Recrutement d’un chargé de recherche en mathématiques pour les sciences humaines et sociales

Le CNRS affiche cette année un poste de Chargé de recherche 1re classe sur l’analyse, la modélisation, la collecte, la visualisation et le traitement des données sociales. Ce poste est ouvert en Section n°41 (Mathématiques) mais affecté à une unité de l’INSHS (voir http://gestionoffres.dsi.cnrs.fr/fo/offres/detail-fr.php?&offre_id=139). Deux laboratoires de l’Ecole normale supérieure de Lyon, le Centre Max Weber et le laboratoire ICAR, formulent des propositions de soutien à une candidature, dans le contexte de la forte priorité accordée par l’Ecole Normale Supérieure de Lyon aux recherches entrecroisant mathématiques, informatique, sciences expérimentales et sciences sociales.

 

* Le Centre Max Weber (http://www.centre-max-weber.fr), laboratoire de sociologie basé à Lyon et Saint-Étienne (UMR CNRS 5283), développe plusieurs axes de recherches avec un souci de pluralisme théorique et méthodologique. Dans ce cadre général, l’équipe DPCS (« Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations ») entreprend depuis plusieurs années de développer à l’ENS de Lyon, autour de ses thématiques, des recherches en partenariat avec les mathématiques et les sciences expérimentales, et souhaite s’appuyer sur ce recrutement pour s’engager plus avant encore dans la voie ouverte par ces premières collaborations interdisciplinaires.

Sur le plan scientifique, le candidat ou la candidate devra présenter un profil clairement bi-disciplinaire, avec un équilibre aussi grand que possible entre expertise mathématique et expertise sociologique. Il ou elle devra en particulier démontrer une expérience avérée dans le domaine de la recherche en sciences sociales, par son cursus, ses collaborations de recherches et ses publications. Il sera espéré du candidat ou de la candidate une forte intégration dans l’équipe DPCS du Centre Max Weber, qui prendra en particulier la forme d’une participation aux recherches que l’équipe mène aujourd’hui en partenariat avec l’IXXI (Institut de la Complexité de Rhône-Alpes), et celle du développement de nouvelles recherches dans le cadre de ce même type de partenariats entre sciences sociales, mathématiques et sciences expérimentales. Sur le plan thématique, le candidat ou la candidat-e sera ainsi invité à abonder les expertises locales sur lesquelles s’appuient les partenariats déjà inaugurés*, notamment sur la caractérisation topologique des réseaux, à l’articulation de l’analyse des réseaux sociaux (avec Pierre Mercklé au Centre Max Weber) et de la théorie mathématique des graphes et des graphes technologiques (équipe DANTE au Laboratoire d’Informatique et Parallélisme, équipe Sysiphe du Laboratoire de Physique).

 

* Le laboratoire ICAR (http://icar.univ-lyon2.fr), laboratoire de sciences du langage basé à Lyon (UMR CNRS 5191), se caractérise par des activités scientifiques pluridisciplinaires focalisées sur l’analyse multidimensionnelle des usages de la langue dans l’interaction et dans le texte. En son sein, l’équipe Cogcinel (« Cognition, Collaboration, INteractions En Ligne”) articule des cadres théoriques complémentaires dans l’étude des phénomènes d’interactions humaines, en contexte naturel ou expérimental, avec ou sans médiation numérique. Son approche la conduit à mener des recherches en partenariat avec les mathématiques et les sciences expérimentales, et l’équipe souhaite appuyer sur ce recrutement pour poursuivre plus en avant cette voie de ouverte par ces premières collaborations interdisciplinaires

 

Le candidat ou la candidate devra démontrer son expertise mathématique de la caractérisation topologique des réseaux sociaux, lexicaux ou épistémiques, son intérêt pour les recherche en sciences du langage et/ou en sciences de l’éducation et son goût pour l’interdisciplinarité. Les domaines d’application de ces analyses topologiques peuvent concerner des domaines variés, la scientométrie, les nouveaux modes de communications (emails, sms), l’évolution des langues… Le candidat ou la candidate s’intégrera dans le laboratoire ICAR  où il participera aux recherches menées en partenariat avec l’IXXI (Institut de la Complexité de Rhône-Alpes), le LIP (Laboratoire d’Informatique et de Parallélisme et en particulier l’équipe DANTE qui étudie les réseaux dynamiques et leurs évolutions) ou l’équipe Sysiphe du Laboratoire de Physique (analyse du signal). Des collaborations sont actuellement menées entre ICAR et l’IXXI sur la scientométrie des recherches en sciences de l’éducation et sur la variabilité linguistique dans les média sociaux (financé par le Labex ASLAN). Par ailleurs, une collaboration se poursuit autour de l’utilisation de badges sociométriques pour analyser la collaboration dans une communauté scientifique (www.sociopatterns.org).

 

* Les travaux menés par le candidat ou la candidate recruté-e devront donc pouvoir s’intégrer dans un contexte interdisciplinaire, encouragé par la forte priorité donnée par l’Ecole Normale Supérieure de Lyon aux recherches entrecroisant mathématiques, informatique, sciences expérimentales et sciences humaines et sociales. Sur le plan épistémologique, il est attendu du candidat ou de la candidate une contribution déterminée aux réflexions menées à l’ENS de Lyon sur les relations entre disciplines des sciences exactes et des sciences humaines et sociales (e.g. sociologie et épistémologie des sciences, sciences du langage, recherches en éducation).

 

* Nous vous invitons à prendre contact avec Pablo Jensen (IXXI, pablo.jensen@ens-lyon.fr), Pierre Mercklé (Centre Max Weber, pierre.merckle@ens-lyon.fr) et Jean-Philippe Magué (ICAR, jean-philippe.mague@ens-lyon.fr) pour plus d’informations.

 

* Quelques travaux des différentes équipes en collaboration :

– Eberle, J., Stegmann, K., Lund, K., Barrat, A., Sailer, M. & Fischer, F., 2013, Fostering Learning and Collaboration in a Scientific Community – Evidence from an Experiment Using RFID Devices to Measure Collaborative Processes, Proceedings of the 10th International Conference on Computer Supported Collaborative Learning.

– Grauwin, S.; Jensen, P., 2011, Mapping scientific institutions, Scientometrics, 89, 943-954.

– Latour B.; Jensen P., et al., 2012, The whole is less than the sum of its parts, British Journal of sociology, 63, 4, 591-615.

– Loiseau S., Gréa P., Magué, J.-P., 2011, Dictionnaires, théorie des graphes et structures lexicales, Revue de Sémantique et Pragmatique

– Mercklé, P., 2011, Sociologie des réseaux sociaux, La Découverte.

– Vogel, M., et al., 2014, From bicycle sharing system movements to users: a typology of Vélo’v cyclists in Lyon based on large-scale behavioural dataset, Journal of Transport Geography, 41, 280-291.