Rejoignez la liste « Quanti » !

 

Comme vous le savez peut-être, nous organisions la semaine dernière à Paris une journée d’études « Enseigner le quanti » (http://quanti.hypotheses.org/1101), qui a rencontré un succès auquel nous ne nous attendions pas totalement. Des interventions passionnantes, plus de 80 participants, et des discussions acharnées tout au long de la journée… Tout cela nous incite à essayer le plus vite possible de nous doter des outils permettant de continuer  ces discussions.

En voici donc un premier, que vous aurez à cœur, nous l’espérons, de faire vivre par vos contributions : nous venons de créer la liste de discussion « quanti » sur Renater. Ouverte à toutes et tous sur inscription, elle a vocation à devenir un lieu de débats et d’informations aussi vivant que possible autour des questions d’enseignement des méthodes quantitatives dans les sciences sociales.

Vous pouvez vous y inscrire dès maintenant à partir de cette adresse :

https://groupes.renater.fr/sympa/subscribe/quanti

(c’est tout simple, il suffit d’entrer l’adresse email à laquelle vous voulez recevoir les messages et à partir de laquelle vous voulez en envoyer aux autres membres de la liste)

Nous vous y attendons nombreux-ses ! Une fois inscrit-e-s, n’hésitez pas à poster un premier petit mot pour dire bonjour et commencer ainsi à faire vivre la liste !

Et bien sûr, n’hésitez pas non plus à faire passer l’info à toutes celles et tous ceux autour de vous qui pourraient être intéressé-e-s par les questions d’enseignement des méthodes quantitatives !

 

 

Ressources pour l’analyse des réseaux

En complément de la bibliographie et d’un panorama des logiciels utiles, nous avons recensé, avec l’aide des intervenants qui contribuent au programme du module « Analyse des réseaux » de Quantilille 2013, un certain nombre de ressources disponibles en ligne qui permettent d’aller plus loin dans l’exploration de ce domaine de recherche : les grandes revues du champ, les associations professionnelles et les sites utiles, les outils de veille et de diffusion, les pages et les sites personnels de chercheurs…

Revues

Connections : http://www.insna.org/connections.html. Les derniers numéros sont accessibles sur la page d’accueil de l’INSNA. Les archives sont accessibles à cette adresse : http://www.insna.org/pubs/connections/.

Journal of Social Structure : http://www.cmu.edu/joss

REDES : http://revista-redes.rediris.es/

Social Networks : http://ees.elsevier.com/son/default.asp

Network Science : http://journals.cambridge.org/action/displayJournal?jid=nws

Social Network Analysis and Mining : http://link.springer.com/journal/13278

Sites

INSNA (International Network for Social Network Analysis) : http://www.insna.org

RT 26 « Réseaux sociaux » (Association française de sociologie) : http://www.cmh.pro.ens.fr/reseaux-sociaux/

Groupe FMR (Flux, Matrices, Réseaux): http://groupefmr.hypotheses.org. Pour les tutoriels du Groupe FMR, voir http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMR/

Veille et diffusion

SOCNET (liste de diffusion de l’INSNA) : http://www.insna.org/pubs/socnet.html

Liste de diffusion du RT 26 « Réseaux sociaux » : https://listes.services.cnrs.fr/wws/rss_request/reseaux-sociaux (pour adhérer au RT26 et s’abonner à la liste de diffusion, il suffit de remplir ce formulaire : http://www.cmh.ens.fr/pro/reseaux-sociaux/hoprubrique.php?id_rub=8)

Lectures : Réseaux, sociabilité : http://lectures.revues.org/1366

Sites personnels

Steve Borgatti : http://www.steveborgatti.com

Ronald Burt : http://faculty.chicagobooth.edu/ronald.burt/

Antonio Casilli : http://www.bodyspacesociety.eu

Baptiste Coulmont : http://coulmont.com

Linton Freeman : http://moreno.ss.uci.edu

David Krackhardt : http://www.andrew.cmu.edu/user/krack/

Emmanuel Lazega : http://elazega.fr

Pierre Mercklé : https://pierremerckle.fr

Paola Tubaro : http://paolatubaro.wordpress.com

Barry Wellman : http://homes.chass.utoronto.ca/~wellman/

 

Et pourtant, ils mentent…

Âges déclarés et sites de rencontres : une procédure de collecte automatisée de données sur internet

Ce billet fait suite au tour d’horizon des techniques de collecte automatisée de données sur le web, publié récemment sur ce site. Il offre un exemple commenté de collecte automatique de données via R. D’autres sont disponibles sur le carnet Data Sciences Sociales.

Lire la suite

Vers une « data-sociologie » ? Tour d’horizon des techniques de collecte automatisée de données sur le web

Ces vingt dernières années ont vu le développement de techniques et d’outils informatiques qui permettent d’automatiser la collecte et la mise en forme de données, en particulier celles provenant d’internet[1]. Plus puissantes et plus faciles d’accès, ils sont aussi de plus en plus utilisés dans de nombreuses professions. Leur diffusion intéresse donc les chercheurs en sciences sociales, à la fois parce qu’elles permettent de collecter rapidement des informations sur divers aspects du monde social, mais aussi parce qu’elle conteste un peu plus leur monopole dans la production de données quantitatives. On se propose ici de réaliser un rapide tour d’horizon sur cette question qui souligne le potentiel, et évoque certains enjeux, du recours croissant à ces méthodes pour nos disciplines1.

Lire la suite

  1. Le billet suivant présente un exemple simple de collecte automatisée de données dans des annonces sur un site de rencontres : http://quanti.hypotheses.org/724/. []

La Statistique Générale de la France disponible au format Excel

Statistique générale de la FranceLe Centre de Recherches Historiques et son équipe en charge des enquêtes collectives annoncent la mise en ligne de la Statistique Générale de la France, qui constituent une masse d’informations démographiques, sociales et économiques sans équivalent, couvrant un long XIXe siècle.

Dans les années 1980, Emmanuel Le Roy Ladurie et François Furet, tous deux membres du CRH, avaient pu obtenir l’accès aux données anciennes de la Statistique Générale de la France (SGF), qui était l’ancêtre de l’INSEE. En partenariat avec une équipe de l’Université Ann Arbor du Michigan, ils ont alors initié un vaste programme de mise en valeur de ces données, qui aboutit ajourd’hui avec la mise en ligne d’une imposante série de corpus de données décrivant l’état de la population française de 1851 à 1921, le mouvement de cette même population de 1800 à 1925, l’enseignement primaire, secondaire et supérieur de 1829 à 1897, le territoire national et la population française de 1800 à 1890.Ces données proviennent des résultats des recensements de la population, de la série « Mouvement de la population » publiée par la « Statistique générale de la France », d’un volume « Territoire et population » de la Statistique de la France, d’une série de rapports publiés par le ministère de l’Instruction Publique, et enfin d’ouvrages intitulés « Résultats statistiques du recensement des industries et professions » publiés par le « Service du recensement professionnel » pour ce qui concerne les données du recensement des industries.

Les données, disponibles gratuitement au format Excel, ainsi que leur présentation et leur description, font l’objet d’un numéro spécial de la revue électronique L’Atelier du centre de recherches historiques, que vous pourrez trouver à cette adresse :

http://acrh.revues.org/index2890.html

Vers un « Open Data » français ?

Alors que la ville de Paris vient de lancer ParisData (voir ce billet), il semble que le gouvernement français envisage à son tour de créer bientôt un « Open Data », autrement dit un dépôt de données statistiques publiques libres d’accès, sur l’exemple du data.gov américain. Etalab, le tout nouveau service interministériel en charge de développer ce futur laboratoire de la « transparence de l’Etat », doit en effet lancer une version bêta du site avant la fin de l’année 2011, probablement à l’adresse data.gouv.fr (mais pour l’instant, celle-ci n’est pas encore active).

Qu’est-ce que l’Open Data ? Il s’agit de proposer à tous, par l’intermédiaire d’un portail unique, un accès libre, gratuit et simplifié (autrement dit, dans des formats faciles à utiliser) à toutes les données produites par les administrations publiques. Que pourra-t-on y trouver ? S’agissant de la France, ce n’est pas encore déterminé, mais il est possible de se faire une idée du champ des possibles en explorant la version américaine, due à une initiative pionnière prise par Barack Obama juste après son élection en 2008 pour accompagner sa politique de « transparence » de l’action publique. Sur le portail américain, on peut ainsi trouver, et ce n’est pas une liste exhaustive : les enregistrements des secousses sismiques des sept derniers jours dans le monde entier, les relevés quotidiens de la qualité de l’air et de l’eau sur tout le territoire américain, les données « surveys of public participation in the arts » depuis 1982 (les équivalents américains de nos enquêtes sur les pratiques culturelles des Français), les statistiques de délivrances de visas, les listes électorales et les résultats d’élections, les résultats des enquêtes internationales PISA sur l’éducation…

En attendant donc la fin de l’année 2011, on ne peut qu’espérer que les données ainsi mises à disposition seront aussi extensives, et surtout qu’elles seront bien, sans contestation possibles, au service de l’avènement de cette « République irréprochable » promise par le candidat Nicolas Sarkozy, et que le président du même nom tarde un peu à mettre en place…

Liens utiles

ParisData, l’OpenData de la ville de Paris
http://opendata.paris.fr

Data.gov, l’OpenData américain
http://www.data.gov

Ressources : cartographie, ParisData, blog sur R

Un petit «billet bookmark» pour vous signaler trois ressources qui pourront intéresser certains :

  • ParisData est un projet résultant de la politique OpenData menée par la ville de Paris. Il permet d’accéder directement à des données relatives à la ville (listes d’équipements…) et à des fonds de carte (bâti, relief…), le tout sous une licence très ouverte.
  • Alea est un blog relatif à l’utilisation du logiciel R, plus particulièrement dans les sciences sociales (oui oui, il s’agit bien d’une séance éhontée d’autopromotion !).

Spatial analysis, un blog (anglophone) sur l’analyse spatiale

Spatial Analysis est un blog en anglais édité par James Cheshire, un doctorant au Centre for Advanced Spatial Analysis de l’University College de Londres :

http://spatialanalysis.co.uk/

Le blog contient une série de billets très accessibles sur les représentations cartographiques et l’analyse spatiale. Parmi les billets intéressants on pourra noter :

Une partie du blog s’intéresse plus particulièrement à la cartographie avec le logiciel R :

Le site fait partie des blogs référencés sur l’aggrégateur R-bloggers, très utile pour suivre l’actualité de ce langage libre de manipulation et d’analyse de données.

Enquête d’appartenances : un livre-DVD consacré à l’enquête « Histoire de vie » de l’Ined

guerin-pace_2009L’ouvrage que publient aujourd’hui les éditions de l’Ined, sous la direction de France Guérin-Pace, Olivia Samuel et Isabelle Ville, est inaugural à plus d’un titre. Tout d’abord il inaugure une nouvelle collection du grand institut français de recherches démographiques, intitulée « Grandes enquêtes », dont on ne peut qu’espérer la réussite et le succès : cette collection se donne comme mission de présenter les orientations méthodologiques et les résultats des enquêtes menées par l’Ined, soit seul, soit en partenariat avec d’autres institutions. Inaugural, ensuite, parce qu’avec l’ouvrage est livré un DVD sur lequel sont reproduits le fac-similé du questionnaire de l’enquête[1], sa documentation complète, et surtout l’intégralité des réponses des 10.000 personnes interrogées, sous la forme de fichiers de données explorables à l’aide d’outils d’analyse des données[2] : c’est, à notre connaissance, une première en France, qui mérite d’être saluée et, évidemment, encouragée.

Lire la suite

Une liste de discussion pour les utilisateurs de R en sciences sociales

R est un logiciel libre de traitement de données et d’analyse statistique dont la popularité va croissante. Une introduction à son utilisation a déjà été postée sur ce blog.

Afin de faciliter les échanges et l’entraide autour de l’utilisation de R en sciences sociales, une liste de discussion nomée R-soc vient d’être créée. Elle ne compte pour l’instant qu’une douzaine de membres, mais n’attend que vos annonces, questions et autres réflexions pour s’animer réellement !

À noter que cette liste est tout particulièrement destinée aux utilisateurs débutants. R n’étant pas un logiciel facile d’accès, il ne faut surtout pas hésiter à mobiliser les différentes ressources disponibles en cas de difficultés et avant de sentir le découragement poindre. Cette liste est faite pour cela.

Pour s’abonner à R-soc :

D’autres manière d’accéder à la liste que par courrier électronique sont également possibles grâce à Gmane, en particulier via une interface Web (sous forme de forum ou de blog), un lecteur de nouvelles NNTP, ou des fils RSS. Plus d’informations sur la page :