Enseigner la quantification dans le supérieur : appel à communications

Enseigner la quantification dans le supérieur : les sciences sociales face aux chiffres.

Les méthodes quantitatives seraient-elle en train de revenir en grâce auprès des enseignants et chercheurs en sciences sociales ? Le succès non démenti de l’école d’été Quantilille ou de l’atelier « Méthodes quantitatives pour l’historien » de l’EHESS, de même que la création de nouveaux cours dits de « méthodes quantitatives » dans diverses institutions universitaires, semblent le laisser présager. Après des décennies de dés-apprentissage des techniques même les plus élémentaires de comptage et de quantification parmi les apprentis sociologues, historiens, géographes (le statut de l’enseignement des méthodes quantitatives dans les cursus d’économie est sans doute spécifique), on ne pourrait que s’en réjouir. S’il est avéré dans les grandes écoles, ce mouvement semble également toucher les universités, sans que l’on assiste pour autant à l’ouverture en masse de postes d’enseignants explicitement fléchés en méthodes quantitatives. Quant au contenu des enseignements dispensés, il varie fortement : fondements formels de la statistique, boîte à outil pratique de la fabrication et de l’interprétation des données, réflexion sur l’histoire, l’usage et l’articulation éventuelle des méthodes, formation technique à des logiciels.

En tout état de cause, il est sans nul doute nécessaire de prendre le temps de l’échange et de la réflexion autour de l’enseignement de la quantification à l’université, dans les cursus de sciences sociales.

Enseigner la quantification : pour quoi faire ?

La mémoire des étudiants en sciences sociale est (trop) souvent émaillée de souvenirs plus ou moins fugaces ou traumatisants de cours de statistiques ou d’introduction à l’usage de logiciels, dont la finalité ne semblait résider que dans l’enchaînement de formules mathématiques ou de manipulations informatiques. Le rejet du « quanti » chez nombre d’étudiants est d’autant plus fort que celui-ci est associé à un versant aride et austère de la recherche en sciences sociales, à un ensemble de méthodes ésotériques et technicistes auxquelles il est permis de « ne rien comprendre ».

Comment faire, dès lors, pour concevoir les cours de méthodes quantitatives de telle sorte à convaincre les étudiants qu’il est possible de « faire du quanti » sans formalisme mathématique ni compétences informatiques avancées, que c’est même intéressant, formateur, voire amusant, et que tout apprenti-chercheur en sciences sociales se doit de maîtriser une palette large de méthodes pour interroger le monde social ?

Ces cours doivent-ils être avant tout des lieux d’apprentissage technique de la méthodologie statistique, ou bien doivent-ils également développer la capacité à critiquer et évaluer les arguments construits à partir de données chiffrées, et à produire une argumentation originale et scientifiquement pertinente à partir de ces données ? L’utilité scientifique, sociale et politique d’un enseignement de la quantification est ainsi un enjeu d’autant plus critique, que l’accessibilité aux grandes enquêtes produites par la statistique publique n’a jamais été aussi facile, et que les usages et mésusages politiques des chiffres sont légion dans le discours public.

Questions pour une réflexion collective

Nous examinerons ainsi les modalités actuelles des enseignements de la quantification en sciences sociales, et tâcherons de dresser quelques pistes d’évolutions souhaitables pour l’avenir. La liste de questions que nous soumettons, ci-dessous, à la réflexion collective n’est pas limitative.

  • Comment adapter les enseignements à une diversité de publics : cursus professionnel ou recherche, doctorants, formation continue des enseignants ?
  • Quel est le degré de formalisation utile/souhaitable dans l’enseignement des méthodes ? Pour quels objectifs et quels publics ? Plus généralement, comment articuler un apprentissage des règles statistiques, seules à même de garantir la véracité des énoncés, à une mise en pratique, seule à même de conférer un sens sociologique/historique aux méthodes.
  • Comment articuler enseignement des méthodes quantitatives et qualitatives ? Notamment, comment initier les étudiants à une articulation entre quantification et ethnographie ?
  • Comment rendre les TD de logiciels vivants et agréables pour les étudiants et les enseignants ?
  • A quels logiciels doit-on former les étudiants ? Presse-boutons ou avec lignes de code ? Et pour quels usages ?
  • Quelle est la place du « libre » dans les enseignements de la quantification ? Doit-on privilégier les logiciels libres ? Comment utiliser, créer et partager des ressources pédagogiques libres, notamment sur internet (manuels en ligne, tutoriels, forums et listes de discussions) ?
  • Comment présenter la chaîne de production du raisonnement quantitatif ? Des questions de recherche aux résultats, en passant par la production des données, l’investigation d’une diversité des sources (sources historiques, administratives, questionnaires, comptages, etc.), les opérations de codage et recodage, la production et la mise en forme des résultats.
  • Quelles données utiliser en cours (enquêtes issues de la statistique publique, production des données avec les étudiants, données issues de travaux de recherche en cours, etc.) ?
  • Enfin, comment former les étudiants à l’histoire des méthodes, et à un usage combiné et réflexif de celles-ci ? Comment faire d’eux des acteurs éclairés du monde des chiffres ?

Pour un (salutaire !) échange pédagogique

L’objectif de cette journée d’études n’est pas de répondre de manière normative à ces questions, mais bien au contraire de réaliser un état des lieux des pratiques pédagogiques d’enseignement de la quantification. Les ateliers seront organisés autour d’échanges d’expériences concrètes d’enseignement : description de situations pédagogiques, échanges des trucs et astuces, des petites manières de faire qui font nos succès et parfois aussi nos échecs face aux étudiants.

Il s’agit ainsi de commencer à fédérer un réseau des enseignants en méthodes quantitatives dans les institutions universitaires françaises. Au-delà de l’échange sur les pratiques, un objectif de moyen terme pourrait être de mettre sur pied un portail de mise en commun des matériaux pédagogiques, tutoriaux, scripts, données, mémoires d’étudiants, etc.

Nous proposerons également la mise en \oe uvre d’une enquête sur l’enseignement de la quantification, inspirée par exemple de l’Undergraduate Quantitative Methods Teaching Survey menée par John McInnes à l’université d’Edimbourg.

Nous espérons ainsi contribuer, à une modeste échelle, à une réflexion collective sur les pratiques pédagogiques à l’université, qui est trop souvent le parent pauvre des échanges entre enseignants et chercheurs universitaires.

Informations pratiques

Format des contributions

Tous les contributeurs sont a priori les bienvenus, quels que soient leur discipline de rattachement, leur statut ou leur degré d’avancement et d’intégration dans le monde universitaire. Les contributions peuvent porter sur des récits de pratique, la présentation d’outils pédagogiques, des problèmes méthodologiques spécifiques ou des réflexions pédagogiques plus générales.

Deux formats différents sont attendus :

  • contributions orales de 15 à 20 minutes accompagnées d’un texte ;
  • posters donnant lieu à des courtes présentations de 5 à 10 minutes.

Calendrier

Date limite pour l’envoi des propositions de communication (sous la forme d’un résumé d’une page) : samedi 22 novembre 2014.

Notification d’acceptation des propositions : lundi 8 décembre 2014.

Textes définitifs à envoyer le lundi 2 février 2015.

La journée d’étude aura lieu au printemps 2015, à Paris ou en région parisienne. Les modalités précises d’organisation seront précisées ultérieurement.

Contact

jequanti2015[at]gmail.com

Voir le texte de cet appel en ligne sur Quanti : http://quanti.hypotheses.org/10002

Et au format PDF : http://quanti.hypotheses.org/files/2014/10/EnseignerQuanti2015.pdf

Comité d’organisation

Pierre Blavier (ENS Cachan, CMH-ETT), Jérôme Deauvieau (UVSQ, Printemps), Frédéric Lebaron (UVSQ, Printemps), Pierre Mercklé (ENS Lyon, CMW), Etienne Ollion (SAGE, Université de Strasbourg), Anton Perdoncin (ENS, CMH–ETT, IDHES–ENS Cachan), Thibaut de Saint Pol (IDHES, ENS Cachan).

Séminaire quantitativisme réflexif 2014-2015

L’objectif de ce séminaire est d’ouvrir une réflexion sur les pratiques de quantification mises en oeuvre par les sciences sociales, en particulier sur les opérations de qualification, les différentes méthodes de traitement, et l’interprétation des résultats. Quelles sont les limites de validité des énoncés adossés à des données quantitatives ? Comment et pourquoi articuler données « qualitatives » et « quantitatives » ? Comment passer de sources « qualitatives » à des données quantifiables ? Telles sont les questions qui guideront les activités du séminaire cette année.

Cette initiative s’inscrit dans un contexte de regain d’intérêt, dans diverses disciplines des sciences sociales, pour la quantification, et d’importance croissante de la preuve statistique comme outil de gouvernement. Par ailleurs, l’ENS Cachan étant depuis peu partenaire de l’EQUIPEX CASD (Centre d’Accès Sécurisé Distant aux données), il importe de constituer une communauté de chercheurs qui
puissent se saisir des opportunités ouvertes par cet équipement, et développer une réflexion et une pratique collectives sur la quantification.

Les séances s’organiseront principalement autour de la présentation de recherches abouties ou en cours, afin d’examiner les différents moments des opérations de quantification :

  • sélection des sources et construction de corpus
  • codage
  • constitution de bases de données
  • traitements statistiques
  • interprétation des résultats

Programme

Vendredi 17 Octobre 2014 – Rendre compte de l’économie carcérale à partir de la Statistique Pénitentiaire (1882-1910)

Melchior Simioni, ENS Cachan

Vendredi 21 Novembre 2014 – Comment sortir de prison ? Une analyse économétrique de la semi-liberté et de la récidive

Anais Henneguelle, IDHES, ENS Cachan

Vendredi 12 Décembre 2014 – Représenter, modéliser et interpréter l’espace social à l’aide des modèles de classes latentes : le cas des pratiques de dépense

Ivaylo Petev, Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST-GENES

Vendredi 23 Janvier 2015 Analyser des trajectoires professionnelles. Le cas des migrants de Tunisie en région parisienne de 1956 aux années 1980

Anne-Sophie Bruno, CRESC, Université Paris Nord

Vendredi 13 Février 2015L’espace social des goûts culturels en France: questions de quantification

Nicolas Robette (Printemps, UVSQ, INED) et Olivier Roueff (CRESPPA-CSU)

Vendredi 13 Mars 2015 Étudier les trajectoires d’hommes et de femmes énarques à partir de dossiers conservés par l’ENA : saisie, codage, traitements

Elsa Favier, CMH-ETT, ENS

Vendredi 10 Avril 2015 : Construire des données statistiques au coeur d’une enquête ethnographique. Les enjeux d’une analyse statistique collective de la justice des affaires familiales (séance exceptionnellement de 15h à 17h)

Céline Bessière (IRISSO, Paris Dauphine, CMH-ETT), Sybille Gollac (IDHES, Paris Ouest, CMH-ETT) et Hélène Steinmetz (Université du Havre, CMH-ETT)

Vendredi 29 Mai 2015 : Au-delà des big data. Sciences sociales et données numériques

Etienne Ollion, SAGE, Université de Strasbourg

Vendredi 26 Juin 2015 : Le longitudinal en question : appariement optimal vs. modèles de survie dans l’analyse de carrières de travailleurs immigrés

Anton Perdoncin, ENS, CMH-ETT, IDHES-Cachan

 

Informations pratiques

Les séances ont lieu le vendredi, de 14h30 à 16h30, ENS Cachan, Bâtiment Laplace, salle Pollack (2e étage), sauf mention contraire dans le programme.

Contacts : Christian Bessy christian.bessy@ens‐cachan.fr/ Anton Perdoncin aperdonc@ens-cachan.fr / Thibaut de Saint Pol thibaut.desaintpol@ensae.fr

Séminaire Quantitativisme Réflexif 2013-2014

L’objectif de ce séminaire est d’ouvrir une réflexion sur les pratiques de quantification mises en oeuvre par les sciences sociales, en particulier sur les opérations de qualification, les différentes méthodes de traitement, et l’interprétation des résultats. Quelles sont les limites de validité des énoncés adossés à des données quantitatives ? Comment et pourquoi articuler données « qualitatives » et « quantitatives » ? Comment passer de sources « qualitatives » à des données quantifiables ? Telles sont les questions qui guideront les activités du séminaire cette année.

Cette initiative s’inscrit dans un contexte de regain d’intérêt, dans diverses disciplines des sciences sociales, pour la quantification, et d’importance croissante de la preuve statistique comme outil de gouvernement. Par ailleurs, l’ENS Cachan étant depuis peu partenaire de l’EQUIPEX CASD (Centre d’Accès Sécurisé Distant aux données), il importe de constituer une communauté de chercheurs qui
puissent se saisir des opportunités ouvertes par cet équipement, et développer une réflexion et une pratique collectives sur la quantification.

Les séances s’organiseront principalement autour de la présentation de recherches abouties ou en cours, afin d’examiner les différents moments des opérations de quantification :

  • sélection des sources et construction de corpus
  • codage
  • constitution de bases de données
  • traitements statistiques
  • interprétation des résultats

Programme

Vendredi 18 octobre – Effet performatif de la quantification : l’introduction du fétichisme de la marchandise à l’université (Hugo Harari-Kermadec, IDHE, ENS Cachan). Cette séance aura exceptionnellement lieu au 4e étage du bâtiment Laplace.

Vendredi 15 novembre – L’espace des conditions de vie en Europe (Frédéric Lebaron, Printemps, UVSQ). Cette séance aura exceptionnellement lieu au 4e étage du bâtiment Laplace.

Vendredi 20 décembre – La mobilité des chercheurs : entretiens biographiques et bases de données (Andrey Indukaev, IDHE, ENS Cachan)

Vendredi 17 janvier – Quantifier à partir de sources historiques : brevets et brevetés d’invention en France, 1791-1844 (Jérôme Baudry, EHESS, Centre Koyré)

Vendredi 14 février  A qui est cette voiture ? Le sociologue entre ménage et individu dans les enquêtes Transports 1982, 1993, 2008 (Yoann Demoli, OSC-Sciences Po, LSQ (CREST-INSEE)

Vendredi 14 mars – Quantification et performances de santé publique en Europe (François Briatte, IEP Grenoble, ESPOL Université Catholique de Lille)

Vendredi 2 avril – Niche width and audience evaluation in complex settings : the case of international corporate legal market (Rodolphe Durand, HEC). Cette séance, co-organisée avec le Printemps et le LSQ, se tiendra à l’INSEE (bât. Malakoff 2, 15 bd Gabriel Péri, Malakoff)

Vendredi 16 mai – Etudier les carrières de travailleurs migrants à partir de dossiers du personnel : saisie, codage, traitements (Anton Perdoncin, IDHE, ENS Cachan)

Vendredi 13 juin – La nomenclature socio-professionnelle : une histoire revisité (Thomas Amossé, CES, INSEE).

Informations pratiques

Les séances ont lieu le vendredi, de 14h30 à 16h30, ENS Cachan, Bâtiment Laplace, salle Pollack (2e étage), sauf mention contraire dans le programme.

Contacts : Christian Bessy christian.bessy@idhe.ens‐cachan.fr/ Anton Perdoncin aperdonc@idhe.enscachan.fr / Thibaut de Saint Pol thibaut.desaintpol@ensae.fr

Analyse des données du web et des réseaux sociaux : rendez-vous à Lille !

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la 27ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (plus connue sous le nom de « Quantilille ») aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 27 juin au jeudi 4 juillet 2013.

Cette année, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle : le premier sera consacré à l’analyse quantitative des données de l’Internet, et il sera coordonné par Dominique Cardon ; quant au second, il sera consacré à l’analyse des réseaux, et il sera coordonné par Pierre Mercklé et Julie Pagis. Tous les cours dans ces deux modules seront donnés en français.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 15 mai 2013). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Par ailleurs, l’ECPR devrait offrir des bourses à des étudiants rattachés à des institutions membres (au sens large) de l’ECPR pour participer à cette école d’été. Nous recontacterons les candidats qui se seront dits intéressés par ces bourses quand la procédure ECPR sera ouverte.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

– soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

– soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jean-gabriel.contamin@univ-lille2.fr), Julie Pagis (pivoineju@hotmail.com), Etienne Penissat (etienne.penissat@gmail.com) et Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com).

Au plaisir de vous retrouver à Lille à la fin du mois de juin !…

affiche_2013

Séminaire « Quantitativisme Réflexif » de l’ENS Cachan 2012‐2013

L’objectif de ce séminaire est d’ouvrir une réflexion sur les pratiques de quantification mises en oeuvre par les sciences sociales, en particulier sur les opérations de qualification, les différentes méthodes de traitement, et l’interprétation des résultats. Quelles sont les limites de validité des énoncés adossés à des données quantitatives ? Comment et pourquoi articuler données « qualitatives » et « quantitatives » ? Comment passer de sources « qualitatives » à des données quantifiables ? Telles sont les questions qui guideront les activités du séminaire cette année.

Cette initiative s’inscrit dans un contexte de regain d’intérêt, dans diverses disciplines des sciences sociales, pour la quantification, et d’importance croissante de la preuve statistique comme outil de gouvernement. Par ailleurs, l’ENS Cachan étant depuis peu partenaire de l’EQUIPEX CASD (Centre d’Accès Sécurisé Distant aux données), il importe de constituer une communauté de chercheurs qui
puissent se saisir des opportunités ouvertes par cet équipement, et développer une réflexion et une pratique collectives sur la quantification.

Les séances s’organiseront autour de trois axes :

  1. Présentation de recherches abouties, portant soit sur la construction de base de données, soit
    sur l’explicitation des méthodes mises en oeuvre (analyse des données, économétrie, analyse
    textuelle, etc.) ;
  2. Présentation de recherches en cours de réalisation afin d’examiner les différentes étapes des
    opérations de quantification : sélection des sources, construction d’un corpus, codage,
    constitution d’une base de données, traitements statistiques, interprétation des résultats ;
  3. Lecture collective de textes portant sur les enjeux de la quantification et les controverses
    entre différentes méthodes : modélisation versus analyse de données, risques de la
    métrologie, usages publiques et politiques des arguments statistiques, etc.

Programme

Vendredi 16 novembre – L’obésité : une épidémie de chiffres ? (Thibaut de Saint Pol, CREST-INSEE, IDHE)

Vendredi 14 décembre – Catégorisations profanes et catégorisations savantes de l’espace social en Europe : une enquête expérimentale autour du prototype ESeC (Laure de Verdalle et Jérôme Deauvieau, UVSQ)

Vendredi 18 janvier – Présentation du Centre d’Accès Sécurisé aux Données (Equipex CASD) (Kamel Gadouche, GENES, INSEE)

Vendredi 15 février – Analyser des données longitudinales : l’Optimal Matching en question : Trajectoires migratoires et carrières professionnelles de migrants : essai de typologie à partir de l’enquête Trajectoires et Origines (Ined, 2008) (Anton Perdoncin, IDHE-Cachan) ; Analyse séquentielle des parcours d’étudiants : l’impact de l’introduction des frais de scolarité à Paris-Dauphine (Léonard Moulin, CEPN, Paris 13)

Vendredi 15 mars – Profils de postiers algériens dans le département de Constantine (1900-1930). Du codage à la typologie : quantifier à partir de sources historiques (Annick Lacroix, ISP-Cachan)

Vendredi 19 avril – Contraintes institutionnelles, migrations et développement rural : approche empirique à partir du cas chinois (Thomas Vendryes, CES, ENS Cachan)

Vendredi 17 mai – Les expérimentations aléatoires, des mesures objectives ? À propos de la construction sociale et narrative des expérimentations dans Poor Economics (Banerjee et Duflot, 2011) (Agnès Labrousse, CRIISEA, CEMI-EHESS)

Vendredi 14 juin – « La visibilité, combien ça coûte ? Usages et efficacité de la publicité dans les filières culturelles » (Jean-Samuel Beuscart et Kevin Mellet, Orange Labs)

Informations pratiques

Les séances ont lieu le vendredi, de 14h30 à 16h30, ENS Cachan, Bâtiment Laplace, salle Pollack (2e étage).

Contacts : Christian Bessy christian.bessy@idhe.ens‐cachan.fr/ Anton Perdoncin aperdonc@idhe.enscachan.fr / Thibaut de Saint Pol thibaut.desaintpol@ensae.fr

Le Réseau Quételet adopte Nesstar

Les Archives de Données Issues de la Statistique Publique (ADISP) du Centre Maurice Halbwachs et le Centre de Données Socio-Politiques (CDSP), deux partenaires du Réseau Quételet, mettent en ligne un certain nombre de leurs enquêtes via un serveur Nesstar.

Initialement développé dans le cadre d’un projet européen en vue de doter les sciences sociales d’un outil de diffusion adapté aux données statistiques, le logiciel Nesstar (Networked Social Science Tools And Resources) est aujourd’hui utilisé dans la plupart des centres d’archivage de données au niveau international. Il permet de documenter les données selon la norme internationale DDI (Data Documentation Initiative) et de les diffuser par Internet, accompagnées de leurs métadonnées, c’est-à-dire de toutes les informations nécessaires à leur (ré-)utilisation.

En plus des métadonnées déjà accessibles, le serveur Nesstar permet surtout d’accéder à l’information au niveau de chaque variable (intitulé de la question, modalités de réponses et tris à plat). Aucune inscription n’est nécessaire pour la consultation de la documentation. En revanche, le téléchargement des jeux de données n’est pas possible à partir de ce serveur, vous devez toujours les commander depuis le portail des données du réseau Quetelet.

Pour accéder aux enquêtes en ligne du Réseau Quetelet :

Serveur Nesstar-ADISP et Serveur Nesstar-CDSP

25ème Ecole d’été de méthodes quantitatives en sciences sociales (Lille, 31 juin – 7 juillet 2011)

La 25ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (QUANTILILLE) aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 31 juin au jeudi 7 juillet 2011.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

En 2011, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle

1. Séquences, trajectoires, carrières (co-organisé avec Claire Lemercier)

2. Articuler analyses factorielles et analyses de régression (co-organisé avec Philippe Cibois et Jérôme Deauvieau)

Tous les cours sont donnés en français.

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 15 mai 2010). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Par ailleurs, l’ECPR offre cette année des bourses à des étudiants rattachés à des institutions membres (au sens large) de l’ECPR pour participer à cette école d’été. L’attribution des bourses se faisant selon l’ordre d’arrivée des candidatures (sous réserve que ces candidatures soient ensuite validées par les organisateurs de l’école), vous êtes là aussi invité(e)s, si vous êtes intéressé(e)s et concerné(e)s, à vous y prendre au plus vite. Ces bourses sont directement versées aux organisateurs de l’école. En retour, les étudiant.e.s boursiers sont exonéré.e.s de frais d’inscription et peuvent aussi, sur demande, être hébergé.e.s gratuitement en résidence universitaire pendant la durée de la formation.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

-soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

-soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jgcontamin@noos.fr) et Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com).

Au plaisir de vous accueillir…

Bien cordialement,

Jean-Gabriel Contamin et Emmanuel Pierru

PS : Les personnes intéressées par ces formations, mais qui doivent participer au congrès de l’Association Française de Sociologie (du 5 au 8 juillet), sont invitées à déposer tout de même leur candidature, en l’indiquant dans la case idoine du dossier. Les candidatures risquant de conduire à une absence en fin de semaine seront traitées selon l’affluence. Elles sont exonérées de frais de dossier, ces frais n’étant alors à régler que si la candidature est finalement retenue.

La Statistique Générale de la France disponible au format Excel

Statistique générale de la FranceLe Centre de Recherches Historiques et son équipe en charge des enquêtes collectives annoncent la mise en ligne de la Statistique Générale de la France, qui constituent une masse d’informations démographiques, sociales et économiques sans équivalent, couvrant un long XIXe siècle.

Dans les années 1980, Emmanuel Le Roy Ladurie et François Furet, tous deux membres du CRH, avaient pu obtenir l’accès aux données anciennes de la Statistique Générale de la France (SGF), qui était l’ancêtre de l’INSEE. En partenariat avec une équipe de l’Université Ann Arbor du Michigan, ils ont alors initié un vaste programme de mise en valeur de ces données, qui aboutit ajourd’hui avec la mise en ligne d’une imposante série de corpus de données décrivant l’état de la population française de 1851 à 1921, le mouvement de cette même population de 1800 à 1925, l’enseignement primaire, secondaire et supérieur de 1829 à 1897, le territoire national et la population française de 1800 à 1890.Ces données proviennent des résultats des recensements de la population, de la série « Mouvement de la population » publiée par la « Statistique générale de la France », d’un volume « Territoire et population » de la Statistique de la France, d’une série de rapports publiés par le ministère de l’Instruction Publique, et enfin d’ouvrages intitulés « Résultats statistiques du recensement des industries et professions » publiés par le « Service du recensement professionnel » pour ce qui concerne les données du recensement des industries.

Les données, disponibles gratuitement au format Excel, ainsi que leur présentation et leur description, font l’objet d’un numéro spécial de la revue électronique L’Atelier du centre de recherches historiques, que vous pourrez trouver à cette adresse :

http://acrh.revues.org/index2890.html

Vers un « Open Data » français ?

Alors que la ville de Paris vient de lancer ParisData (voir ce billet), il semble que le gouvernement français envisage à son tour de créer bientôt un « Open Data », autrement dit un dépôt de données statistiques publiques libres d’accès, sur l’exemple du data.gov américain. Etalab, le tout nouveau service interministériel en charge de développer ce futur laboratoire de la « transparence de l’Etat », doit en effet lancer une version bêta du site avant la fin de l’année 2011, probablement à l’adresse data.gouv.fr (mais pour l’instant, celle-ci n’est pas encore active).

Qu’est-ce que l’Open Data ? Il s’agit de proposer à tous, par l’intermédiaire d’un portail unique, un accès libre, gratuit et simplifié (autrement dit, dans des formats faciles à utiliser) à toutes les données produites par les administrations publiques. Que pourra-t-on y trouver ? S’agissant de la France, ce n’est pas encore déterminé, mais il est possible de se faire une idée du champ des possibles en explorant la version américaine, due à une initiative pionnière prise par Barack Obama juste après son élection en 2008 pour accompagner sa politique de « transparence » de l’action publique. Sur le portail américain, on peut ainsi trouver, et ce n’est pas une liste exhaustive : les enregistrements des secousses sismiques des sept derniers jours dans le monde entier, les relevés quotidiens de la qualité de l’air et de l’eau sur tout le territoire américain, les données « surveys of public participation in the arts » depuis 1982 (les équivalents américains de nos enquêtes sur les pratiques culturelles des Français), les statistiques de délivrances de visas, les listes électorales et les résultats d’élections, les résultats des enquêtes internationales PISA sur l’éducation…

En attendant donc la fin de l’année 2011, on ne peut qu’espérer que les données ainsi mises à disposition seront aussi extensives, et surtout qu’elles seront bien, sans contestation possibles, au service de l’avènement de cette « République irréprochable » promise par le candidat Nicolas Sarkozy, et que le président du même nom tarde un peu à mettre en place…

Liens utiles

ParisData, l’OpenData de la ville de Paris
http://opendata.paris.fr

Data.gov, l’OpenData américain
http://www.data.gov

Le Réseau Quételet fait peau neuve

reseauqueteletLe Réseau Quételet a la charge en France de l’archivage et de la diffusion des données pour les sciences humaines et sociales. Il vient de se doter d’un nouveau site Internet, qui a pour vocation de faciliter les recherches de données en sciences sociales. Ce portail centralise les données disponibles par l’intermédiaire de ses partenaires, et il vous simplifie la procédure de commande de fichiers.

Les partenaires du Réseau Quetelet sont le CMH-ADISP, Archives de données issues de la statistique publique du Centre Maurice Halbwachs, le CDSP, Centre de données socio-politiques, et le Service des Enquêtes de l’INED, Institut national d’études démographiques.

Le nouveau site vous permet d’accéder au catalogue des enquêtes et des corpus de données disponibles, d’y effectuer des recherches selon de nombreux critères, puis de commander et d’obtenir les données.

L’adresse du site :

http://www.reseau-quetelet.cnrs.fr