http://histoiremesure.revues.org/3889.

Moody James, White Douglas R., 2003, “Structural Cohesion Embeddedness: A Hierarchical Concept of Social Groups”, American Sociological Review, 68 (1), 103-127, http://www.chssp.columbia.edu/events/documents/MoodyandWhite.pdf.

Smith Reginald D., 2006, “The network of Collaboration Among Rappers and its Community Structure”, Journal of Statistical Mechanics: Theory and Experiment, http://arxiv.org/pdf/physics/0511215.pdf.

Logiciels

NetDraw, Ucinet

11. Analyse des réseaux et simulations multi-agents, quelles articulations ? Application à l’étude des mouvements sociaux.

Paola Tubaro, MCF à l’université de Greenwich, Londres, Mercredi 3 juillet 14h-17h

powerpoint / données / notes de cours

Bibliographie

Gilbert N., Troitsch K.G., 2005, Simulation for the Social Scientist, Open University Press.

Casilli A.A., Tubaro P., 2012, “Social media censorship in times of political unrest – A social simulation experiment with the UK riots”, Bulletin de méthodologie sociologique, 115, 5-20.

Epstein J.M., 2002, “Modeling civil violence : an agent-based computational approach”, PNAS, 99 (3), 7243-7250.

Torrens P.M., McDaniel A., 2012, “Modeling geographic behavior in riotous crowds”, Annals of the Association of American Geographers, 103 (1), 20-46.

Logiciels

Netlogo

12. Atelier : extraire, visualiser et analyser des données relationnelles du Web

Christophe Prieur, Informaticien, MCF, Paris-7, Jeudi 4 juillet 9h30-12h30

scripts / notes de cours

Bibliographie

Lazer David, et al., 2009, “Computational social science”, Science, vol. 323, no. 5915, pp. 721-723.

Cardon Dominique, Prieur Christophe, 2007, « Les réseaux de relations sur Internet : un objet de recherche pour l’informatique et les sciences sociales », in Reber, Brossaud (dir.), Humanités numériques, Hermès, vol. 1.

Raux Stéphane, Prieur Christophe, 2011, « Stabilité globale et diversité locale dans la dynamique des commentaires de Flickr », Technique et Science Informatique, 30 (2), 155-180, http://www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~prieur/Publis/TSI2444-RauxPrieurV2.pdf.

13. Atelier : le corporate interlocking et la structure des élites dirigeantes françaises

François Denord, Sociologue, CR, CESSP, Jeudi 4 juillet 14h-17h

notes de cours

Présentation

Cette séance aura pour objectif de montrer comment des données relativement pauvres (des co-appartenances) peuvent être utilisées pour analyser la distribution du capital social au sein d’un groupe. Il s’agira en empruntant des méthodes à l’analyse de réseaux et à l’analyse géométrique des données  d’étudier la multipositionnalité des élites dirigeantes actuelles. On s’intéressera ainsi plus particulièrement au « corporate interlocking » qui ne se limite pas aux seuls conseils d’administration d’entreprises privées.

Bibliographie

Boltanski Luc, 1973, « L’Espace positionnel. Multiplicité des positions et habitus de classe », Revue française de sociologie, XIV, 3-26, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1973_num_14_1_2176

Denord François, Lagneau-Ymonet Paul, Thine Sylvain, 2011, « Le champ du pouvoir en France », Actes de la recherche en sciences sociales, 170,  24-57.

Le Roux Brigitte, Rouanet Henry, 2004, Geometric Data Analysis. From Correspondence Analysis to Structured Data Analysis, Dordrecht/Boston/Londres, Kluwer Academic Publishers.

Mizruchi Mark S., 1996, “What Do Interlocks Do? An Analysis, Critique, and Assessment of Research on Interlocking Directorates”, Annual Review of Sociology, 22, 271-298.

Analyse des données du web et des réseaux sociaux : rendez-vous à Lille !

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la 27ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (plus connue sous le nom de « Quantilille ») aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 27 juin au jeudi 4 juillet 2013.

Cette année, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle : le premier sera consacré à l’analyse quantitative des données de l’Internet, et il sera coordonné par Dominique Cardon ; quant au second, il sera consacré à l’analyse des réseaux, et il sera coordonné par Pierre Mercklé et Julie Pagis. Tous les cours dans ces deux modules seront donnés en français.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 15 mai 2013). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Par ailleurs, l’ECPR devrait offrir des bourses à des étudiants rattachés à des institutions membres (au sens large) de l’ECPR pour participer à cette école d’été. Nous recontacterons les candidats qui se seront dits intéressés par ces bourses quand la procédure ECPR sera ouverte.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

– soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

– soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jean-gabriel.contamin@univ-lille2.fr), Julie Pagis (pivoineju@hotmail.com), Etienne Penissat (etienne.penissat@gmail.com) et Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com).

Au plaisir de vous retrouver à Lille à la fin du mois de juin !…

affiche_2013

Statistiques avec R

Par Samuel Coavoux

Ce compte rendu du livre Statistiques avec R1 est initialement paru dans Lectures à l’adresse suivante : http://lectures.revues.org/9965.

On a toutes les raisons de se réjouir du succès croissant du logiciel R, en particulier dans les sciences sociales. Contre la fausse facilité des nombreux logiciels d’analyse « clé en main » qui, en voulant simplifier les opérations courantes du statisticien, brident l’inventivité et obligent à de laborieuses répétitions, mais aussi contre la fermeture d’autres langages de programmation mobilisés pour les statistiques, coûteux et lourds, R est libre, gratuit, malléable, et dispose d’une communauté d’utilisateurs extrêmement active, dont un certain nombre participent également à son amélioration. Reste toutefois un bémol : la difficulté du langage. Elle n’est pas fondamentalement plus importante que celle de SAS ou Stata, ses deux principaux concurrents sur le marché des langages de programmation orientés vers la statistique, mais R est encore peu enseigné dans les cours de méthodes quantitatives, et son développement tentaculaire (pour chaque technique statistique existe un grand nombre de fonctions possibles, qui évoluent constamment, tout comme le noyau du logiciel) ne facilite pas son appréhension par le débutant.

Tout l’intérêt d’un manuel comme celui-ci, qui fête sa troisième édition, est de pouvoir servir à la fois d’introduction et de guide au statisticien débutant. Il s’agit bien de deux fonctions distinctes, et pourtant trop souvent confondues, que l’ouvrage différencie avec pertinence. L’introduction doit familiariser le lecteur au nouveau langage, lui enseigner sa logique, sa syntaxe, ainsi que les opérations de base que l’on peut y opérer. C’est à cela que les quatre premiers chapitres du livre sont consacrés. Le premier présente les éléments principaux du logiciel : les objets que l’on manipule (données, résultats d’analyse, graphiques…), les fonctions qui permettent de les manipuler (avec leur syntaxe générale), et les « packages » qui contiennent ces fonctions. On passe alors aux manipulations fondamentales des données, importation, exportation, préparation, et recodage. Enfin, les fonctions de représentation graphique principales sont présentées, en particulier le package « lattice ». Cette première partie se conclut sur une introduction aux concepts fondamentaux de la programmation en R.

Cette partie, dans laquelle on apprend également quelques opérations statistiques primaires, présente de grandes qualités pédagogiques, qui n’ont cependant rien d’étonnant, le logiciel ayant inspiré de nombreuses introductions de qualité2. Elle vaut particulièrement pour les séries d’exercices présents à la fin de chaque chapitre, et dont la correction est donnée en annexe. Pour peu que l’on prenne la peine de la lire pour elle-même, et que l’on dispose de quelques heures, ils permettent, en proposant d’appliquer les méthodes enseignées, non seulement de les retenir, mais aussi de s’initier progressivement à la programmation.

La seconde partie est plus proche du manuel proprement dit. Elle contient vingt fiches consacrées à des techniques d’analyse statistique, toutes mobilisées par les sciences sociales : test de significativité, analyses de variance, régressions, analyses factorielles et classifications. Chacune d’entre elle rappelle brièvement l’objet de la technique et son assise mathématique, puis présente son implémentation dans R à partir d’un exemple concret, aisément reproductible, et qui peut servir de canevas pour analyser ses propres données. Enfin, chaque fiche contient un coin « Rcmdr », une interface graphique qui permet d’utiliser R sans entrer de lignes de commande.

Statistiques avec R s’avère un manuel très utile, à lire pour débuter et à conserver pour progresser. Sans être dédié aux sciences sociales, il est tout à fait accessible aux chercheurs de ces disciplines, souvent plus réticents au formalisme mathématique et informatique, et peut contribuer à les convaincre de l’intérêt du logiciel. L’équipe à son origine compte d’ailleurs un certain nombre de créateurs du très utile « FactoMineR », package dédié à l’analyse factorielle que nombre de sociologues et de psychologues mobilisent couramment. L’ouvrage ne saurait évidemment prétendre à être un document suffisant pour maîtriser le logiciel, particulièrement si l’on souhaite tirer parti de ses possibilités avancées, ou de techniques moins établies dans le tronc commun de l’analyse statistique en sciences sociales (analyse de séquences, graphes, etc.). Il n’en reste pas moins une ressource précieuse pour apprendre, et enseigner, un langage prometteur.

 

  1. Pierre-André Cornillon, François Husson, Nicolas Jégou, Eric Matzner-Lober, Julie Josse, Arnaud Guyader, Laurent Rouvière, Maela Kloareg, Statistiques avec R, PU Rennes, coll. « Pratique de la statistique », 2012, 296 p., ISBN : 978-2-7535-1992-3. []
  2. Par exemple Julien Barnier, « Introduction à R », http://alea.fr.eu.org/pages/intro-R. []

Comment récupérer des données d’enquêtes sur les pratiques culturelles ?

Par Sandrine Desmurs, Chloé Manceau et Guillaume Rouvière

Ce billet est le récit d’une mission confiée aux quatorze étudiants du Master “Architecture de l’information” de l’ENS de Lyon, dans le cadre du cours “Enquêtes, Statistiques, Modélisation” animé par Pablo Jensen et Pierre Mercklé. Il s’agissait d’identifier et de collecter des corpus de données sources correspondant aux résultats d’enquêtes sur les pratiques culturelles en France et à l’étranger. L’objectif final de nos travaux est d’analyser les logiques de différenciation sociale et de transformation historique de ce que l’on appelle aujourd’hui “éclectisme” ou “omnivorisme” culturel. Ces notions d’éclectisme et d’omnivorisme culturels ont pour origine les travaux menés par Peterson et ses collaborateurs dans les années 90. Pour vous faire une idée plus précise, vous pouvez lire l’article de Peterson intitulé “Le passage à des goûts omnivores : notions, faits et perspectivesou bien l’article “Changing Highbrow Taste : From Snob to Omnivore”, co-signé par Peterson et Kern1. Le propos du présent billet est de partager avec les lecteurs de Quanti un état des lieux des enquêtes disponibles, qui pourra servir de guide à toutes celles et tous ceux qui souhaitent analyser statistiquement les loisirs et les pratiques culturelles2.

Nous avons décidé de ne pas nous censurer et, quitte à ramener du bruit, de chercher tous azimuts les enquêtes qui ont trait de près ou de loin aux pratiques culturelles. A l’aide de multiples requêtes (exemple de mots-clés : “enquête”, “culture”, “pratiques culturelles”, etc.) formulées sur les moteurs de recherche habituels, nous avons obtenu beaucoup de résultats provenant de différentes sources. Les grandes institutions de la statistique publique apparaissent évidemment, en particulier le site de l’INSEE et le portail de la statistique publique, et bien sûr le site du « DEPS », le service des études du Ministère de la Culture. Des agences culturelles, comme l’ARALD, ou la Cité de la Musique sont également présentes. La plupart des enquêtes ainsi repérées sont également recensées sur les portails “traditionnels” d’archivage et de diffusion des données : en France, le Réseau Quételet ; en Grande-Bretagne, ESDS ; en Europe, Eurostat ; ou encore aux Etats-Unis, CPANDA.

Au total, nous avons recensé près de 25 enquêtes traitant des pratiques culturelles.

Pour autant, l’accès aux données sources de toutes ces enquêtes n’est pas aisé : les analyses et les commentaires sont pléthore, mais l’accès aux données est parfois impossible ou soumis à certaines conditions. Dès lors, l’éventail des sources se resserre sur trois cas de figure : l’accès libre aux données, l’accès modéré et l’accès refusé.

Les enquêtes en accès libre

Dans le premier cas, les données sont librement téléchargeables, sans restriction d’accès. C’est par exemple le cas de l’enquête “Histoire de vie – Construction des identités” réalisée par l’INSEE en 2003. Dans cette enquête, les activités culturelles sont envisagées en lien avec la construction identitaire. Les questions portent dans un premier temps sur les réseaux de sociabilité, puis sur les passions individuelles. Les résultats sont rassemblées dans un fichier “individu”  comprenant 808 variables et 8403 observations, disponible aux formats Beyond et dBase. Le format dBase a l’avantage d’être portable : il est supporté par la grande majorité des systèmes de gestion de bases de données, et aussi par les principales applications d’analyse des données. Le nombre de variables pouvant être contenues dans un fichier dBase est limité à 256. Il en faudra donc 4 pour contenir les 808 variables de l’enquête. Les fichiers Beyond ont l’inconvénient de n’être visualisables qu’à partir du logiciel homonyme, uniquement disponible sur PC-Windows.

Parmi les enquêtes françaises en accès libre, citons également l’EPCV3 « Participation culturelle et sportive » de 2003, particulièrement pertinent pour notre sujet d’étude. Cette enquête a été réalisée par l’INSEE, en partenariat avec le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative et le Ministère de la Culture et de la Communication, et a pour objectif de “ mieux cerner et mesurer les différentes formes de participation à la vie culturelle et sportive […], de rendre compte de la diversité des situations”. Elle vise aussi à “mieux connaître les personnes pratiquant telle activité culturelle ou sportive grâce à une description très précise du ménage et de l’individu”. Les données de cette enquête sont proposées au format dBase, en trois fichiers : un fichier MÉNAGE de 5 626 enregistrements et 83 variables qui regroupe les indicateurs sociaux ; un fichier INDIVIDU de 13 740 enregistrements et 35 variables qui donne les caractéristiques socio-démographiques des individus du ménage ; un fichier  KISH  de 5 626 enregistrements et 462 variables, qui décrit les pratiques culturelles et sportives de la personne Kish (la personne du ménage qui a été tirée au sort et qui répond à l’enquête). Ce fichier est lui-même scindé en  deux : la première partie correspond aux pratiques culturelles, la seconde aux pratiques sportives.

Ailleurs qu’en France, les données des enquêtes répertoriées sur CPANDA (archive interactive de données publiques sur la politique artistique et culturelle aux États-Unis) sont également accessibles sans condition. Elles peuvent être interrogées dans un formulaire de recherche via les champs : titre, sujet, auteur, mots-clé, éditeur, titre du journal. L’internaute peut accéder aux questionnaires des enquêtes, aux données, téléchargeables dans différents formats.  Il est notamment possible de récupérer toute la série des enquêtes sur les pratiques culturelles et artistiques des Américains (Survey of Public Participation in the Arts, SPPA), effectuées tous les cinq ans  depuis 1982 par le National Endowment for the Arts (NEA).

Les enquêtes en accès sous conditions

L’accès sous conditions implique la création d’un compte d’utilisateur et une explicitation de la démarche de recherche. Les données sont alors — éventuellement — remises après examen des termes de la demande. Le Réseau Quételet fonctionne de cette façon, et précise à ce sujet ses conditions d’accès aux données. Il faut distinguer deux phases dans l’utilisation des ressources du Réseau Quételet : la consultation du catalogue des données disponibles d’une part, et la récupération des fichiers d’autre part. La navigation dans le catalogue est libre d’accès, c’est seulement au moment de la commande des données qu’il faut s’identifier. On accède alors à un formulaire de recherche et de commande des données.

Le cas de l’enquête “Loisirs – France métropolitaine”  (1987-1988) nous permet d’identifier la procédure suivante : l’enquête est produite par l’INSEE, diffusée par le Centre Maurice Halbwachs – ADISP, et accessible sur le réseau Quételet. Le site du Centre Maurice Halbwachs donne une description précise de l’enquête et expose la méthodologie adoptée. On peut également y télécharger les questionnaires. Le réseau Quételet quant à lui est l’instance qui régule la diffusion des données quantitatives.  Pour obtenir des données sur ce réseau, il est donc nécessaire de s’inscrire. Pour cela, il faut indiquer quelle est sa catégorie d’utilisateur (chercheur, enseignant chercheur, doctorant ou étudiant de masters français ou étrangers) et décrire son projet de recherche.

Le site du réseau Quételet permet ainsi d’accéder aux données de très nombreuses enquêtes, et notamment à celles des fameuses enquêtes sur pratiques culturelles des Français, réalisées par le Ministère de la Culture depuis 1973. On peut également accéder aux données de l’enquête longitudinale sur les univers culturels des adolescents, réalisée entre 2002 et 2008, également par le Ministère de la culture. Le site du réseau Quételet est l’un des plus grands fournisseurs de données d’enquête pour la France. Les grandes enquêtes, recensements et autres bases de données issues de la statistique publique française, les grandes enquêtes françaises provenant de la recherche y sont répertoriées. Enfin, notons que le réseau Quételet offre également un accès privilégié à des enquêtes internationales.

Les enquêtes inaccessibles

Enfin, il arrive que l’accès aux données soit impossible. C’est le cas des enquêtes menées par des entreprises privées, comme l’enquête « Votre vie en musique » (2005) conduite par la TNS-SOFRES en partenariat avec la SACEM, où il n’est pas possible de récupérer les données sources. C’est le cas également des enquêtes conduites par Médiamétrie qui concernent notamment les audiences des principaux médias (télévision, radio mais aussi Internet) puisque leur accès est verrouillé. Au total, pour près de la moitié des enquêtes que nous avions identifiées à l’origine (12 sur 25), le téléchargement des données n’est pas proposé. En général, seul le téléchargement d’un document PDF contenant des chiffres-clés, assortis d’analyses et de commentaires sur les contenus, est possible.

Il arrive également que des enquêtes de la statistique publique ne soient pas disponibles non plus. L’enquête sur « Les publics du spectacle vivant », réalisée par l’INSEE en 2003, est un bon exemple : les données ne sont pas récupérables car  le téléchargement n’est pas proposé. En réalité, l’accès aux données est restreint car les différents établissements culturels ayant contribué à la collecte des données sont libres d’en fixer les conditions de réutilisation (cf Loi n° 78-753). En contrepartie, l’État a mis en place la création de sites comme data.gouv.fr et Etalab qui permettent la diffusion des données. Seulement, les établissements culturels ne sont pas obligés d’y participer. Par conséquent, aujourd’hui, seules la Bibliothèque Nationale de France et la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg y publient une partie de leurs données4

L’heure du bilan

Sur les 25 enquêtes identifiées par nos recherches, les données de douze d’entre d’elles s’avèrent donc inaccessibles. Six seulement sont en accès libre, et sept accessibles sous conditions. La question de cet accès aux données mériterait d’être développée. Elle permettrait notamment d’identifier précisément des différences de pratiques suivant les continents (par exemple, la politique de l’Open Data menée aux États-Unis qui vise l’accès illimité aux données gouvernementales), la nature et les intérêts des commanditaires (recherche, exploitation commerciale, etc.)

Notre recherche s’est tournée vers des enquêtes qu’on pourrait qualifier de “traditionnelles” (passation d’un questionnaire, identification d’échantillons représentatifs, etc.). À l’heure des réseaux sociaux et autres portails de catalogage, les serveurs web regorgent de bases de données exploitables. Par exemple, nous avons pris contact avec les membres de l’équipe du site Babélio (réseau social destiné à partager des bibliothèques personnelles et des listes de livres) pour leur demander l’accès vers leurs corpus de données portant sur les pratiques de lecture des abonnés mais nous n’avons pas obtenu d’autorisation de leur part. Cette plateforme peut en effet fournir des informations complètes concernant la pratique de la lecture des abonnés.

Finalement, le web devient aujourd’hui une source de données quantitatives de plus en plus exploitée par les chercheurs via la collecte automatique des données5. Une idée à exploiter pour une prochaine mission…

 Sandrine Desmurs, Chloé Manceau et Guillaume Rouvière, pour les étudiants en Master Architecture de l’Information de l’ENS de Lyon.

Annexe : Liste des données d’enquêtes disponibles

France

Enquêtes sur les pratiques culturelles des Français

Ministère de la Culture, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS)

(1973, 1981, 1988, 1997 et 2008)

Accès : http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/08resultat.php

 

Enquête sur les loisirs

INSEE, 1987-1988

Accès : http://www.cmh.ens.fr/greco/enquetes/XML/lil-0093.xml

 

Enquêtes culturelles en France – Histoire de vie

INSEE, 2003

Accès : www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?ref_id=fd-hdv03

 

 

Enquête EPCV « Participation culturelle et sportive »

INSEE, 2003

Accès : http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?ref_id=fd-parcul03

 

Enquête sur les loisirs des 6-14 ans

Ministère de la Culture, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS)

(2001-2002)

Accès : www.cmh.greco.ens.fr/enquetes/XML/lil-0311.xml

 

Enquête Univers culturels des enfants et des adolescents

Ministère de la Culture, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS)

2002-2008

Accès : www.cmh.greco.ens.fr/enquetes/XML/lil-0547.xml

 

Etats-Unis

Survey of Public Participation in the Arts (SPPA)

National Endowment for the Arts (NEA), tous les 5 ans depuis 1982

Accès : http://www.cpanda.org/cpanda/getDDIsummary.xq?studyID=a00080

 

General Social Survey (GSS), module « Culture »

National Opinion Research Center, Université de Chicago, 1993, 1998 et 2002

Accès : http://www.cpanda.org/cpanda/getDDIsummaiy.xq?studyID=a00079

 

Europe

Eurobaromètre 56.0 : Information and Communication Technologies, Financial Services, and Cultural Activities (Eurobaromètre sur la participation des Européens aux activités culturelles)

Eurostat, 2001

Accès : http://info1.gesis.org/dbksearch19/SDESC2.asp?no=3625

 

Enquête ISSP « Leisure Time and Sports »

International Social Survey Programme (ISSP), 2007

Accès : http://info1.gesis.org/dbksearch19/SDESC2.asp?no=4850

 

Espagne

Encuesta de hábitos y prácticas culturales (Équipements et pratiques culturelles)

Ministère de la Culture espagnol en collaboration avec TINES (Instituto nacional de estadística), 2006-2007

Accès : http://www.mcu.es/estadisticas/MC/EHC/2006/Presentacion.html

 

Italie

Tempo libero e cultura (Temps libre et culture), I cittadini e il tempo libero (Le citoyen et le temps libre), Cultura, tempo libero e nuove tecnologie (Culture, temps libre et nouvelles technologies)

Istituto nazionale di statistica (Istat), 1995, 2000 et 2006

Accès : http://www.istat.it/it/archivio/5538

 

Aspetti della vita quotidiana (Aspect de la vie quotidienne), module « Culture, sociabilité et temps libre » (Cultura, socialità e tempo libero)

Istituto nazionale di statistica (Istat), depuis 1993

Accès :http://www.istat.it/it/archivio/4630

 

Pays-Bas

Amenities and Services Utilization Sumeys (AVO)

Netherlands Institute for Social Research (SCP), tous les 5 ans à partir de 1979

Accès : http://www.scp.nl/english/Research_and_Data/Main_surveys

 

Royaume-Uni

Général Household Survey, module « Sport et loisirs » (Sport and Leisure)

Office for National Statistics (ONS), 2002-2003

Accès : http://www.esds.ac.uk/flndingData/ghs.asp

 

ONS Omnibus Survey, Attendance and Participation in the Arts Module

Office for National Statistics (ONS), 2003-2004

Accès : www.esds.ac.uk/findingData/snDescription.asp?sn=5155

 

  1. La construction des mesures de l’éclectisme dans les différentes enquêtes trouvées fera l’objet d’un prochain billet. []
  2. Pour un commentaire et un panorama plus détaillés des enquêtes françaises et internationales sur les pratiques culturelles, on peut ensuite se référer à la récente contribution de Philippe Coulangeon, à laquelle ce billet doit beaucoup : « Les enquêtes sur les pratiques culturelles et les loisirs », in Chenu Alain et Lesnard Laurent (dir.), La France dans les comparaisons internationales. Guide d’accès aux grandes enquêtes statistiques en sciences sociales, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, pp. 85-101. []
  3. Enquête permanente sur les conditions de vie. []
  4. Voir le billet de Lionel Maurel sur la diffusion des données culturelles. []
  5. Voir l’article d’Alexandre Hobeika et Etienne Ollion dans ce carnet : « Vers une “data-sociologie” ? Tour d’horizon des techniques de collecte automatisée de données sur le web », http://quanti.hypotheses.org/647/. []

Bienvenue aux apprentis sociologues et architectes de l’information !

Le carnet de recherches QUANTI prend cette année une nouvelle direction, en s’ouvrant à de nouveaux publics. Poursuivant nos missions d’initiation et de formation aux méthodes quantitatives d’enquête en sciences sociales, nous avons décidé à partir de cette année de l’associer pour la première fois à un enseignement.

Cet enseignement, c’est le cours “Enquêtes, statistiques et modélisation”, animé à l’ENS de Lyon par Pablo Jensen et Pierre Mercklé, et qui est inscrit à la fois dans le cursus du Master 1 de recherches sociologiques de l’ENS, et dans le cursus du tout nouveau Master d’Architecture de l’information (vous pouvez aussi découvrir ici le portail des blogs de ce nouveau Master : http://archinfo.hypotheses.org).

Le cours a pour objectif de former les étudiants à la pratique des méthodes quantitatives d’enquête en sciences sociales. Les étudiants sont amenés à participer collectivement, dans des conditions réelles, à toutes les étapes d’une recherche, depuis la collecte et la préparation des données, jusqu’à leur analyse et leur interprétation. Vous pouvez en découvrir une description plus détaillée ici.

Ce carnet de recherche est donc désormais aussi celui des étudiants de ce cours : en plus de nos publications habituelles, vous pourrez donc y retrouver bientôt, en accès libre, les documents qui servent de supports à leurs cours, ainsi que leurs propres contributions !

Bonne rentrée !

 

Les « odds ratios » sont-ils la meilleure façon de mesurer des inégalités ?

Dans un récent billet publié dans Le Monde, à la une du cahier « Science & Techno » du samedi 9 juin 2012, j’ai abordé les différentes manières possibles de mesurer les inégalités, à partir d’un exemple tiré de l’évolution des statistiques d’obtention du baccalauréat depuis un demi-siècle. J’ai ensuite développé cette discussion dans un billet sur mon blog, et je voudrais reprendre ici ce qui concerne plus particulièrement les discussions autour du recours aux « odds ratio » pour mesurer les évolutions des inégalités.

Lire la suite

Analyse des réseaux : une introduction à Pajek

 

PajekL’analyse des réseaux sociaux, longtemps réservée à quelques happy few en raison à la fois de la difficulté à constituer des corpus de données, et de la technicité des algorithmes à mettre en œuvre, s’est largement diffusée et démocratisée au cours de la dernière décennie. L’apparition d’outils de plus en plus faciles à manier, et l’explosion des nouvelles technologies de communication numérique, véritable eldorado statistique, y ont largement contribué.

Quanti souhaite participer à sa modeste manière à ce mouvement, en vous faisant découvrir un de ces outils : il s’agit de Pajek, un logiciel d’analyse et de visualisation de réseaux pour Windows. Développé par deux chercheurs slovènes, Vladimir Batagelj et Andrej Mrvar, il a le grand mérite d’être gratuit et puissant, ce qui lui a permis de s’imposer comme un des outils les plus utilisés en analyse des réseaux[1].

Lire la suite