Méthodes Quantitatives en Sciences sociales : 29ème Ecole d’été de Lille, du jeudi 3 septembre au jeudi 10 septembre 2015

affiche_quantilille_2015Nous avons le plaisir de vous annoncer que la 29ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (QUANTILILLE) aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 3 septembre au jeudi 10 septembre 2015.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, le CDSP, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

En 2015, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle :

1. L’analyse de réseaux (co-organisé par Pierre Mercklé et Julie Pagis)

2. Les approches cartographiques dans les sciences sociales (co-organisé avec Jean Rivière)

Tous les cours sont donnés en français.

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 25 mai 2015). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

-soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

-soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jean-gabriel.contamin@univ-lille2.fr), Julie Pagis (julie.pagis@univ-lille2.fr), Etienne Penissat (etienne.penissat@gmail.com), Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com) et Alexandre Mairot (alexandre.mairot@sciencespo.fr).

Au plaisir de vous accueillir…

Bien cordialement,

Les organisateurs

 

 

 

 

Enseigner le quanti : journée d’études, Paris, vendredi 5 juin 2015

comic

Les méthodes quantitatives seraient-elle en train de revenir en grâce auprès des enseignants et chercheurs en sciences sociales ? Le succès non démenti de l’école d’été Quantilille ou de l’atelier de « Méthodes quantitatives pour l’historien » de l’EHESS, de même que la création de nouveaux cours dits de « méthodes quantitatives » dans diverses institutions universitaires, semblent le laisser présager. Après des décennies de dés-apprentissage des techniques même les plus élémentaires de comptage et de quantification parmi les apprentis sociologues, historiens, géographes (le statut de l’enseignement des méthodes quantitatives dans les cursus d’économie est sans doute spécifique), on ne pourrait que s’en réjouir. S’il est avéré dans les grandes écoles, ce mouvement semble également toucher les universités, sans que l’on assiste pour autant à l’ouverture en masse de postes d’enseignants explicitement fléchés en méthodes quantitatives. Quant au contenu des enseignements dispensés, il varie fortement : fondements formels de la statistique, boîte à outil pratique de la fabrication et de l’interprétation des données, réflexion sur l’histoire, l’usage et l’articulation éventuelle des méthodes, formation technique à des logiciels.

Il est donc urgent de prendre le temps de l’échange et de la réflexion autour de l’enseignement de la quantification dans les cursus de sciences humaines et sociales : c’est l’objectif de cette journée d’études, dont les ateliers sont organisés autour de restitutions d’expériences concrètes d’enseignement : y sont privilégiés les descriptions de situations pédagogiques, les échanges de trucs et astuces, les discussions autour des manières de faire qui font nos succès et parfois aussi nos échecs face aux étudiants. Et en prenant appui sur ces échanges, cette journée sera l’occasion de commencer à fédérer un réseau des enseignants en méthodes quantitatives dans les institutions universitaires françaises.

Programme

cliquez ici pour lire et télécharger le programme en PDF

9h – Accueil des participants

 9h15 – Introduction

 9h30 – 10h45 : Table-ronde 1 : Enseigner par l’enquête, enseigner par les textes

* Nicolas Charles (Bordeaux), Romain Deles (Bordeaux) et Antoine de Raymond (INRA), Un questionnaire sur les conditions de vie des étudiants comme outil pédagogique structurant

* Muriel Epstein (Transapi) et Lara Mahi (EHESS), Le « langage quantitatif » : s’immerger par les textes

* Fanny Bugeja-Bloch (Paris 10), Marie Paule Couto (LSQ, CREST), Matthieu Hély (Paris 10), Frédérique Leblanc (Paris 10), Camille Peugny (Paris 8), Yasmine Siblot (Paris 8), Charles Soulié (Paris 8), Retours sur un dispositif pédagogique commun à Paris 10 et Paris 8

* Sylvain Besle et Emilien Schultz (Paris-Sorbonne), Coordonner le travail d’enquête en méthode quantitative : le rôle des outils

10h45 – 11h15 : pause

11h15 – 12h45 : Table-ronde 2 : L’enseignement du quanti et ses publics

Discutante : Béatrice de Gasquet (Paris-Diderot)

* François Briatte (Université catholique de Lille), Trois cours en sciences politiques

* Stéphanie Tralongo (Lumière-Lyon 2), Qu’enseigner des sciences sociales en quantification ?

* Bénédicte Garnier et Elisabeth Morand (INED), Une formation continue pour apprendre à présenter des données chiffrées : pour qui et pourquoi ?

* Cédric Hugrée (CRESPPA, CNRS), La sociologie et son (autre) public : les projets statistiques de 2è année de l’ENSAI

* Joanie Cayouette-Remblière (INED), Pourquoi et comment enseigner la quantification dans un Master à tradition ethnographique ?

12h45 – 14h : Repas

14h – 15h15 : Table-ronde 3 : Les ficelles du métier. Outils informatiques, trucs et astuces de l’enseignement statistique

Discutant : Philippe Cibois (UVSQ, Printemps)

* Alex Alber (Rabelais-Tours), Jusqu’où diminuer le « coût d’entrée » des méthodes quantitatives informatisées ?

* Olivier Martin et Eric Dagiral (Paris-Descartes), Un projet de module en ligne de formation à la lecture et à la conception des tableaux croisés

* Julien Alerini, Alain Dallo, Léo Dumont, Octave Julien, Stéphane Lamassé (Paris Panthéon-Sorbonne), Enseigner l’histoire par le nombre : l’expérience pédagogique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

15h15 – 16h : Table-ronde 4 : Enjeux éthiques et juridiques de l’usage des données

Discutante : Florence Weber (ENS Ulm, Centre Maurice Halbwachs)

* Alexia Jonckheere (Université libre de Bruxelles, INCC), Manipuler des chiffres en criminologie. Quel enseignement en termes d’éthique ?

* Frédérique Cornuau et Marie Cros (Lille 1), Quantification et données en SHS ou comment sensibiliser chercheurs et étudiants à une utilisation éclairée des données quantitatives

16h – 16h30 : pause

16h30 – 17h30 : Table-ronde 5 : Construire un curriculum de méthodes quantitatives

Discutant : Samuel Rufat (Cergy-Pontoise, Géographie-Cités)

* Anne Jourdain, Élise Penalva et Élise Tenret (Paris-Dauphine), Enseigner la quantification en sciences sociales à Dauphine : programmes et méthodes pédagogique

* Corinne Perraudin (Paris Panthéon-Sorbonne), Comment enseigner les méthodes quantitatives en économie ?

* Sébastien Oliveau et Frédéric Audard (Aix-Marseille), Repenser l’enseignement de la quantification dans le cursus géographique. Retour sur une expérience à Aix-en-Provence

17h30 – 18h : Discussion collective : que faire ?

Informations pratiques

Date : Vendredi 5 juin 2015, 9h-18h

Lieu : Maison des Sciences économiques, salle 114 – 106-112 Boulevard de l’Hôpital – 75013 Paris – France

Accès : Métro ligne 5 arrêt Campo-Formio

Comité d’organisation :

Pierre Blavier (ENS Cachan, CMH-ETT), Jérôme Deauvieau (UVSQ, Printemps), Agnès Gramain (Paris-I Panthéon Sorbonne, CES), Frédéric Lebaron (UVSQ, Printemps), Pierre Mercklé (ENS Lyon, CMW), Etienne Ollion (SAGE, Université de Strasbourg), Anton Perdoncin (ENS, CMH–ETT, IDHES–ENS Cachan).

Contact : jequanti2015[at]gmail.com

Illustration : d’après XKCD, https://xkcd.com/552/.

« Etudier les réseaux sociaux : espaces, mobilités », une école thématique du CNRS à Oléron du 21 au 25 septembre 2015

De plus en plus de chercheurs français ou francophones utilisent de façon simple les analyses de réseaux, mais très peu en maîtrisent les développements les plus récents et les plus avancés. Le premier objectif de cette école est de combler cette lacune, en tissant des liens plus approfondis entre différentes disciplines, cette fois tout particulièrement la sociologie et la géographie, mais aussi toutes les autres disciplines combinant les questions des distributions  sociales et spatiales, des flux et des mobilités.

Il s’agit de former les stagiaires aux méthodes les plus avancées de l’analyse des réseaux sociaux en faisant appel à des chercheurs de disciplines différentes. Il s’agit aussi de confronter les « usages » d’une méthode d’analyse du social par diverses sciences sociales. Un accent particulier sera mis sur les méthodes multi-niveaux (analyse conjointe de réseaux d’individus et de collectifs), les analyses dynamiques, les méthodes de visualisation et de mise en forme, les méthodes mixtes (qualitatives et quantitatives), la construction de données relationnelles à partir de sources diverses (dont bien sûr les sources propres aux géographes). La formation cherchera aussi à favoriser la réflexivité sur l’intérêt mais aussi les limites et contraintes de l’analyse des réseaux sociaux. Il s’agit en quelque sorte de ne pas se limiter à des analyses de relations et de structures mais de chercher à les insérer dans un continuum allant de la construction des données à des analyses dynamiques ou multiniveaux.

Cette école combinera des conférences et des ateliers de formation aux outils et aux méthodes, afin que les stagiaires puissent sortir de la formation avec une bonne maîtrise technique. Elle sera pluridisciplinaire, avec un centrage sur la sociologie et la géographie, mais avec une ouverture sur d’autres disciplines.

L’école thématique se tiendra à Oléron (Vieille Perrotine), du 21 au 25 Septembre 2015

Thème

Méthodes d’analyse des réseaux sociaux dans diverses disciplines des sciences humaines et sociales : géographie, histoire, anthropologie, sociologie, économie, sciences politiques, démographie, sciences de gestion.

Public concerné

Cette école thématique se propose d’aider les chercheurs qui débutent en ce domaine, ceux qui ont besoin de développer ces approches de façon ponctuelle dans leurs travaux, ceux qui sont déjà pratiquants mais désirent se perfectionner, ou encore ceux qui doivent former des étudiants ou des praticiens, à mettre en place des analyses des réseaux sociaux qui soient vraiment cohérentes et pertinentes au regard de leurs objets et de leurs enseignements. Des chercheurs en sciences humaines, mais aussi des enseignants-chercheurs, des ingénieurs, des jeunes docteurs ou des doctorants ont besoin, pour leurs recherches ou leurs enseignements, d’affermir leurs connaissances sur l’analyse des réseaux sociaux, de mieux maîtriser les logiciels, d’échanger leurs questions, de se former sérieusement aux outils pertinents, de participer aux débats, de s’inscrire dans les réseaux existants pour y étayer et y valoriser leurs approches.

Prérequis

L’enseignement sera accessible à tout participant d’un niveau master.

Conséquences attendues

  1. L’école permettra de former des chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et doctorants à des méthodes en pleine expansion au niveau international, mais encore trop peu maîtrisées par les chercheurs en sciences humaines et sociales français ou francophones 2. En organisant une synthèse des travaux réalisés et des approches mises en œuvre par les spécialistes du domaine, elle contribuera à développer une communauté en plein essor.
  2. Elle contribuera au développement de l’interdisciplinarité à partir de théories et de méthodes qui s’y prêtent particulièrement bien

Grands axes du programme

– La question  des sources : nœuds, liens, clusters, hubs… quelles données pour quels réseaux ?

– Construire des données relationnelles et spatiales

– Quels espaces ? Distance, distribution, flux…

– les méthodes mixtes (qualitatif / quantitatif)

– les analyses multi-niveaux (rapport micro/macro)

– les analyses dynamiques : mobilités, transformations des réseaux

– visualisation

Contacts

Pour en savoir plus

Visiter cette page :

http://w3.lisst.univ-tlse2.fr/reseaux_sociaux/resosoc.htm

Formation « L’analyse des réseaux sociaux, méthodes avancées»

Le Centre de sociologie des organisations (CSO – Sciences Po) organise une formation à l’analyse de réseaux, à destination de doctorants, post-doctorants et chercheurs.

L’argumentaire complet de la formation est disponible sur le site de l’école doctorale de Sciences Po.

Programme de la formation

Jour 1

  • initiation à R
  • rappels concernant les outils de base de l’analyse de réseaux sociaux
  • modèles QAP (estimation de l’influence des attributs sur la création de liens entre acteurs) et mise en oeuvre avec R et Ucinet

Jour 2

  • blockmodels sur R et Pajek

Jour 3

  • modèles ERGM et prise en main du logiciel PNet

Jour 4

  • Modèles SIENA permettant d’explorer la dynamique des réseaux sociaux.

Informations pratiques

Inscriptions

Ecrire à Julien Brailly (j.brailly[at]cso.cnrs.fr) en précisant votre statut (doctorant ou chercheur), votre discipline, vos thématiques de recherche qui feraient appel à l’analyse de réseaux et le cas échéant les données de réseau que vous souhaiteriez étudier.

Date et lieux

Du lundi 13 janvier au jeudi 16 janvier (possibilités de travail en groupe le vendredi sur les données des participants).

Centre de Sociologie des Organisations, 19 rue Amélie, 75007 Paris.

Organisateurs

Pierre François, sociologue au CSO
Emmanuel Lazega, sociologue au CSO
Claire Lemercier, historienne au CSO

Formateurs

Julien Brailly, assistant de recherches au CSO ; collabore au projet Dynamique des réseaux multiniveaux (DYREM),
Scott Viallet-Thévenin, doctorant au CSO ; prépare une these de sociologie intitulée  » La recomposition du secteur énergétique européen : Les stratégies concurrentielles des firmes françaises, ou l’État comme ressource dans les transformations du capitalisme contemporain.« sous la direction de Pierre François.