Séminaire Quantitativisme Réflexif 2013-2014

L’objectif de ce séminaire est d’ouvrir une réflexion sur les pratiques de quantification mises en oeuvre par les sciences sociales, en particulier sur les opérations de qualification, les différentes méthodes de traitement, et l’interprétation des résultats. Quelles sont les limites de validité des énoncés adossés à des données quantitatives ? Comment et pourquoi articuler données « qualitatives » et « quantitatives » ? Comment passer de sources « qualitatives » à des données quantifiables ? Telles sont les questions qui guideront les activités du séminaire cette année.

Cette initiative s’inscrit dans un contexte de regain d’intérêt, dans diverses disciplines des sciences sociales, pour la quantification, et d’importance croissante de la preuve statistique comme outil de gouvernement. Par ailleurs, l’ENS Cachan étant depuis peu partenaire de l’EQUIPEX CASD (Centre d’Accès Sécurisé Distant aux données), il importe de constituer une communauté de chercheurs qui
puissent se saisir des opportunités ouvertes par cet équipement, et développer une réflexion et une pratique collectives sur la quantification.

Les séances s’organiseront principalement autour de la présentation de recherches abouties ou en cours, afin d’examiner les différents moments des opérations de quantification :

  • sélection des sources et construction de corpus
  • codage
  • constitution de bases de données
  • traitements statistiques
  • interprétation des résultats

Programme

Vendredi 18 octobre – Effet performatif de la quantification : l’introduction du fétichisme de la marchandise à l’université (Hugo Harari-Kermadec, IDHE, ENS Cachan). Cette séance aura exceptionnellement lieu au 4e étage du bâtiment Laplace.

Vendredi 15 novembre – L’espace des conditions de vie en Europe (Frédéric Lebaron, Printemps, UVSQ). Cette séance aura exceptionnellement lieu au 4e étage du bâtiment Laplace.

Vendredi 20 décembre – La mobilité des chercheurs : entretiens biographiques et bases de données (Andrey Indukaev, IDHE, ENS Cachan)

Vendredi 17 janvier – Quantifier à partir de sources historiques : brevets et brevetés d’invention en France, 1791-1844 (Jérôme Baudry, EHESS, Centre Koyré)

Vendredi 14 février  A qui est cette voiture ? Le sociologue entre ménage et individu dans les enquêtes Transports 1982, 1993, 2008 (Yoann Demoli, OSC-Sciences Po, LSQ (CREST-INSEE)

Vendredi 14 mars – Quantification et performances de santé publique en Europe (François Briatte, IEP Grenoble, ESPOL Université Catholique de Lille)

Vendredi 2 avril – Niche width and audience evaluation in complex settings : the case of international corporate legal market (Rodolphe Durand, HEC). Cette séance, co-organisée avec le Printemps et le LSQ, se tiendra à l’INSEE (bât. Malakoff 2, 15 bd Gabriel Péri, Malakoff)

Vendredi 16 mai – Etudier les carrières de travailleurs migrants à partir de dossiers du personnel : saisie, codage, traitements (Anton Perdoncin, IDHE, ENS Cachan)

Vendredi 13 juin – La nomenclature socio-professionnelle : une histoire revisité (Thomas Amossé, CES, INSEE).

Informations pratiques

Les séances ont lieu le vendredi, de 14h30 à 16h30, ENS Cachan, Bâtiment Laplace, salle Pollack (2e étage), sauf mention contraire dans le programme.

Contacts : Christian Bessy christian.bessy@idhe.ens‐cachan.fr/ Anton Perdoncin aperdonc@idhe.enscachan.fr / Thibaut de Saint Pol thibaut.desaintpol@ensae.fr

Quantilille 2013 : Le programme

Toute la semaine qui vient, je vais coordonner avec Julie Pagis le module « Analyse des réseaux » de Quantilille 2013, la fameuse école d’été qui depuis de très nombreuses années a beaucoup contribué à la diffusion des méthodes quantitatives dans les sciences sociales. Le module commence jeudi matin, et je me suis dit qu’il n’y avait aucune raison de réserver les ressources rassemblées pour cette occasion à la vingtaine de collègues privilégiés dont la canditature a été retenue. Je vais donc m’efforcer, avec l’aide des intervenants, au fur et à mesure de cette école d’été, de partager avec vous notes de cours, powerpoints, modes d’emploi, voire jeux de données…

Pour que vous ayez une idée des bonnes choses à venir, voici déjà le programme détaillé de cette école d’été consacrée à l’analyse des réseaux… En attendant la bibliographie, un panorama des logiciels et une liste de ressources électroniques utiles dans les billets suivants…

1. Introduction à la sociologie des réseaux sociaux

Pierre Mercklé, Sociologue, MCF ENS de Lyon, Jeudi 27 juin 9h30-12h30

bibliographie / powerpoint / notes de cours

Présentation

La notion de « réseau » connaît en sciences sociales un succès grandissant depuis quelques décennies : les travaux pionniers des anthropologues de l’école de Manchester (John Barnes, Elizabeth Bott…) et des sociologues du groupe de Harvard (Harrison White, Mark Granovetter…) ont fait émerger tout un ensemble de concepts, de modèles et de recherches empiriques : l’analyse des réseaux consiste à prendre pour objets d’étude non plus seulement les caractéristiques des individus, mais les relations entre ces individus et les régularités structurales qu’elles présentent, pour les décrire, rendre compte de leur formation, de leurs transformations, et analyser leurs effets sur les comportements. Tout en envisageant les apports de la sociologie des réseaux à l’analyse de domaines variés de la vie sociale, cette introduction interrogera également les bouleversements qu’y a introduit depuis une dizaine d’année le développement des réseaux sociaux sur Internet, et la validité de la prétention de l’analyse des réseaux à constituer un nouveau paradigme sociologique, une « troisième voie » théorique entre les approches macro-sociales et les approches individualistes.

Bibliographie

Barnes J. A., 1954, “Class and Committees in a norwegian Island Parish”, Human Relations, 7, 39-58, trad. fr. Jean Grange, 2013, “Classes sociales et réseaux dans une île de Norvège”, à paraître.

Degenne Alain, Forsé Michel, 2004, Les réseaux sociaux. Une approche structurale en sociologie, Paris, Armand Colin.

Eve Michael, 2002, « Deux traditions dans l’analyse des réseaux sociaux », Réseaux, 115, 1883-212, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2002-5-page-183.htm

Forsé Michel, 2012, « Les réseaux sociaux d’aujourd’hui. Un monde décidément bien petit », Revue de l’OFCE, 125, 155-169, http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/revue/7-126.pdf.

Granovetter Mark S., 1973, “The Strength of Weak Ties”, American Journal of Sociology, 78, pp. 1360-1380, trad. fr. « La force des liens faibles », in Granovetter Mark S., 2000, Le marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 45-74.

Gribaudi Maurizio et Blum Alain, 1990, « Des catégories aux liens individuels : l’analyse statistique de l’espace social », Annales E.S.C., 6, 1365-1402, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1990_num_45_6_278914

Hannerz Ulf, 1983, « A quoi servent les réseaux », in Explorer la ville. Eléments d’anthropologie urbaine, Paris, Minuit, chapitre 5.

Lazega Emmanuel, 1998, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, Presses universitaires de France.

Marsden Peter V., 1990, « Network Data and Measurement », Annual Review of Sociology, 16, pp. 435-463, http://www.jstor.org/stable/2083277

Mercklé Pierre, 2011, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte.

Mercklé Pierre, 2012, “Who is Responsible for the Disappearance of Social Classes?”, Bulletin de méthodologie sociologique, 116, pp. 67-75.

Scott John, Harrington Peter (dir.), 2011, The SAGE Handbook of Social Network Analysis, Sage

Travers Jeffrey, Milgram Stanley, 2000, « Une étude expérimentale du petit monde », in Mendras Henri, Oberti Marco (dir.), Le sociologue et son terrain. Trente recherches exemplaires, Paris, Armand Colin, 230-241, trad. fr. par Michel Forsé de “An experimental study of the small world problem”, Sociometry, 1969, 32, 425-443, http://www.jstor.org/stable/2786545.

Wasserman Stanley, Faust Katherine, 1994, Social Network Analysis. Methods and Applications, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press.

White Harrison C., Boorman Scott A. et Breiger Ronald L. (1976), “Social Structure from Multiple Networks : I. Blockmodels of Roles and Positions”, American Journal of Sociology, 81, 730-780, http://www.jstor.org/stable/2777596

2. Les principaux logiciels pour l’analyse des réseaux

Laurent Beauguitte, Géographe, UMR IDEES (Rouen) et groupe fmr (flux, matrices, réseaux), Jeudi 27 juin 14h-17h

powerpoint / notes de cours / liste des principaux logiciels

Présentation

L’objectif de la séance est de proposer un panorama aussi large que possible concernant les possibilités logicielles en analyse de réseaux. L’exhaustivité n’étant plus possible aujourd’hui (90 logiciels recensés par Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Social_network_analysis_software, consulté le 28 février 2013), la présentation s’intéresse d’abord aux critères pertinents pour choisir un logiciel. Que l’on soit débutant ou confirmé, que notre pratique soit quotidienne ou occasionnelle, selon que l’on analyse tel ou tel type de réseau (réseaux personnels, multigraphes, 2-mode) ou que l’on souhaite mener telle ou telle analyse (mesures « classiques », visualisation, modèles statistiques), le logiciel pertinent n’est pas nécessairement le même. Une présentation rapide de plusieurs logiciels suivants sera proposée.

Bibliographie

Beauguitte Laurent, Mercklé Pierre, 2011, « Analyse des réseaux : une introduction à Pajek », Quanti, http://quanti.hypotheses.org/512.

Beauguitte Laurent, 2009, Ucinet et Netdraw. Logiciels pour l’analyse des réseaux sociaux. Petit mode d’emploi, http://thema.univ-fcomte.fr/IMG/pdf/_EMPLOI_v1.01.pdf.

Ressources Web

Groupe FMR (Flux, Matrices, Réseaux): http://groupefmr.hypotheses.org. Pour les tutoriels du Groupe FMR, voir http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMR/

Logiciels

Cytoscape, Gephi, Pajek, NetDraw, Ucinet

Données

Deux fichiers en format .csv ou .txt : un fichier pour les liens de format origine – destination et éventuellement attributs des liens ; un fichiers pour les liens de type sommet – attributs.

3. Réseaux sociaux, réseaux socio-numériques et données relationnelles du Web

Dominique Cardon, Sociologue, CR, Orange Labs, Paris, Vendredi 28 juin 9h30-12h30

powerpoint / notes de cours

Bibliographie

Cardon Dominique, Beuscart Jean-Samuel, Prieur Christophe, Pissard Nicolas, 2009, « Pourquoi partager mes photos de vacances avec des inconnus ? Les usages de Flickr », Réseaux, 154, 91-129.

Cardon Dominique, Delaunay-Teterel Hélène, 2006, « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics », Réseaux, 138, 15-71, http://robertoigarza.files.wordpress.com/2008/11/art-la-production-de-soi-comme-technique-relationelle-typologie-de-blogs-vvaa-2007.pdf

Cardon Dominique, Fouetillou Guilhem, Roth Camille, 2011, “Two paths of glory – Structural position and trajectories of websites within their topical community”, ICWSM 2011, Barcelone, 17-21 juillet 2011.

Cardon Dominique, Lerondeau Clémence, Prieur Christophe, 2011, « Esquisse de géographie de la blogosphère politique », in Greffet Fabienne, dir., Continuerlalutte.com. Les partis politiques sur le web, Paris, Les Presses de Sciences Po, 73-94.

4. La vie en réseaux : une approche longitudinale par les réseaux égocentrés

Claire Bidart, Sociologue, CNRS, Aix-en-Provence, Vendredi 28 juin 14h-17h

powerpoint / notes de cours

Présentation

Les réseaux personnels ne sont pas des structures d’objets neutres et éternels. Ils sont constitués par des relations entre des personnes, relations qui se construisent à partir de contextes, qui évoluent, qui s’interconnectent et qui parfois s’éteignent. La structure des réseaux est étroitement liée aux évolutions des relations, elles-mêmes liées aux événements de la vie. Nous examinerons les interactions entre contextes, relations, réseaux, et étudierons leurs dynamiques respectives.

Bibliographie

Bidart Claire, 1997, L’amitié, un lien social, Paris, La découverte, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00197849/fr/.

Bidart Claire, 2008, « Dynamiques des réseaux personnels et processus de socialisation: évolutions et influences des entourages lors des transitions vers la vie adulte », Revue Française de Sociologie, 49 (3), pp.559-583, https://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-2008-3-page-559.htm.

Bidart Claire, 2010, « Les âges de l’amitié. Cours de la vie et formes de la socialisation », Transversalités, n°113, pp.65-81. (Réédition du texte paru en 1999 in G. Ravis-Giordani (ed.), Amitiés, anthropologie et histoire, Aix en Provence, Presses de l’Université de Provence, pp. 421-435), http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00484900/fr/.

Bidart Claire, 2012, « Réseaux personnels et processus de socialisation », Idées économiques et sociales, 169, 8-15, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00743502.

Bidart Claire, Cacciuttolo P., 2013, « Combining qualitative, quantitative and structural dimensions in a longitudinal perspective. The case of network influence », Quality & Quantity, 47 (5),  2495-2515.

Bidart Claire, Charbonneau J., 2011, “How to Generate Personal Networks: Issues and Tools for a Sociological Perspective”, Field Methods, 23 (3), 266–286.

Bidart Claire, Degenne Alain, 2005, “Introduction : the dynamics of personal networks”, Social Networks, vol. 27, n°4, pp. 283-287.

Bidart Claire, Degenne Alain, Grossetti Michel, 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, PUF, coll. « Le lien social ». halshs-00646251. ISBN 978-2-13-059064-4.

Bidart Claire, Degenne Alain, Grossetti Michel, Lemercier Claire, 2010, « Analyse des réseaux sociaux : une “French touch” ? », Bulletin de Méthodologie Sociologique, n°106, p.45-58.

Bidart Claire, juin 2009, con la colaboración de Patrice Cacciuttolo, « En búsqueda del contenido de las redes sociales: los « móviles » de las relaciones », REDES, Revista Hispana para el Analísis de Redes Sociales, vol.16. http://revista-redes.rediris.es/pdf-vol16/vol16_7.pdf (espagnol), http://revista-redes.rediris.es/pdf-vol16/vol16_7f.pdf (français)

Bidart Claire, Lavenu D., 2005, « Evolutions of personal networks and life events », Social Networks, 27 (4), pp. 359-376.

 

5. Atelier : L’analyse des réseaux transnationaux : le cas des milieux d’affaires européens. Enjeux théoriques et méthodologiques

François-Xavier Dudouet, CNRS, Dauphine, Samedi 29 juin 9h30-12h30

notes de cours / données de travail

Bibliographie

Carroll William, 2010, The making of a transnational capitalist class. Corporate power in the twenty-first century, London, New York, Zed Books.

Carroll William, Fennema Meindert, 2002, “Is There a Transnational Business Community?” International Sociology, 17, 393-419.

Dudouet François-Xavier, Grémont Eric, Pageaut Audrey, 2012, « Les « grands patrons » en Europe : quelques pistes de réflexion pour l’analyse du champ des élites économiques européennes », in Georgakakis Didier (dir.), Le champ de l’Eurocratie. Une sociologie politique du personnel de l’UE, Paris, Economica, Collection Etudes Politiques.

Dudouet François-Xavier, Grémont Eric, Vion Antoine, 2012, “Transnational business network in the Eurozone : a focus on four major stock exchange indices”, in Murray Georgina, Scott John (eds.), Financial Elites and Transnational Business: Who Rules the World? Cheltenham, Northampton, Edwar Elgard Publishing, 124-145.

Mizruchi Mark S., 1996, “What Do Interlocks Do? An Analysis, Critique, and Assessment of Research on Interlocking Directorates”, Annual Review of Sociology, 22, 271-298.

Scott John, 1991, Social Network Analysis, London, Sage.

Logiciels

Notepad++, Microsoft Excel, Gephi

6. Atelier : Etudier la circulation des idées politiques entre espaces sociaux. Les apports de l’analyse de réseaux (Ucinet)

Mathieu Hauchecorne, Politiste, Post-doctorant au Printemps, Lundi 1 juillet 9h30-12h30

powerpoint / notes de cours

Bibliographie

Anheier Helmut K., Gerhards Jurgen, Romo Frank P., 1995, “Forms of capital and social structure in cultural fields: Examining Bourdieu’s social topography”,  American Journal of Sociology, 100 (4), 859-903, http://www.jstor.org/stable/2782154.

Beauguitte Laurent, 2009, Ucinet et Netdraw. Logiciels pour l’analyse des réseaux sociaux. Petit mode d’emploi, http://thema.univ-fcomte.fr/IMG/pdf/_EMPLOI_v1.01.pdf.

Borgatti Steve, Everett Martin, Johnson Jeff, 2013, Analyzing Social Networks, Sage. Manuel d’analyse de réseaux écrits par les développeurs de Ucinet : est sorti en mai en Angleterre, doit en principe sortir le 12 juin aux Etats-Unis… Site compagnon : https://sites.google.com/site/analyzingsocialnetworks/

De Nooy Wouter, 2003, “Fields and networks: correspondence analysis and social network analysis in the framework of field theory”, Poetics, 31 (5), 305-327.

De Nooy Wouter, Mrvar Andrej, Batagelj Vladimir, 2005, Exploratory Social Network Analysis with Pajek, New York, Cambridge University Press, http://courses.arch.ntua.gr/fsr%2F144992/Pajek-Manual.pdf

Sapiro Gisèle, 2006, « Réseaux, institutions et champ », in De Marneff Daphné, Denis Benoît (dir.), Les Réseaux littéraires, Bruxelles, LE CRI/CIEL-ULB-Ug, 44-59, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00122878/en/.

Wasserman S., Faust K., 1989, “Canonical Analysis of the Composition and Structure of Social Networks”, Sociological Methodology, 19, 1-42, http://www.socsci.uci.edu/~kfaust/faust/research/articles/wasserman_faust_sm_1989.pdf.

Logiciels

Microsoft Excel, NetDraw, Ucinet

7. Utiliser R pour l’analyse des réseaux sociaux

Baptiste Coulmont, Sociologue, MCF Paris-8, Lundi 1 juillet 14h-17h

notes de cours

Logiciels

R, iGraph Package pour R

8. Atelier : réseaux sociaux et science politique avec R

Baptiste Coulmont, Sociologue, MCF Paris-8, Mardi 2 juillet 9h30-12h30

notes de cours / données : networks.txt / données : nodes.txt

Logiciels

R, iGraph Package pour R

9. La visualisation des réseaux sociaux et ses enjeux

Pascal Cristofoli, IE, CRH, Mardi 2 juillet 14h-17h

powerpoint introduction à NodeXL / powerpoint usages des visualisations / notes de coursexemple pour NodeXL / données de travail

Bibliographie

Hansen D., Shneiderman B., Smith M., 2010, Analyzing Social Media Networks with NodeXL: Insights from a Connected World published, Morgan Kaufmann.

Logiciels

NodeXL, Gephi, Visone

10. Dynamique des mondes sociaux : l’analyse de réseaux au service de l’histoire du rap français

Karim Hammou, Sociologue, Centre Norbert Elias, Mercredi 3 juillet 9h30-12h30

powerpoint / notes de cours

Présentation

L’analyse de réseaux permet d’appréhender un grand nombre de données empiriques en bénéficiant des effets de surprise qu’offrent les techniques formelles ou statistiques de description et d’analyse. A partir d’une approche descriptive de réseaux complets dynamiques, on propose de revenir sur la genèse d’un monde social du rap français, saisi par le biais de collaborations entre artistes (featurings). Cette séance sera l’occasion de revenir sur le rôle que jouent, dans l’interprétation, le relevé des formes sociales récurrentes, la circulation entre indicateurs structuraux et connaissances documentaires sur l’univers étudié, la comparaison entre états successifs d’un réseau, et les jeux d’échelles.

Bibliographie

Everett Martin G., Borgatti Stephen P., 1999, “Peripheries of Cohesive Subsets”, Social Networks, 21 (4), 397-407, http://www.steveborgatti.com/papers/borgatti%20-%20peripheries%20of%20cohesive%20subsets.pdf.

Faust Katherine, 2006, “Comparing Social Networks: Size, Density, and Local Structure », Metodološki zvezki, 3 (2), 185-216, http://sociology.snu.ac.kr/jyyee/network/pdf/graphtheory/triad%20census%20faust.pdf.

Freeman Linton C., 1979, “Centrality in Social Networks: Conceptual clarification”, Social Networks, 1, 215-239, http://moreno.ss.uci.edu/27.pdf.

Hammou Karim, 2009, « Des raps en français au “rap français” », Histoire & mesure, XXIV, 1, 2009, http://histoiremesure.revues.org/3889.

Moody James, White Douglas R., 2003, “Structural Cohesion Embeddedness: A Hierarchical Concept of Social Groups”, American Sociological Review, 68 (1), 103-127, http://www.chssp.columbia.edu/events/documents/MoodyandWhite.pdf.

Smith Reginald D., 2006, “The network of Collaboration Among Rappers and its Community Structure”, Journal of Statistical Mechanics: Theory and Experiment, http://arxiv.org/pdf/physics/0511215.pdf.

Logiciels

NetDraw, Ucinet

11. Analyse des réseaux et simulations multi-agents, quelles articulations ? Application à l’étude des mouvements sociaux.

Paola Tubaro, MCF à l’université de Greenwich, Londres, Mercredi 3 juillet 14h-17h

powerpoint / données / notes de cours

Bibliographie

Gilbert N., Troitsch K.G., 2005, Simulation for the Social Scientist, Open University Press.

Casilli A.A., Tubaro P., 2012, “Social media censorship in times of political unrest – A social simulation experiment with the UK riots”, Bulletin de méthodologie sociologique, 115, 5-20.

Epstein J.M., 2002, “Modeling civil violence : an agent-based computational approach”, PNAS, 99 (3), 7243-7250.

Torrens P.M., McDaniel A., 2012, “Modeling geographic behavior in riotous crowds”, Annals of the Association of American Geographers, 103 (1), 20-46.

Logiciels

Netlogo

12. Atelier : extraire, visualiser et analyser des données relationnelles du Web

Christophe Prieur, Informaticien, MCF, Paris-7, Jeudi 4 juillet 9h30-12h30

scripts / notes de cours

Bibliographie

Lazer David, et al., 2009, “Computational social science”, Science, vol. 323, no. 5915, pp. 721-723.

Cardon Dominique, Prieur Christophe, 2007, « Les réseaux de relations sur Internet : un objet de recherche pour l’informatique et les sciences sociales », in Reber, Brossaud (dir.), Humanités numériques, Hermès, vol. 1.

Raux Stéphane, Prieur Christophe, 2011, « Stabilité globale et diversité locale dans la dynamique des commentaires de Flickr », Technique et Science Informatique, 30 (2), 155-180, http://www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~prieur/Publis/TSI2444-RauxPrieurV2.pdf.

13. Atelier : le corporate interlocking et la structure des élites dirigeantes françaises

François Denord, Sociologue, CR, CESSP, Jeudi 4 juillet 14h-17h

notes de cours

Présentation

Cette séance aura pour objectif de montrer comment des données relativement pauvres (des co-appartenances) peuvent être utilisées pour analyser la distribution du capital social au sein d’un groupe. Il s’agira en empruntant des méthodes à l’analyse de réseaux et à l’analyse géométrique des données  d’étudier la multipositionnalité des élites dirigeantes actuelles. On s’intéressera ainsi plus particulièrement au « corporate interlocking » qui ne se limite pas aux seuls conseils d’administration d’entreprises privées.

Bibliographie

Boltanski Luc, 1973, « L’Espace positionnel. Multiplicité des positions et habitus de classe », Revue française de sociologie, XIV, 3-26, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1973_num_14_1_2176

Denord François, Lagneau-Ymonet Paul, Thine Sylvain, 2011, « Le champ du pouvoir en France », Actes de la recherche en sciences sociales, 170,  24-57.

Le Roux Brigitte, Rouanet Henry, 2004, Geometric Data Analysis. From Correspondence Analysis to Structured Data Analysis, Dordrecht/Boston/Londres, Kluwer Academic Publishers.

Mizruchi Mark S., 1996, “What Do Interlocks Do? An Analysis, Critique, and Assessment of Research on Interlocking Directorates”, Annual Review of Sociology, 22, 271-298.

Analyse des données du web et des réseaux sociaux : rendez-vous à Lille !

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la 27ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (plus connue sous le nom de « Quantilille ») aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 27 juin au jeudi 4 juillet 2013.

Cette année, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle : le premier sera consacré à l’analyse quantitative des données de l’Internet, et il sera coordonné par Dominique Cardon ; quant au second, il sera consacré à l’analyse des réseaux, et il sera coordonné par Pierre Mercklé et Julie Pagis. Tous les cours dans ces deux modules seront donnés en français.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 15 mai 2013). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Par ailleurs, l’ECPR devrait offrir des bourses à des étudiants rattachés à des institutions membres (au sens large) de l’ECPR pour participer à cette école d’été. Nous recontacterons les candidats qui se seront dits intéressés par ces bourses quand la procédure ECPR sera ouverte.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

– soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

– soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jean-gabriel.contamin@univ-lille2.fr), Julie Pagis (pivoineju@hotmail.com), Etienne Penissat (etienne.penissat@gmail.com) et Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com).

Au plaisir de vous retrouver à Lille à la fin du mois de juin !…

affiche_2013

Séminaire « Quantitativisme Réflexif » de l’ENS Cachan 2012‐2013

L’objectif de ce séminaire est d’ouvrir une réflexion sur les pratiques de quantification mises en oeuvre par les sciences sociales, en particulier sur les opérations de qualification, les différentes méthodes de traitement, et l’interprétation des résultats. Quelles sont les limites de validité des énoncés adossés à des données quantitatives ? Comment et pourquoi articuler données « qualitatives » et « quantitatives » ? Comment passer de sources « qualitatives » à des données quantifiables ? Telles sont les questions qui guideront les activités du séminaire cette année.

Cette initiative s’inscrit dans un contexte de regain d’intérêt, dans diverses disciplines des sciences sociales, pour la quantification, et d’importance croissante de la preuve statistique comme outil de gouvernement. Par ailleurs, l’ENS Cachan étant depuis peu partenaire de l’EQUIPEX CASD (Centre d’Accès Sécurisé Distant aux données), il importe de constituer une communauté de chercheurs qui
puissent se saisir des opportunités ouvertes par cet équipement, et développer une réflexion et une pratique collectives sur la quantification.

Les séances s’organiseront autour de trois axes :

  1. Présentation de recherches abouties, portant soit sur la construction de base de données, soit
    sur l’explicitation des méthodes mises en oeuvre (analyse des données, économétrie, analyse
    textuelle, etc.) ;
  2. Présentation de recherches en cours de réalisation afin d’examiner les différentes étapes des
    opérations de quantification : sélection des sources, construction d’un corpus, codage,
    constitution d’une base de données, traitements statistiques, interprétation des résultats ;
  3. Lecture collective de textes portant sur les enjeux de la quantification et les controverses
    entre différentes méthodes : modélisation versus analyse de données, risques de la
    métrologie, usages publiques et politiques des arguments statistiques, etc.

Programme

Vendredi 16 novembre – L’obésité : une épidémie de chiffres ? (Thibaut de Saint Pol, CREST-INSEE, IDHE)

Vendredi 14 décembre – Catégorisations profanes et catégorisations savantes de l’espace social en Europe : une enquête expérimentale autour du prototype ESeC (Laure de Verdalle et Jérôme Deauvieau, UVSQ)

Vendredi 18 janvier – Présentation du Centre d’Accès Sécurisé aux Données (Equipex CASD) (Kamel Gadouche, GENES, INSEE)

Vendredi 15 février – Analyser des données longitudinales : l’Optimal Matching en question : Trajectoires migratoires et carrières professionnelles de migrants : essai de typologie à partir de l’enquête Trajectoires et Origines (Ined, 2008) (Anton Perdoncin, IDHE-Cachan) ; Analyse séquentielle des parcours d’étudiants : l’impact de l’introduction des frais de scolarité à Paris-Dauphine (Léonard Moulin, CEPN, Paris 13)

Vendredi 15 mars – Profils de postiers algériens dans le département de Constantine (1900-1930). Du codage à la typologie : quantifier à partir de sources historiques (Annick Lacroix, ISP-Cachan)

Vendredi 19 avril – Contraintes institutionnelles, migrations et développement rural : approche empirique à partir du cas chinois (Thomas Vendryes, CES, ENS Cachan)

Vendredi 17 mai – Les expérimentations aléatoires, des mesures objectives ? À propos de la construction sociale et narrative des expérimentations dans Poor Economics (Banerjee et Duflot, 2011) (Agnès Labrousse, CRIISEA, CEMI-EHESS)

Vendredi 14 juin – « La visibilité, combien ça coûte ? Usages et efficacité de la publicité dans les filières culturelles » (Jean-Samuel Beuscart et Kevin Mellet, Orange Labs)

Informations pratiques

Les séances ont lieu le vendredi, de 14h30 à 16h30, ENS Cachan, Bâtiment Laplace, salle Pollack (2e étage).

Contacts : Christian Bessy christian.bessy@idhe.ens‐cachan.fr/ Anton Perdoncin aperdonc@idhe.enscachan.fr / Thibaut de Saint Pol thibaut.desaintpol@ensae.fr

Bienvenue aux apprentis sociologues et architectes de l’information !

Le carnet de recherches QUANTI prend cette année une nouvelle direction, en s’ouvrant à de nouveaux publics. Poursuivant nos missions d’initiation et de formation aux méthodes quantitatives d’enquête en sciences sociales, nous avons décidé à partir de cette année de l’associer pour la première fois à un enseignement.

Cet enseignement, c’est le cours “Enquêtes, statistiques et modélisation”, animé à l’ENS de Lyon par Pablo Jensen et Pierre Mercklé, et qui est inscrit à la fois dans le cursus du Master 1 de recherches sociologiques de l’ENS, et dans le cursus du tout nouveau Master d’Architecture de l’information (vous pouvez aussi découvrir ici le portail des blogs de ce nouveau Master : http://archinfo.hypotheses.org).

Le cours a pour objectif de former les étudiants à la pratique des méthodes quantitatives d’enquête en sciences sociales. Les étudiants sont amenés à participer collectivement, dans des conditions réelles, à toutes les étapes d’une recherche, depuis la collecte et la préparation des données, jusqu’à leur analyse et leur interprétation. Vous pouvez en découvrir une description plus détaillée ici.

Ce carnet de recherche est donc désormais aussi celui des étudiants de ce cours : en plus de nos publications habituelles, vous pourrez donc y retrouver bientôt, en accès libre, les documents qui servent de supports à leurs cours, ainsi que leurs propres contributions !

Bonne rentrée !

 

25ème Ecole d’été de méthodes quantitatives en sciences sociales (Lille, 31 juin – 7 juillet 2011)

La 25ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (QUANTILILLE) aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 31 juin au jeudi 7 juillet 2011.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

En 2011, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle

1. Séquences, trajectoires, carrières (co-organisé avec Claire Lemercier)

2. Articuler analyses factorielles et analyses de régression (co-organisé avec Philippe Cibois et Jérôme Deauvieau)

Tous les cours sont donnés en français.

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 15 mai 2010). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Par ailleurs, l’ECPR offre cette année des bourses à des étudiants rattachés à des institutions membres (au sens large) de l’ECPR pour participer à cette école d’été. L’attribution des bourses se faisant selon l’ordre d’arrivée des candidatures (sous réserve que ces candidatures soient ensuite validées par les organisateurs de l’école), vous êtes là aussi invité(e)s, si vous êtes intéressé(e)s et concerné(e)s, à vous y prendre au plus vite. Ces bourses sont directement versées aux organisateurs de l’école. En retour, les étudiant.e.s boursiers sont exonéré.e.s de frais d’inscription et peuvent aussi, sur demande, être hébergé.e.s gratuitement en résidence universitaire pendant la durée de la formation.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

-soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

-soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jgcontamin@noos.fr) et Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com).

Au plaisir de vous accueillir…

Bien cordialement,

Jean-Gabriel Contamin et Emmanuel Pierru

PS : Les personnes intéressées par ces formations, mais qui doivent participer au congrès de l’Association Française de Sociologie (du 5 au 8 juillet), sont invitées à déposer tout de même leur candidature, en l’indiquant dans la case idoine du dossier. Les candidatures risquant de conduire à une absence en fin de semaine seront traitées selon l’affluence. Elles sont exonérées de frais de dossier, ces frais n’étant alors à régler que si la candidature est finalement retenue.

Universités d’été en méthodes quantitatives

Le programme « Quantitative Methods in the Social Sciences 2 » (QMSS 2), mis en place par la Fondation Européenne pour la Science (ESF) et soutenu pour la France par le Comité de Concertation pour les Données en Sciences Humaines et Sociales, propose deux séminaires de formation durant l’été 2011.

Ces séminaires sont ouverts à des doctorants ou jeunes docteurs de toutes les disciplines des sciences sociales qui souhaiteraient parfaire leur formation aux méthodes quantitatives dans un contexte international propice au développement de relations et de collaborations avec des collègues étrangers.

Le programme QMSS 2 prendra en charge, outre les frais de formation, les frais d’hébergement et de nourriture. Seuls les frais de voyage resteront donc à la charge des participants (ou à la charge de leurs institutions).

Les deux séminaires de l’été 2011 portent sur les thèmes suivants :

– « Analysis Methods for Cross-National Comparisons »

– « Network Dynamics »

Tout renseignement complémentaire figure sur le site Web http://www.ccsr.ac.uk/qmss/summer/Call_11.shtml qui inclut aussi une description plus détaillée des séminaires proposés. La date limite pour l’envoi des candidatures est le 31 janvier 2011.

Comment faire des tests sous R ?

Les articles de sciences sociales utilisent les tests de manière routinisée à travers notamment l’examen des paramètres d’une régression. Il n’est pas inutile de revenir aux bases pour comprendre le test dans sa généralité avant de l’embrigader dans la lourde mathématique de l’analyse toutes choses égales par ailleurs. Au commencement le test sert à répondre à des questions simples. Est-ce que je peux affirmer sans me tromper ou plus exactement sans avoir trop de chances de me tromper que deux moyennes sont différentes ou que deux variables ne sont pas indépendantes ? Plutôt qu’un long discours sur la théorie des tests, les différentes espèces de risque, la notion de puissance et autre, l’idée de ce tutoriel est de proposer un apprentissage par la pratique.

Lire la suite

L’histoire et l’historien face au quantitatif

Déjà auteures d’un formidable « Repères » consacré aux Méthodes quantitatives pour l’historien (La Découverte, 2008), nos amies Claire Lemercier et Claire Zalc continuent cette année leur séminaire EHESS consacré à cette question. Ce séminaire, intitulé « L’histoire et l’historien face au quantitatif », est depuis l’année dernière un véritable « atelier » de méthodologie, dont les séances sont organisées autour de la présentation et de la discussion collective des travaux des participants, articulées à une exploration des différents usages possibles des méthodes statistiques dans la recherche historique.

Si vous souhaitez assister à l’atelier, voire y présenter votre recherche, n’hésitez pas à leur écrire, vous serez bien accuelli-e-s !

Le séminaire a lieu le mardi de 10 h 00 à 13 h 00, à l’ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle de l’IHMC, au premier semestre. Dates des séances : 3 novembre 2009 – 17 novembre 2009 – 1er décembre 2009 – 15 décembre 2009 – 5 janvier 2010 – 19 janvier 2010 – 2 février 2010 – 16 février 2010

Pour plus d’informations : http://www.quanti.ihmc.ens.fr/document.php?id=146

Contact : histquanti@gmail.com