Enseigner le quanti : les diaporamas des présentations

Les méthodes quantitatives seraient-elle en train de revenir en grâce auprès des enseignants et chercheurs en sciences sociales, nous demandions-nous dans la présentation de la journée « Enseigner le quanti » du 5 juin dernier (http://quanti.hypotheses.org/1101) ? En tout cas, ce qui est certain c’est que cette journée a rencontré un succès un peu inattendu, avec  des interventions passionnantes, plus de 80 participants, et des discussions acharnées tout au long de la journée…

Après la création il y a quelques jours de la liste « Quanti » (https://groupes.renater.fr/sympa/subscribe/quanti), qui compte déjà près de 500 abonnés, voici un deuxième prolongement de cette journée : nous mettons ci-dessous à votre disposition les « diaporamas » de toutes les interventions de la journée. Pour celles et ceux qui n’ont pas pu assister à cette journée, cela permettra d’avoir un aperçu un peu plus détaillé de ce qui s’y est passé, en attendant la mise en ligne des vidéos des interventions !

 

Table ronde 1 : Enseigner par l’enquête, enseigner par les textes

Nicolas Charles (Bordeaux), Romain Delès (Bordeaux) et Antoine de Raymond (INRA) : Un questionnaire sur les conditions de vie des étudiants comme outil pédagogique structurant

Muriel Epstein (Transapi) et Lara Mahi (EHESS) : Le « langage quantitatif » : s’immerger par les textes

Fanny Bugeja-Bloch (Paris 10), Marie Paule Couto (LSQ, CREST), Matthieu Hély (Paris 10), Frédérique Leblanc (Paris 10), Camille Peugny (Paris 8), Yasmine Siblot (Paris 8), Charles Soulié (Paris 8) : Retours sur un dispositif pédagogique commun à Paris 10 et Paris 8

Table ronde 2 : L’enseignement du quanti et ses publics

François Briatte (Université catholique de Lille), Quatre enseignements “quanti” en science politique

Stéphanie Tralongo (Lyon 2) : Qu’enseigner des sciences sociales en quantification ?

Bénédicte Garnier et Elisabeth Morand (INED) : Une formation continue pour apprendre à présenter des données chiffrées : pour qui et pourquoi ?

Cédric Hugrée (CRESPPA, CNRS) : La sociologie et son (autre) public : les projets statistiques de 2è année de l’ENSAI

Joanie Cayouette-Remblière (INED) : Pourquoi et comment enseigner la quantification dans un Master à tradition ethnographique ?

Table ronde 3 : Les ficelles du métier. Outils informatiques, trucs et astuces de l’enseignement statistique

Alex Alber (Rabelais-Tours) : Jusqu’où diminuer le « coût d’entrée » des méthodes quantitatives informatisées ?

Olivier Martin et Eric Dagiral (Paris-Descartes) : Un projet de module en ligne de formation à la lecture et à la conception des tableaux croisés

Julien Alerini, Alain Dallo, Léo Dumont, Octave Julien, Stéphane Lamassé (Paris Panthéon-Sorbonne) : Enseigner l’histoire par le nombre : l’expérience pédagogique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Table ronde 4 : Enjeux éthiques et juridiques de l’usage des données

Alexia Jonckheere (Université libre de Bruxelles, INCC) : Manipuler des chiffres en criminologie. Quel enseignement en termes d’éthique ?

Frédérique Cornuau et Marie Cros (Lille 1) : Quantification et données en SHS ou comment sensibiliser chercheurs et étudiants à une utilisation éclairée des données quantitatives

Table ronde 5 : Construire un curriculum de méthodes quantitatives

Anne Jourdain, Élise Penalva et Élise Tenret (Paris-Dauphine) : Enseigner la quantification en sciences sociales à Dauphine : programmes et méthodes pédagogique

Corinne Perraudin (Paris Panthéon-Sorbonne) : Comment enseigner les méthodes quantitatives en économie ?

Sébastien Oliveau et Frédéric Audard (Aix-Marseille) : Repenser l’enseignement de la quantification dans le cursus géographique. Retour sur une expérience à Aix-en-Provence

Rejoignez la liste « Quanti » !

 

Comme vous le savez peut-être, nous organisions la semaine dernière à Paris une journée d’études « Enseigner le quanti » (http://quanti.hypotheses.org/1101), qui a rencontré un succès auquel nous ne nous attendions pas totalement. Des interventions passionnantes, plus de 80 participants, et des discussions acharnées tout au long de la journée… Tout cela nous incite à essayer le plus vite possible de nous doter des outils permettant de continuer  ces discussions.

En voici donc un premier, que vous aurez à cœur, nous l’espérons, de faire vivre par vos contributions : nous venons de créer la liste de discussion « quanti » sur Renater. Ouverte à toutes et tous sur inscription, elle a vocation à devenir un lieu de débats et d’informations aussi vivant que possible autour des questions d’enseignement des méthodes quantitatives dans les sciences sociales.

Vous pouvez vous y inscrire dès maintenant à partir de cette adresse :

https://groupes.renater.fr/sympa/subscribe/quanti

(c’est tout simple, il suffit d’entrer l’adresse email à laquelle vous voulez recevoir les messages et à partir de laquelle vous voulez en envoyer aux autres membres de la liste)

Nous vous y attendons nombreux-ses ! Une fois inscrit-e-s, n’hésitez pas à poster un premier petit mot pour dire bonjour et commencer ainsi à faire vivre la liste !

Et bien sûr, n’hésitez pas non plus à faire passer l’info à toutes celles et tous ceux autour de vous qui pourraient être intéressé-e-s par les questions d’enseignement des méthodes quantitatives !

 

 

Enseigner le quanti : journée d’études, Paris, vendredi 5 juin 2015

comic

Les méthodes quantitatives seraient-elle en train de revenir en grâce auprès des enseignants et chercheurs en sciences sociales ? Le succès non démenti de l’école d’été Quantilille ou de l’atelier de « Méthodes quantitatives pour l’historien » de l’EHESS, de même que la création de nouveaux cours dits de « méthodes quantitatives » dans diverses institutions universitaires, semblent le laisser présager. Après des décennies de dés-apprentissage des techniques même les plus élémentaires de comptage et de quantification parmi les apprentis sociologues, historiens, géographes (le statut de l’enseignement des méthodes quantitatives dans les cursus d’économie est sans doute spécifique), on ne pourrait que s’en réjouir. S’il est avéré dans les grandes écoles, ce mouvement semble également toucher les universités, sans que l’on assiste pour autant à l’ouverture en masse de postes d’enseignants explicitement fléchés en méthodes quantitatives. Quant au contenu des enseignements dispensés, il varie fortement : fondements formels de la statistique, boîte à outil pratique de la fabrication et de l’interprétation des données, réflexion sur l’histoire, l’usage et l’articulation éventuelle des méthodes, formation technique à des logiciels.

Il est donc urgent de prendre le temps de l’échange et de la réflexion autour de l’enseignement de la quantification dans les cursus de sciences humaines et sociales : c’est l’objectif de cette journée d’études, dont les ateliers sont organisés autour de restitutions d’expériences concrètes d’enseignement : y sont privilégiés les descriptions de situations pédagogiques, les échanges de trucs et astuces, les discussions autour des manières de faire qui font nos succès et parfois aussi nos échecs face aux étudiants. Et en prenant appui sur ces échanges, cette journée sera l’occasion de commencer à fédérer un réseau des enseignants en méthodes quantitatives dans les institutions universitaires françaises.

Programme

cliquez ici pour lire et télécharger le programme en PDF

9h – Accueil des participants

 9h15 – Introduction

 9h30 – 10h45 : Table-ronde 1 : Enseigner par l’enquête, enseigner par les textes

* Nicolas Charles (Bordeaux), Romain Deles (Bordeaux) et Antoine de Raymond (INRA), Un questionnaire sur les conditions de vie des étudiants comme outil pédagogique structurant

* Muriel Epstein (Transapi) et Lara Mahi (EHESS), Le « langage quantitatif » : s’immerger par les textes

* Fanny Bugeja-Bloch (Paris 10), Marie Paule Couto (LSQ, CREST), Matthieu Hély (Paris 10), Frédérique Leblanc (Paris 10), Camille Peugny (Paris 8), Yasmine Siblot (Paris 8), Charles Soulié (Paris 8), Retours sur un dispositif pédagogique commun à Paris 10 et Paris 8

* Sylvain Besle et Emilien Schultz (Paris-Sorbonne), Coordonner le travail d’enquête en méthode quantitative : le rôle des outils

10h45 – 11h15 : pause

11h15 – 12h45 : Table-ronde 2 : L’enseignement du quanti et ses publics

Discutante : Béatrice de Gasquet (Paris-Diderot)

* François Briatte (Université catholique de Lille), Trois cours en sciences politiques

* Stéphanie Tralongo (Lumière-Lyon 2), Qu’enseigner des sciences sociales en quantification ?

* Bénédicte Garnier et Elisabeth Morand (INED), Une formation continue pour apprendre à présenter des données chiffrées : pour qui et pourquoi ?

* Cédric Hugrée (CRESPPA, CNRS), La sociologie et son (autre) public : les projets statistiques de 2è année de l’ENSAI

* Joanie Cayouette-Remblière (INED), Pourquoi et comment enseigner la quantification dans un Master à tradition ethnographique ?

12h45 – 14h : Repas

14h – 15h15 : Table-ronde 3 : Les ficelles du métier. Outils informatiques, trucs et astuces de l’enseignement statistique

Discutant : Philippe Cibois (UVSQ, Printemps)

* Alex Alber (Rabelais-Tours), Jusqu’où diminuer le « coût d’entrée » des méthodes quantitatives informatisées ?

* Olivier Martin et Eric Dagiral (Paris-Descartes), Un projet de module en ligne de formation à la lecture et à la conception des tableaux croisés

* Julien Alerini, Alain Dallo, Léo Dumont, Octave Julien, Stéphane Lamassé (Paris Panthéon-Sorbonne), Enseigner l’histoire par le nombre : l’expérience pédagogique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

15h15 – 16h : Table-ronde 4 : Enjeux éthiques et juridiques de l’usage des données

Discutante : Florence Weber (ENS Ulm, Centre Maurice Halbwachs)

* Alexia Jonckheere (Université libre de Bruxelles, INCC), Manipuler des chiffres en criminologie. Quel enseignement en termes d’éthique ?

* Frédérique Cornuau et Marie Cros (Lille 1), Quantification et données en SHS ou comment sensibiliser chercheurs et étudiants à une utilisation éclairée des données quantitatives

16h – 16h30 : pause

16h30 – 17h30 : Table-ronde 5 : Construire un curriculum de méthodes quantitatives

Discutant : Samuel Rufat (Cergy-Pontoise, Géographie-Cités)

* Anne Jourdain, Élise Penalva et Élise Tenret (Paris-Dauphine), Enseigner la quantification en sciences sociales à Dauphine : programmes et méthodes pédagogique

* Corinne Perraudin (Paris Panthéon-Sorbonne), Comment enseigner les méthodes quantitatives en économie ?

* Sébastien Oliveau et Frédéric Audard (Aix-Marseille), Repenser l’enseignement de la quantification dans le cursus géographique. Retour sur une expérience à Aix-en-Provence

17h30 – 18h : Discussion collective : que faire ?

Informations pratiques

Date : Vendredi 5 juin 2015, 9h-18h

Lieu : Maison des Sciences économiques, salle 114 – 106-112 Boulevard de l’Hôpital – 75013 Paris – France

Accès : Métro ligne 5 arrêt Campo-Formio

Comité d’organisation :

Pierre Blavier (ENS Cachan, CMH-ETT), Jérôme Deauvieau (UVSQ, Printemps), Agnès Gramain (Paris-I Panthéon Sorbonne, CES), Frédéric Lebaron (UVSQ, Printemps), Pierre Mercklé (ENS Lyon, CMW), Etienne Ollion (SAGE, Université de Strasbourg), Anton Perdoncin (ENS, CMH–ETT, IDHES–ENS Cachan).

Contact : jequanti2015[at]gmail.com

Illustration : d’après XKCD, https://xkcd.com/552/.

La Statistique Générale de la France disponible au format Excel

Statistique générale de la FranceLe Centre de Recherches Historiques et son équipe en charge des enquêtes collectives annoncent la mise en ligne de la Statistique Générale de la France, qui constituent une masse d’informations démographiques, sociales et économiques sans équivalent, couvrant un long XIXe siècle.

Dans les années 1980, Emmanuel Le Roy Ladurie et François Furet, tous deux membres du CRH, avaient pu obtenir l’accès aux données anciennes de la Statistique Générale de la France (SGF), qui était l’ancêtre de l’INSEE. En partenariat avec une équipe de l’Université Ann Arbor du Michigan, ils ont alors initié un vaste programme de mise en valeur de ces données, qui aboutit ajourd’hui avec la mise en ligne d’une imposante série de corpus de données décrivant l’état de la population française de 1851 à 1921, le mouvement de cette même population de 1800 à 1925, l’enseignement primaire, secondaire et supérieur de 1829 à 1897, le territoire national et la population française de 1800 à 1890.Ces données proviennent des résultats des recensements de la population, de la série « Mouvement de la population » publiée par la « Statistique générale de la France », d’un volume « Territoire et population » de la Statistique de la France, d’une série de rapports publiés par le ministère de l’Instruction Publique, et enfin d’ouvrages intitulés « Résultats statistiques du recensement des industries et professions » publiés par le « Service du recensement professionnel » pour ce qui concerne les données du recensement des industries.

Les données, disponibles gratuitement au format Excel, ainsi que leur présentation et leur description, font l’objet d’un numéro spécial de la revue électronique L’Atelier du centre de recherches historiques, que vous pourrez trouver à cette adresse :

http://acrh.revues.org/index2890.html