25ème Ecole d’été de méthodes quantitatives en sciences sociales (Lille, 31 juin – 7 juillet 2011)

La 25ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (QUANTILILLE) aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 31 juin au jeudi 7 juillet 2011.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

En 2011, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle

1. Séquences, trajectoires, carrières (co-organisé avec Claire Lemercier)

2. Articuler analyses factorielles et analyses de régression (co-organisé avec Philippe Cibois et Jérôme Deauvieau)

Tous les cours sont donnés en français.

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 15 mai 2010). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Par ailleurs, l’ECPR offre cette année des bourses à des étudiants rattachés à des institutions membres (au sens large) de l’ECPR pour participer à cette école d’été. L’attribution des bourses se faisant selon l’ordre d’arrivée des candidatures (sous réserve que ces candidatures soient ensuite validées par les organisateurs de l’école), vous êtes là aussi invité(e)s, si vous êtes intéressé(e)s et concerné(e)s, à vous y prendre au plus vite. Ces bourses sont directement versées aux organisateurs de l’école. En retour, les étudiant.e.s boursiers sont exonéré.e.s de frais d’inscription et peuvent aussi, sur demande, être hébergé.e.s gratuitement en résidence universitaire pendant la durée de la formation.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

-soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

-soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jgcontamin@noos.fr) et Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com).

Au plaisir de vous accueillir…

Bien cordialement,

Jean-Gabriel Contamin et Emmanuel Pierru

PS : Les personnes intéressées par ces formations, mais qui doivent participer au congrès de l’Association Française de Sociologie (du 5 au 8 juillet), sont invitées à déposer tout de même leur candidature, en l’indiquant dans la case idoine du dossier. Les candidatures risquant de conduire à une absence en fin de semaine seront traitées selon l’affluence. Elles sont exonérées de frais de dossier, ces frais n’étant alors à régler que si la candidature est finalement retenue.

R, pas une super bonne idée ?

Pour rire un peu avant d’attaquer la semaine… la doctorante en histoire qui dessine ses mésaventures dans le blog « Vie de thésarde » a décidé de passer de SPSS à R pour se la jouer geek : il semblerait qu’elle regrette…

A découvrir ici :

http://lapinobservateur.over-blog.com/article-geek-et-sur-geek-2-2-57865858.html

La Statistique Générale de la France disponible au format Excel

Statistique générale de la FranceLe Centre de Recherches Historiques et son équipe en charge des enquêtes collectives annoncent la mise en ligne de la Statistique Générale de la France, qui constituent une masse d’informations démographiques, sociales et économiques sans équivalent, couvrant un long XIXe siècle.

Dans les années 1980, Emmanuel Le Roy Ladurie et François Furet, tous deux membres du CRH, avaient pu obtenir l’accès aux données anciennes de la Statistique Générale de la France (SGF), qui était l’ancêtre de l’INSEE. En partenariat avec une équipe de l’Université Ann Arbor du Michigan, ils ont alors initié un vaste programme de mise en valeur de ces données, qui aboutit ajourd’hui avec la mise en ligne d’une imposante série de corpus de données décrivant l’état de la population française de 1851 à 1921, le mouvement de cette même population de 1800 à 1925, l’enseignement primaire, secondaire et supérieur de 1829 à 1897, le territoire national et la population française de 1800 à 1890.Ces données proviennent des résultats des recensements de la population, de la série « Mouvement de la population » publiée par la « Statistique générale de la France », d’un volume « Territoire et population » de la Statistique de la France, d’une série de rapports publiés par le ministère de l’Instruction Publique, et enfin d’ouvrages intitulés « Résultats statistiques du recensement des industries et professions » publiés par le « Service du recensement professionnel » pour ce qui concerne les données du recensement des industries.

Les données, disponibles gratuitement au format Excel, ainsi que leur présentation et leur description, font l’objet d’un numéro spécial de la revue électronique L’Atelier du centre de recherches historiques, que vous pourrez trouver à cette adresse :

http://acrh.revues.org/index2890.html

RStudio, un environnement de développement pour R

R est un langage de traitement et d’analyse de données de plus en plus répandu, notamment grâce à sa puissance et au fait qu’il est libre, gratuit et multiplateforme. Nous avons déjà publié sur Quanti une introduction à ce logiciel.

RStudio est un outil apparu récemment et qui vient combler un manque dans la collection des outils associés à R : il s’agit d’un environnement de développement intégré (IDE en anglais) fonctionnel, libre, gratuit et multiplateforme.

Un IDE n’est pas une interface graphique au sens de SPSS ou Modalisa, qui permettrait d’utiliser le logiciel à travers des menus et des boîtes de dialogue : il s’agit d’un environnement facilitant la saisie, l’exécution de code, la visualisation des résultats, etc.

RStudio est multiplateforme, vous pouvez donc le télécharger et le faire fonctionner aussi bien sous Windows, Mac OS X ou Linux :

http://www.rstudio.org/download/

Son interface se présente sous la forme d’une unique fenêtre découpée en quatre zones que l’on peut redimensionner, masquer ou maximiser selon ses préférences.

Une zone permet l’édition de fichiers source R (avec coloration syntaxique et autocomplétion des noms de fonction et d’objet avec la touche tabulation), et une autre affiche la console avec la session R en cours d’exécution. L’utilisation du raccourci Ctrl+Entrée permet d’exécuter directement une ligne ou une sélection depuis le fichier source.

Une troisième zone permet de basculer entre l’affichage des objets de l’espace de travail actuel (Workspace) et l’historique des commandes exécutées. On peut même inspecter visuellement le contenu de certains objets :

Enfin, une quatrième zone permet de basculer entre :

  • un navigateur de fichiers
  • la fenêtre d’affichage et d’export des graphiques
  • une liste des extensions installées, qui permet de les charger en mémoire ou d’en installer de nouvelles très simplement
  • un navigateur d’aide qui permet à la fois la navigation dans l’aide en ligne intégrée à R et l’affichage des pages d’aide des différentes fonctions

Au final on obtient une interface à la fois claire et complète, qui n’a pour seul inconvénient que d’être uniquement disponible pour le moment en anglais.

Si on ajoute à cela plusieurs fonctionnalités avancées comme l’édition et la compilation de fichiers Sweave ou le fonctionnement en mode serveur (avec une interface disponible dans le navigateur Web des clients), on a vraiment une application complète plus que prometteuse pour une version pourtant estampillée Beta.

Peut-être pas aussi souple que le duo Emacs + ESS, mais certainement beaucoup plus rapide de prise en main !