Vers une « data-sociologie » ? Tour d’horizon des techniques de collecte automatisée de données sur le web

Ces vingt dernières années ont vu le développement de techniques et d’outils informatiques qui permettent d’automatiser la collecte et la mise en forme de données, en particulier celles provenant d’internet[1]. Plus puissantes et plus faciles d’accès, ils sont aussi de plus en plus utilisés dans de nombreuses professions. Leur diffusion intéresse donc les chercheurs en sciences sociales, à la fois parce qu’elles permettent de collecter rapidement des informations sur divers aspects du monde social, mais aussi parce qu’elle conteste un peu plus leur monopole dans la production de données quantitatives. On se propose ici de réaliser un rapide tour d’horizon sur cette question qui souligne le potentiel, et évoque certains enjeux, du recours croissant à ces méthodes pour nos disciplines1.

Lire la suite

  1. Le billet suivant présente un exemple simple de collecte automatisée de données dans des annonces sur un site de rencontres : http://quanti.hypotheses.org/724/. []

Vers un « Open Data » français ?

Alors que la ville de Paris vient de lancer ParisData (voir ce billet), il semble que le gouvernement français envisage à son tour de créer bientôt un « Open Data », autrement dit un dépôt de données statistiques publiques libres d’accès, sur l’exemple du data.gov américain. Etalab, le tout nouveau service interministériel en charge de développer ce futur laboratoire de la « transparence de l’Etat », doit en effet lancer une version bêta du site avant la fin de l’année 2011, probablement à l’adresse data.gouv.fr (mais pour l’instant, celle-ci n’est pas encore active).

Qu’est-ce que l’Open Data ? Il s’agit de proposer à tous, par l’intermédiaire d’un portail unique, un accès libre, gratuit et simplifié (autrement dit, dans des formats faciles à utiliser) à toutes les données produites par les administrations publiques. Que pourra-t-on y trouver ? S’agissant de la France, ce n’est pas encore déterminé, mais il est possible de se faire une idée du champ des possibles en explorant la version américaine, due à une initiative pionnière prise par Barack Obama juste après son élection en 2008 pour accompagner sa politique de « transparence » de l’action publique. Sur le portail américain, on peut ainsi trouver, et ce n’est pas une liste exhaustive : les enregistrements des secousses sismiques des sept derniers jours dans le monde entier, les relevés quotidiens de la qualité de l’air et de l’eau sur tout le territoire américain, les données « surveys of public participation in the arts » depuis 1982 (les équivalents américains de nos enquêtes sur les pratiques culturelles des Français), les statistiques de délivrances de visas, les listes électorales et les résultats d’élections, les résultats des enquêtes internationales PISA sur l’éducation…

En attendant donc la fin de l’année 2011, on ne peut qu’espérer que les données ainsi mises à disposition seront aussi extensives, et surtout qu’elles seront bien, sans contestation possibles, au service de l’avènement de cette « République irréprochable » promise par le candidat Nicolas Sarkozy, et que le président du même nom tarde un peu à mettre en place…

Liens utiles

ParisData, l’OpenData de la ville de Paris
http://opendata.paris.fr

Data.gov, l’OpenData américain
http://www.data.gov