Formation « L’analyse des réseaux sociaux, méthodes avancées»

Le Centre de sociologie des organisations (CSO – Sciences Po) organise une formation à l’analyse de réseaux, à destination de doctorants, post-doctorants et chercheurs.

L’argumentaire complet de la formation est disponible sur le site de l’école doctorale de Sciences Po.

Programme de la formation

Jour 1

  • initiation à R
  • rappels concernant les outils de base de l’analyse de réseaux sociaux
  • modèles QAP (estimation de l’influence des attributs sur la création de liens entre acteurs) et mise en oeuvre avec R et Ucinet

Jour 2

  • blockmodels sur R et Pajek

Jour 3

  • modèles ERGM et prise en main du logiciel PNet

Jour 4

  • Modèles SIENA permettant d’explorer la dynamique des réseaux sociaux.

Informations pratiques

Inscriptions

Ecrire à Julien Brailly (j.brailly[at]cso.cnrs.fr) en précisant votre statut (doctorant ou chercheur), votre discipline, vos thématiques de recherche qui feraient appel à l’analyse de réseaux et le cas échéant les données de réseau que vous souhaiteriez étudier.

Date et lieux

Du lundi 13 janvier au jeudi 16 janvier (possibilités de travail en groupe le vendredi sur les données des participants).

Centre de Sociologie des Organisations, 19 rue Amélie, 75007 Paris.

Organisateurs

Pierre François, sociologue au CSO
Emmanuel Lazega, sociologue au CSO
Claire Lemercier, historienne au CSO

Formateurs

Julien Brailly, assistant de recherches au CSO ; collabore au projet Dynamique des réseaux multiniveaux (DYREM),
Scott Viallet-Thévenin, doctorant au CSO ; prépare une these de sociologie intitulée  » La recomposition du secteur énergétique européen : Les stratégies concurrentielles des firmes françaises, ou l’État comme ressource dans les transformations du capitalisme contemporain.« sous la direction de Pierre François.

Enseigner la quantification dans le supérieur : appel à communications

Enseigner la quantification dans le supérieur : les sciences sociales face aux chiffres.

Les méthodes quantitatives seraient-elle en train de revenir en grâce auprès des enseignants et chercheurs en sciences sociales ? Le succès non démenti de l’école d’été Quantilille ou de l’atelier « Méthodes quantitatives pour l’historien » de l’EHESS, de même que la création de nouveaux cours dits de « méthodes quantitatives » dans diverses institutions universitaires, semblent le laisser présager. Après des décennies de dés-apprentissage des techniques même les plus élémentaires de comptage et de quantification parmi les apprentis sociologues, historiens, géographes (le statut de l’enseignement des méthodes quantitatives dans les cursus d’économie est sans doute spécifique), on ne pourrait que s’en réjouir. S’il est avéré dans les grandes écoles, ce mouvement semble également toucher les universités, sans que l’on assiste pour autant à l’ouverture en masse de postes d’enseignants explicitement fléchés en méthodes quantitatives. Quant au contenu des enseignements dispensés, il varie fortement : fondements formels de la statistique, boîte à outil pratique de la fabrication et de l’interprétation des données, réflexion sur l’histoire, l’usage et l’articulation éventuelle des méthodes, formation technique à des logiciels.

En tout état de cause, il est sans nul doute nécessaire de prendre le temps de l’échange et de la réflexion autour de l’enseignement de la quantification à l’université, dans les cursus de sciences sociales.

Enseigner la quantification : pour quoi faire ?

La mémoire des étudiants en sciences sociale est (trop) souvent émaillée de souvenirs plus ou moins fugaces ou traumatisants de cours de statistiques ou d’introduction à l’usage de logiciels, dont la finalité ne semblait résider que dans l’enchaînement de formules mathématiques ou de manipulations informatiques. Le rejet du « quanti » chez nombre d’étudiants est d’autant plus fort que celui-ci est associé à un versant aride et austère de la recherche en sciences sociales, à un ensemble de méthodes ésotériques et technicistes auxquelles il est permis de « ne rien comprendre ».

Comment faire, dès lors, pour concevoir les cours de méthodes quantitatives de telle sorte à convaincre les étudiants qu’il est possible de « faire du quanti » sans formalisme mathématique ni compétences informatiques avancées, que c’est même intéressant, formateur, voire amusant, et que tout apprenti-chercheur en sciences sociales se doit de maîtriser une palette large de méthodes pour interroger le monde social ?

Ces cours doivent-ils être avant tout des lieux d’apprentissage technique de la méthodologie statistique, ou bien doivent-ils également développer la capacité à critiquer et évaluer les arguments construits à partir de données chiffrées, et à produire une argumentation originale et scientifiquement pertinente à partir de ces données ? L’utilité scientifique, sociale et politique d’un enseignement de la quantification est ainsi un enjeu d’autant plus critique, que l’accessibilité aux grandes enquêtes produites par la statistique publique n’a jamais été aussi facile, et que les usages et mésusages politiques des chiffres sont légion dans le discours public.

Questions pour une réflexion collective

Nous examinerons ainsi les modalités actuelles des enseignements de la quantification en sciences sociales, et tâcherons de dresser quelques pistes d’évolutions souhaitables pour l’avenir. La liste de questions que nous soumettons, ci-dessous, à la réflexion collective n’est pas limitative.

  • Comment adapter les enseignements à une diversité de publics : cursus professionnel ou recherche, doctorants, formation continue des enseignants ?
  • Quel est le degré de formalisation utile/souhaitable dans l’enseignement des méthodes ? Pour quels objectifs et quels publics ? Plus généralement, comment articuler un apprentissage des règles statistiques, seules à même de garantir la véracité des énoncés, à une mise en pratique, seule à même de conférer un sens sociologique/historique aux méthodes.
  • Comment articuler enseignement des méthodes quantitatives et qualitatives ? Notamment, comment initier les étudiants à une articulation entre quantification et ethnographie ?
  • Comment rendre les TD de logiciels vivants et agréables pour les étudiants et les enseignants ?
  • A quels logiciels doit-on former les étudiants ? Presse-boutons ou avec lignes de code ? Et pour quels usages ?
  • Quelle est la place du « libre » dans les enseignements de la quantification ? Doit-on privilégier les logiciels libres ? Comment utiliser, créer et partager des ressources pédagogiques libres, notamment sur internet (manuels en ligne, tutoriels, forums et listes de discussions) ?
  • Comment présenter la chaîne de production du raisonnement quantitatif ? Des questions de recherche aux résultats, en passant par la production des données, l’investigation d’une diversité des sources (sources historiques, administratives, questionnaires, comptages, etc.), les opérations de codage et recodage, la production et la mise en forme des résultats.
  • Quelles données utiliser en cours (enquêtes issues de la statistique publique, production des données avec les étudiants, données issues de travaux de recherche en cours, etc.) ?
  • Enfin, comment former les étudiants à l’histoire des méthodes, et à un usage combiné et réflexif de celles-ci ? Comment faire d’eux des acteurs éclairés du monde des chiffres ?

Pour un (salutaire !) échange pédagogique

L’objectif de cette journée d’études n’est pas de répondre de manière normative à ces questions, mais bien au contraire de réaliser un état des lieux des pratiques pédagogiques d’enseignement de la quantification. Les ateliers seront organisés autour d’échanges d’expériences concrètes d’enseignement : description de situations pédagogiques, échanges des trucs et astuces, des petites manières de faire qui font nos succès et parfois aussi nos échecs face aux étudiants.

Il s’agit ainsi de commencer à fédérer un réseau des enseignants en méthodes quantitatives dans les institutions universitaires françaises. Au-delà de l’échange sur les pratiques, un objectif de moyen terme pourrait être de mettre sur pied un portail de mise en commun des matériaux pédagogiques, tutoriaux, scripts, données, mémoires d’étudiants, etc.

Nous proposerons également la mise en \oe uvre d’une enquête sur l’enseignement de la quantification, inspirée par exemple de l’Undergraduate Quantitative Methods Teaching Survey menée par John McInnes à l’université d’Edimbourg.

Nous espérons ainsi contribuer, à une modeste échelle, à une réflexion collective sur les pratiques pédagogiques à l’université, qui est trop souvent le parent pauvre des échanges entre enseignants et chercheurs universitaires.

Informations pratiques

Format des contributions

Tous les contributeurs sont a priori les bienvenus, quels que soient leur discipline de rattachement, leur statut ou leur degré d’avancement et d’intégration dans le monde universitaire. Les contributions peuvent porter sur des récits de pratique, la présentation d’outils pédagogiques, des problèmes méthodologiques spécifiques ou des réflexions pédagogiques plus générales.

Deux formats différents sont attendus :

  • contributions orales de 15 à 20 minutes accompagnées d’un texte ;
  • posters donnant lieu à des courtes présentations de 5 à 10 minutes.

Calendrier

Date limite pour l’envoi des propositions de communication (sous la forme d’un résumé d’une page) : samedi 22 novembre 2014.

Notification d’acceptation des propositions : lundi 8 décembre 2014.

Textes définitifs à envoyer le lundi 2 février 2015.

La journée d’étude aura lieu au printemps 2015, à Paris ou en région parisienne. Les modalités précises d’organisation seront précisées ultérieurement.

Contact

jequanti2015[at]gmail.com

Voir le texte de cet appel en ligne sur Quanti : http://quanti.hypotheses.org/10002

Et au format PDF : http://quanti.hypotheses.org/files/2014/10/EnseignerQuanti2015.pdf

Comité d’organisation

Pierre Blavier (ENS Cachan, CMH-ETT), Jérôme Deauvieau (UVSQ, Printemps), Frédéric Lebaron (UVSQ, Printemps), Pierre Mercklé (ENS Lyon, CMW), Etienne Ollion (SAGE, Université de Strasbourg), Anton Perdoncin (ENS, CMH–ETT, IDHES–ENS Cachan), Thibaut de Saint Pol (IDHES, ENS Cachan).

Séminaire quantitativisme réflexif 2014-2015

L’objectif de ce séminaire est d’ouvrir une réflexion sur les pratiques de quantification mises en oeuvre par les sciences sociales, en particulier sur les opérations de qualification, les différentes méthodes de traitement, et l’interprétation des résultats. Quelles sont les limites de validité des énoncés adossés à des données quantitatives ? Comment et pourquoi articuler données « qualitatives » et « quantitatives » ? Comment passer de sources « qualitatives » à des données quantifiables ? Telles sont les questions qui guideront les activités du séminaire cette année.

Cette initiative s’inscrit dans un contexte de regain d’intérêt, dans diverses disciplines des sciences sociales, pour la quantification, et d’importance croissante de la preuve statistique comme outil de gouvernement. Par ailleurs, l’ENS Cachan étant depuis peu partenaire de l’EQUIPEX CASD (Centre d’Accès Sécurisé Distant aux données), il importe de constituer une communauté de chercheurs qui
puissent se saisir des opportunités ouvertes par cet équipement, et développer une réflexion et une pratique collectives sur la quantification.

Les séances s’organiseront principalement autour de la présentation de recherches abouties ou en cours, afin d’examiner les différents moments des opérations de quantification :

  • sélection des sources et construction de corpus
  • codage
  • constitution de bases de données
  • traitements statistiques
  • interprétation des résultats

Programme

Vendredi 17 Octobre 2014 – Rendre compte de l’économie carcérale à partir de la Statistique Pénitentiaire (1882-1910)

Melchior Simioni, ENS Cachan

Vendredi 21 Novembre 2014 – Comment sortir de prison ? Une analyse économétrique de la semi-liberté et de la récidive

Anais Henneguelle, IDHES, ENS Cachan

Vendredi 12 Décembre 2014 – Représenter, modéliser et interpréter l’espace social à l’aide des modèles de classes latentes : le cas des pratiques de dépense

Ivaylo Petev, Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST-GENES

Vendredi 23 Janvier 2015 Analyser des trajectoires professionnelles. Le cas des migrants de Tunisie en région parisienne de 1956 aux années 1980

Anne-Sophie Bruno, CRESC, Université Paris Nord

Vendredi 13 Février 2015L’espace social des goûts culturels en France: questions de quantification

Nicolas Robette (Printemps, UVSQ, INED) et Olivier Roueff (CRESPPA-CSU)

Vendredi 13 Mars 2015 Étudier les trajectoires d’hommes et de femmes énarques à partir de dossiers conservés par l’ENA : saisie, codage, traitements

Elsa Favier, CMH-ETT, ENS

Vendredi 10 Avril 2015 : Construire des données statistiques au coeur d’une enquête ethnographique. Les enjeux d’une analyse statistique collective de la justice des affaires familiales (séance exceptionnellement de 15h à 17h)

Céline Bessière (IRISSO, Paris Dauphine, CMH-ETT), Sybille Gollac (IDHES, Paris Ouest, CMH-ETT) et Hélène Steinmetz (Université du Havre, CMH-ETT)

Vendredi 29 Mai 2015 : Au-delà des big data. Sciences sociales et données numériques

Etienne Ollion, SAGE, Université de Strasbourg

Vendredi 26 Juin 2015 : Le longitudinal en question : appariement optimal vs. modèles de survie dans l’analyse de carrières de travailleurs immigrés

Anton Perdoncin, ENS, CMH-ETT, IDHES-Cachan

 

Informations pratiques

Les séances ont lieu le vendredi, de 14h30 à 16h30, ENS Cachan, Bâtiment Laplace, salle Pollack (2e étage), sauf mention contraire dans le programme.

Contacts : Christian Bessy christian.bessy@ens‐cachan.fr/ Anton Perdoncin aperdonc@ens-cachan.fr / Thibaut de Saint Pol thibaut.desaintpol@ensae.fr