Les méthodes d’analyse d’enquêtes : réédition du livre de Philippe Cibois dans la Bibliothèque idéale des sciences sociales

Couv_Cibois_h300J’ai l’immense plaisir de vous annoncer la création de la Bibliothèque idéale des sciences sociales (Bi2S), une collection de rééditions de grands ouvrages de sciences sociales au catalogue des éditions de l’ENS de Lyon sur le portail OpenEdition, et réalisée en partenariat avec l’ENSSIB, le Centre Max Weber et Triangle. Vous pouvez découvrir la Bibliothèque idéale des sciences sociales ici : https://books.openedition.org/enseditions/177.

Et parmi les premiers titres, je suis très heureux d’avoir pu rééditer le « Que Sais-je » que Philippe Cibois avait consacré en 2007 aux Méthodes d’analyse d’enquêtes. Vous pouvez lire le texte intégral du livre à l’écran, et vous pouvez également l’acquérir aux formats PDF et ePub. L’ePub est particulièrement réussi, merci OpenEdition ! Le tout est ici :

https://books.openedition.org/enseditions/1443

Le livre de Philippe Cibois sera en particulier précieux pour toutes celles et tous ceux qui veulent en savoir plus sur l’analyse factorielle des correspondances, dont la technique est minutieusement détaillée et patiemment illustrée.

Et j’y ai ajouté une courte préface, intitulée « Le goût des statistiques », que vous trouverez ici : https://books.openedition.org/enseditions/2188. J’essaie d’y expliquer en quoi la conception de la pédagogie quantitative que Philippe Cibois met en oeuvre dans ce livre me semble justifier cette réédition, destinée à le mettre à la disposition du plus grand nombre dans un format aussi pratique que possible.

Alors n’hésitez pas à faire de la publicité au livre de Philippe Cibois et à la Bibliothèque idéale des sciences sociales ! N’hésitez pas à faire suivre ce billet à vos collègues et vos étudiants, et à le transmettre aux listes et aux supports d’informations qui vous sembleraient appropriés. Et enfin, n’hésitez pas non plus à inviter la bibliothèque de votre établissement à acquérir les titres de la Bibliothèque idéale des sciences sociales !

 

Une bibliographie pour l’analyse des réseaux

Toujours dans la perspective du module « Analyse des réseaux » de Quantilille 2013, qui commence demain matin, voici, après le programme et avant un panorama des logiciels et une liste de ressources électroniques utiles, une bibliographie détaillée des travaux (ouvrages, articles) dont la lecture a été suggérée par les différents intervenants. Ce n’est évidemment pas une bibliographie complète et ordonnée, seulement une liste alphabétique de références, mais elle peut certainement être utile à toutes celles et tous ceux qui voudraient avoir un aperçu de la diversité des travaux qui ont jalonné les développements de l’analyse des réseaux jusqu’à aujourd’hui…

Anheier Helmut K., Gerhards Jurgen, Romo Frank P., 1995, “Forms of capital and social structure in cultural fields: Examining Bourdieu’s social topography”,  American Journal of Sociology, 100 (4), 859-903, http://www.jstor.org/stable/2782154.

Backstrom L., Boldi P., Rosa M., Ugander J. et Vigna S., 2012, “Four degrees of separation”, Cornell University Library Archives (ArXiv), http://arxiv.org/abs/1111.4570.

Bakshy Eytan, 2012, « Rethinking Information Diversity in Networks », Facebook Data Science, mis en ligne le 17 janvier 2012, https://www.facebook.com/notes/facebook-data-team/rethinking-information-diversity-in-networks/10150503499618859.

Barnes J. A., 1954, “Class and Committees in a norwegian Island Parish”, Human Relations, 7, 39-58, trad. fr. Jean Grange, 2013, “Classes sociales et réseaux dans une île de Norvège”, à paraître.

Beauguitte Laurent, 2009, Ucinet et Netdraw. Logiciels pour l’analyse des réseaux sociaux. Petit mode d’emploi, http://thema.univ-fcomte.fr/IMG/pdf/_EMPLOI_v1.01.pdf.

Beauguitte Laurent, Mercklé Pierre, 2011, « Analyse des réseaux : une introduction à Pajek », Quanti, http://quanti.hypotheses.org/512.

Bidart Claire, 1997, L’amitié, un lien social, Paris, La découverte, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00197849/fr/.

Bidart Claire, 2008, « Dynamiques des réseaux personnels et processus de socialisation: évolutions et influences des entourages lors des transitions vers la vie adulte », Revue Française de Sociologie, 49 (3), pp.559-583, https://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-2008-3-page-559.htm.

Bidart Claire, 2010, « Les âges de l’amitié. Cours de la vie et formes de la socialisation », Transversalités, n°113, pp.65-81. (Réédition du texte paru en 1999 in G. Ravis-Giordani (ed.), Amitiés, anthropologie et histoire, Aix en Provence, Presses de l’Université de Provence, pp. 421-435), http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00484900/fr/.

Bidart Claire, 2012, « Réseaux personnels et processus de socialisation », Idées économiques et sociales, 169, 8-15, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00743502.

Bidart Claire, Cacciuttolo P., 2013, « Combining qualitative, quantitative and structural dimensions in a longitudinal perspective. The case of network influence », Quality & Quantity, 47 (5),  2495-2515.

Bidart Claire, Charbonneau J., 2011, “How to Generate Personal Networks: Issues and Tools for a Sociological Perspective”, Field Methods, 23 (3), 266–286.

Bidart Claire, Degenne Alain, 2005, “Introduction : the dynamics of personal networks”, Social Networks, vol. 27, n°4, pp. 283-287.

Bidart Claire, Degenne Alain, Grossetti Michel, 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, PUF, coll. « Le lien social ». halshs-00646251. ISBN 978-2-13-059064-4.

Bidart Claire, Degenne Alain, Grossetti Michel, Lemercier Claire, 2010, « Analyse des réseaux sociaux : une “French touch” ? », Bulletin de Méthodologie Sociologique, n°106, p.45-58.

Bidart Claire, juin 2009, con la colaboración de Patrice Cacciuttolo, « En búsqueda del contenido de las redes sociales: los « móviles » de las relaciones », REDES, Revista Hispana para el Analísis de Redes Sociales, vol.16. http://revista-redes.rediris.es/pdf-vol16/vol16_7.pdf (espagnol), http://revista-redes.rediris.es/pdf-vol16/vol16_7f.pdf (français)

Bidart Claire, Lavenu D., 2005, « Evolutions of personal networks and life events », Social Networks, 27 (4), pp. 359-376.

Boltanski Luc, 1973, « L’Espace positionnel. Multiplicité des positions et habitus de classe », Revue française de sociologie, XIV, 3-26, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1973_num_14_1_2176.

Borgatti Steve, Everett Martin, Johnson Jeff, 2013, Analyzing Social Networks, Sage. Manuel d’analyse de réseaux écrits par les développeurs de Ucinet : est sorti en mai en Angleterre, doit en principe sortir le 12 juin aux Etats-Unis… Site compagnon : https://sites.google.com/site/analyzingsocialnetworks/

Burt Ronald S., 1992, Structural Holes. The Social Structure of Competition, Cambridge (Mass.), Harvard University Press

Burt Ronald S., 1995, « Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur »,  Revue française de sociologie, XXXVI-4, octobre-décembre, pp. 599-628, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1995_num_36_4_4421.

Burt Ronald S., 2006, Brokerage and Closure, Oxford University Press

Cardon Dominique, Beuscart Jean-Samuel, Prieur Christophe, Pissard Nicolas, 2009, « Pourquoi partager mes photos de vacances avec des inconnus ? Les usages de Flickr », Réseaux, 154, 91-129.

Cardon Dominique, Delaunay-Teterel Hélène, 2006, « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics », Réseaux, 138, 15-71, http://robertoigarza.files.wordpress.com/2008/11/art-la-production-de-soi-comme-technique-relationelle-typologie-de-blogs-vvaa-2007.pdf

Cardon Dominique, Fouetillou Guilhem, Roth Camille, 2011, “Two paths of glory – Structural position and trajectories of websites within their topical community”, ICWSM 2011, Barcelone, 17-21 juillet 2011.

Cardon Dominique, Lerondeau Clémence, Prieur Christophe, 2011, « Esquisse de géographie de la blogosphère politique », in Greffet Fabienne, dir., Continuerlalutte.com. Les partis politiques sur le web, Paris, Les Presses de Sciences Po, 73-94.

Cardon Dominique, Prieur Christophe, 2007, « Les réseaux de relations sur Internet : un objet de recherche pour l’informatique et les sciences sociales », in Reber, Brossaud (dir.), Humanités numériques, Hermès, vol. 1.

Carroll William, 2010, The making of a transnational capitalist class. Corporate power in the twenty-first century, London, New York, Zed Books.

Carroll William, Fennema Meindert, 2002, “Is There a Transnational Business Community?” International Sociology, 17, 393-419.

Casilli A.A., Tubaro P. (2012), “Social media censorship in times of political unrest – A social simulation experiment with the UK riots”, Bulletin de Méthodologie Sociologique, 115, 5-20.

De Nooy Wouter, 2003, “Fields and networks: correspondence analysis and social network analysis in the framework of field theory”, Poetics, 31 (5), 305-327.

De Nooy Wouter, Mrvar Andrej, Batagelj Vladimir, 2005, Exploratory Social Network Analysis with Pajek, New York, Cambridge University Press, http://courses.arch.ntua.gr/fsr%2F144992/Pajek-Manual.pdf

Degenne Alain, Forsé Michel, 2004, Les réseaux sociaux. Une approche structurale en sociologie, Paris, Armand Colin.

Denord François, Lagneau-Ymonet Paul, Thine Sylvain, 2011, « Le champ du pouvoir en France », Actes de la recherche en sciences sociales, 170,  24-57.

Dudouet François-Xavier, Grémont Eric, Pageaut Audrey, 2012, « Les « grands patrons » en Europe : quelques pistes de réflexion pour l’analyse du champ des élites économiques européennes », in Georgakakis Didier (dir.), Le champ de l’Eurocratie. Une sociologie politique du personnel de l’UE, Paris, Economica, Collection Etudes Politiques.

Dudouet François-Xavier, Grémont Eric, Vion Antoine, 2012, “Transnational business network in the Eurozone : a focus on four major stock exchange indices”, in Murray Georgina, Scott John (eds.), Financial Elites and Transnational Business: Who Rules the World?, Cheltenham, Northampton, Edward Elgar Publishing, 124-145.

Epstein J.M., 2002, “Modeling civil violence: an agent-based computational approach”, PNAS, 99 (3), 7243-7250.

Erickson Bonnie H., 1996, “Culture, Class and Connections”, American Journal of Sociology, 102 (1), 217-251, http://www.jstor.org/stable/2782191

Eve Michael, 2002, « Deux traditions dans l’analyse des réseaux sociaux », Réseaux, 115, 1883-212, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2002-5-page-183.htm

Everett Martin G., Borgatti Stephen P., 1999, “Peripheries of Cohesive Subsets”, Social Networks, 21 (4), 397-407, http://www.steveborgatti.com/papers/borgatti%20-%20peripheries%20of%20cohesive%20subsets.pdf.

Faust Katherine, 2006, “Comparing Social Networks: Size, Density, and Local Structure », Metodološki zvezki, 3 (2), 185-216, http://sociology.snu.ac.kr/jyyee/network/pdf/graphtheory/triad%20census%20faust.pdf.

Finez Jean, Comet Catherine, 2011, « Solidarités patronales et formation des interlocks entre les principaux administrateurs du CAC40 », Terrains & Travaux, 19, 57-76, https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2011-2-page-57.htm

Forsé Michel, 2012, « Les réseaux sociaux d’aujourd’hui. Un monde décidément bien petit », Revue de l’OFCE, 125, 155-169, http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/revue/7-126.pdf.

Freeman Linton C., 1979, “Centrality in Social Networks: Conceptual clarification”, Social Networks, 1, 215-239, http://moreno.ss.uci.edu/27.pdf.

Gilbert N., Troitsch K.G., 2005, Simulation for the Social Scientist, Open University Press.

Granovetter Mark S., 1973, “The Strength of Weak Ties”, American Journal of Sociology, 78, pp. 1360-1380, trad. fr. « La force des liens faibles », in Granovetter Mark S., 2000, Le marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 45-74.

Gribaudi Maurizio et Blum Alain, 1990, « Des catégories aux liens individuels : l’analyse statistique de l’espace social », Annales E.S.C., 6, 1365-1402, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1990_num_45_6_278914

Hammou Karim, 2009, « Des raps en français au “rap français” », Histoire & mesure, XXIV, 1, 2009, http://histoiremesure.revues.org/3889.

Hannerz Ulf, 1983, « A quoi servent les réseaux », in Explorer la ville. Eléments d’anthropologie urbaine, Paris, Minuit, chapitre 5.

Hansen D., Shneiderman B., Smith M., 2010, Analyzing Social Media Networks with NodeXL: Insights from a Connected World published, Morgan Kaufmann.

Lazega Emmanuel, 1998, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, Presses universitaires de France.

Lazer David, et al., 2009, “Computational social science”, Science, vol. 323, no. 5915, pp. 721-723.

Le Roux Brigitte, Rouanet Henry, 2004, Geometric Data Analysis. From Correspondence Analysis to Structured Data Analysis, Dordrecht/Boston/Londres, Kluwer Academic Publishers.

Lin Nan, 1995, « Les ressources sociales : une théorie du capital social », Revue française de sociologie, XXXVI-4, octobre-décembre, pp. 685-704. Voir en ligne: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1995_num_36_4_4424.

Lin Nan, 2001, Social Capital. A Theory of Social Structure and Action, Cambridge, Cambridge University Press, coll. “Structural Analysis in the Social Sciences”.

Marsden Peter V., 1990, « Network Data and Measurement », Annual Review of Sociology, 16, pp. 435-463, http://www.jstor.org/stable/2083277

Mercklé Pierre, 2011, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte.

Mercklé Pierre, 2012, “Who is Responsible for the Disappearance of Social Classes?”, Bulletin de méthodologie sociologique, 116, pp. 67-75.

Mizruchi Mark S., 1996, “What Do Interlocks Do? An Analysis, Critique, and Assessment of Research on Interlocking Directorates”, Annual Review of Sociology, 22, 271-298.

Moody James, White Douglas R., 2003, “Structural Cohesion Embeddedness: A Hierarchical Concept of Social Groups”, American Sociological Review, 68 (1), 103-127, http://www.chssp.columbia.edu/events/documents/MoodyandWhite.pdf.

Padgett John F., Ansell Christopher K., 1993, “Robust action and the rise of the Medici, 1400-1434”, American Journal of Sociology, 98 (6), 1259-1319, http://www.jstor.org/stable/2781822

Raux Stéphane, Prieur Christophe, 2011, « Stabilité globale et diversité locale dans la dynamique des commentaires de Flickr », Technique et Science Informatique, 30 (2), 155-180, http://www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~prieur/Publis/TSI2444-RauxPrieurV2.pdf.

Sapiro Gisèle, 2006, « Réseaux, institutions et champ », in De Marneff Daphné, Denis Benoît (dir.), Les Réseaux littéraires, Bruxelles, LE CRI/CIEL-ULB-Ug, 44-59, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00122878/en/.

Scott John, 1991, Social Network Analysis, London, Sage, 4 chapitres disponibles en ligne : http://www.analytictech.com/mb119/tableof.htm

Scott John, 1997, Corporate Business and capitalist classes, Oxford, Oxford University Press.

Scott John, Harrington Peter (dir.), 2011, The SAGE Handbook of Social Network Analysis, Sage

Smith Reginald D., 2006, “The network of Collaboration Among Rappers and its Community Structure”, Journal of Statistical Mechanics: Theory and Experiment, http://arxiv.org/pdf/physics/0511215.pdf.

Torrens P.M., McDaniel A., 2012, “Modeling geographic behavior in riotous crowds”, Annals of the Association of American Geographers, 103 (1), 20-46.

Travers Jeffrey, Milgram Stanley, 2000, « Une étude expérimentale du petit monde », in Mendras Henri, Oberti Marco (dir.), Le sociologue et son terrain. Trente recherches exemplaires, Paris, Armand Colin, 230-241, trad. fr. par Michel Forsé de “An experimental study of the small world problem”, Sociometry, 1969, 32, 425-443, http://www.jstor.org/stable/2786545.

Wasserman S., Faust K., 1989, “Canonical Analysis of the Composition and Structure of Social Networks”, Sociological Methodology, 19, 1-42, http://www.socsci.uci.edu/~kfaust/faust/research/articles/wasserman_faust_sm_1989.pdf.

Wasserman Stanley, Faust Katherine, 1994, Social Network Analysis. Methods and Applications, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press.

White Harrison C., Boorman Scott A. et Breiger Ronald L. (1976), “Social Structure from Multiple Networks : I. Blockmodels of Roles and Positions”, American Journal of Sociology, 81, 730-780, http://www.jstor.org/stable/2777596

Windolf Paul, 2002, Corporate Networks in Europe and the United States, Oxford; New York, Oxford University Press.

 

Statistiques avec R

Par Samuel Coavoux

Ce compte rendu du livre Statistiques avec R1 est initialement paru dans Lectures à l’adresse suivante : http://lectures.revues.org/9965.

On a toutes les raisons de se réjouir du succès croissant du logiciel R, en particulier dans les sciences sociales. Contre la fausse facilité des nombreux logiciels d’analyse « clé en main » qui, en voulant simplifier les opérations courantes du statisticien, brident l’inventivité et obligent à de laborieuses répétitions, mais aussi contre la fermeture d’autres langages de programmation mobilisés pour les statistiques, coûteux et lourds, R est libre, gratuit, malléable, et dispose d’une communauté d’utilisateurs extrêmement active, dont un certain nombre participent également à son amélioration. Reste toutefois un bémol : la difficulté du langage. Elle n’est pas fondamentalement plus importante que celle de SAS ou Stata, ses deux principaux concurrents sur le marché des langages de programmation orientés vers la statistique, mais R est encore peu enseigné dans les cours de méthodes quantitatives, et son développement tentaculaire (pour chaque technique statistique existe un grand nombre de fonctions possibles, qui évoluent constamment, tout comme le noyau du logiciel) ne facilite pas son appréhension par le débutant.

Tout l’intérêt d’un manuel comme celui-ci, qui fête sa troisième édition, est de pouvoir servir à la fois d’introduction et de guide au statisticien débutant. Il s’agit bien de deux fonctions distinctes, et pourtant trop souvent confondues, que l’ouvrage différencie avec pertinence. L’introduction doit familiariser le lecteur au nouveau langage, lui enseigner sa logique, sa syntaxe, ainsi que les opérations de base que l’on peut y opérer. C’est à cela que les quatre premiers chapitres du livre sont consacrés. Le premier présente les éléments principaux du logiciel : les objets que l’on manipule (données, résultats d’analyse, graphiques…), les fonctions qui permettent de les manipuler (avec leur syntaxe générale), et les « packages » qui contiennent ces fonctions. On passe alors aux manipulations fondamentales des données, importation, exportation, préparation, et recodage. Enfin, les fonctions de représentation graphique principales sont présentées, en particulier le package « lattice ». Cette première partie se conclut sur une introduction aux concepts fondamentaux de la programmation en R.

Cette partie, dans laquelle on apprend également quelques opérations statistiques primaires, présente de grandes qualités pédagogiques, qui n’ont cependant rien d’étonnant, le logiciel ayant inspiré de nombreuses introductions de qualité2. Elle vaut particulièrement pour les séries d’exercices présents à la fin de chaque chapitre, et dont la correction est donnée en annexe. Pour peu que l’on prenne la peine de la lire pour elle-même, et que l’on dispose de quelques heures, ils permettent, en proposant d’appliquer les méthodes enseignées, non seulement de les retenir, mais aussi de s’initier progressivement à la programmation.

La seconde partie est plus proche du manuel proprement dit. Elle contient vingt fiches consacrées à des techniques d’analyse statistique, toutes mobilisées par les sciences sociales : test de significativité, analyses de variance, régressions, analyses factorielles et classifications. Chacune d’entre elle rappelle brièvement l’objet de la technique et son assise mathématique, puis présente son implémentation dans R à partir d’un exemple concret, aisément reproductible, et qui peut servir de canevas pour analyser ses propres données. Enfin, chaque fiche contient un coin « Rcmdr », une interface graphique qui permet d’utiliser R sans entrer de lignes de commande.

Statistiques avec R s’avère un manuel très utile, à lire pour débuter et à conserver pour progresser. Sans être dédié aux sciences sociales, il est tout à fait accessible aux chercheurs de ces disciplines, souvent plus réticents au formalisme mathématique et informatique, et peut contribuer à les convaincre de l’intérêt du logiciel. L’équipe à son origine compte d’ailleurs un certain nombre de créateurs du très utile « FactoMineR », package dédié à l’analyse factorielle que nombre de sociologues et de psychologues mobilisent couramment. L’ouvrage ne saurait évidemment prétendre à être un document suffisant pour maîtriser le logiciel, particulièrement si l’on souhaite tirer parti de ses possibilités avancées, ou de techniques moins établies dans le tronc commun de l’analyse statistique en sciences sociales (analyse de séquences, graphes, etc.). Il n’en reste pas moins une ressource précieuse pour apprendre, et enseigner, un langage prometteur.

 

  1. Pierre-André Cornillon, François Husson, Nicolas Jégou, Eric Matzner-Lober, Julie Josse, Arnaud Guyader, Laurent Rouvière, Maela Kloareg, Statistiques avec R, PU Rennes, coll. « Pratique de la statistique », 2012, 296 p., ISBN : 978-2-7535-1992-3. []
  2. Par exemple Julien Barnier, « Introduction à R », http://alea.fr.eu.org/pages/intro-R. []

Enquête d’appartenances : un livre-DVD consacré à l’enquête « Histoire de vie » de l’Ined

guerin-pace_2009L’ouvrage que publient aujourd’hui les éditions de l’Ined, sous la direction de France Guérin-Pace, Olivia Samuel et Isabelle Ville, est inaugural à plus d’un titre. Tout d’abord il inaugure une nouvelle collection du grand institut français de recherches démographiques, intitulée « Grandes enquêtes », dont on ne peut qu’espérer la réussite et le succès : cette collection se donne comme mission de présenter les orientations méthodologiques et les résultats des enquêtes menées par l’Ined, soit seul, soit en partenariat avec d’autres institutions. Inaugural, ensuite, parce qu’avec l’ouvrage est livré un DVD sur lequel sont reproduits le fac-similé du questionnaire de l’enquête[1], sa documentation complète, et surtout l’intégralité des réponses des 10.000 personnes interrogées, sous la forme de fichiers de données explorables à l’aide d’outils d’analyse des données[2] : c’est, à notre connaissance, une première en France, qui mérite d’être saluée et, évidemment, encouragée.

Lire la suite

Déchiffrer la société

maurin_2009Bonjour à toutes et à tous ! C’est la rentrée pour Quanti aussi… Alors pour commencer, nous avons une bonne lecture à vous recommander : Louis Maurin est journaliste à Alternatives économiques. Il est aussi le fondateur de l’Observatoire des inégalités, dont le site internet et la lettre électronique s’efforcent depuis plusieurs années de faire un travail précieux d’information et d’analyse des inégalités économiques, sociales, culturelles et politiques qui traversent la société française. Son nouveau projet s’intitule « Déchiffrer la société« , et c’est à la fois un livre et un site internet…

Lire la suite

Les Xèmes Journées de Méthodologie Statistique de l’Insee à découvrir en ligne

L’INSEE organise les Xèmes Journées de Méthodologie Statistique (JMS) du 23 au 25 mars à Paris. Ce colloque vise à faire connaître des travaux novateurs en méthodologie statistique et porte sur des domaines très divers. Le site internet des JMS est désormais ouvert, et il propose (ou proposera, toutes ne sont pas encore disponibles) le texte intégral des dizaines de communications du colloque au format PDF, ce qui est extrêmement précieux en matière de méthodologie statistique, et encore plus pour toutes celles et tous ceux qui ne pourront pas se rendre à Paris à la fin du mois de mars. Le tout offre une information unique, souvent pointue, sur les développements de la méthodologie statistique en matière de d’échantillonnage, de séries temporelles, d’analyse multi-niveaux, de méthodes économétriques… Pour y accéder, il faut s’inscrire en ligne aux JMS, et ensuite utiliser le login et le mot de passe fourni pour télécharger les communications souhaitées, c’est gratuit, automatique, très facile et pratiquement immédiat.

En outre, sur le même site, vous pouvez accéder librement à l’intégralité des actes des JMS précédentes, depuis 1991… une mine presque inépuisable !

Alors bonne lecture !

Pour aller plus loin

Pour vous inscrire (avant le 18 mars 2009) :
http://jms.insee.fr/index.php?php_action=INSCRIPTION&liste=inscription&largeur=1280

Pour accéder au programme et aux communications au format PDF :
http://jms.insee.fr/index.php?php_action=PROGRAMME&liste=prog&largeur=1280&id_prog=13

Pour accéder aux archives des JMS :
http://jms.insee.fr/index.php?php_action=HISTO&liste=histo&id_histo=0&largeur=1280

Méthodes quantitatives pour l’historien

Au printemps dernier est paru dans la collection « Repères » de la Découverte un formidable petit guide des Méthodes quantitatives pour l’historien, écrit par Claire Lemercier et Claire Zalc. Je n’ai pas pu en rendre compte à l’époque dans liens socio, parce qu’on m’aurait certainement soupçonné de copinage éhonté… Vous pourrez y lire en revanche le compte-rendu de Philippe Cibois, et le compte-rendu de Frédéric Abécassis. Mais ici, ce n’est pas la même chose : QUANTI est aussi fait pour saluer et faire connaître le travail des ami-e-s, surtout quand il est, objectivement, aussi remarquable ! Et puis, toute aussi remarquable est leur initiative de doter le livre d’un « booksite » : un « site compagnon » qui reprend le plan du livre, et qui est truffé de conseils bibliographiques complémentaires, de présentations de logiciels, de trucs et astuces, d’exemples d’analyses… c’est ici : http://www.quanti.ihmc.ens.fr/. Mais revenons au livre…

Lire la suite

En librairie : Une très bonne introduction à l’analyse des données quantitatives

Il y a quelque temps déjà, j’avais fait dans liens socio un compte-rendu de l’excellent petit ouvrage publié en novembre 2005 par Olivier Martin dans la collection 128 d’Armand Colin, et intitulé L’analyse de données quantitatives. Je ne pouvais guère mieux commencer ce carnet qu’en reprenant ici ce compte-rendu, le voici donc !

Lire la suite