Séminaire Quantitativisme Réflexif – 2016-2017

Crédit : xkcd.com/1725/

Crédit : xkcd.com/1725/

L’objectif du Séminaire Quantitativisme Réflexif (SQR) est d’ouvrir une réflexion sur les pratiques de quantification mises en œuvre par les sciences sociales, en particulier sur les opérations de qualification, les différentes méthodes de traitement, et l’interprétation des résultats.

Quelles sont les limites de validité des énoncés adossés à des données quantitatives ? Comment et pourquoi articuler données « qualitatives » et « quantitatives » ? Comment passer de sources « qualitatives » à des données quantifiables ? Telles sont les questions qui guideront les activités du séminaire cette année, à partir de présentations de recherches abouties ou en cours.

SQR s’inscrit dans un contexte de regain d’intérêt, dans diverses disciplines des sciences sociales, pour la quantification, d’importance croissante de la preuve statistique comme outil de gouvernement, et de l’émergence de grandes bases de données, posant des problèmes spécifiques de traitement et d’analyse. Il y a donc nécessité à développer une réflexion et une pratique collectives sur la quantification en sciences sociales.

Programme

16 décembre 2016 – Qualifier et quantifier les agents hors statut : quand le flou statistique favorise la dualisation de la fonction publique de l’État, Aurélie Peyrin (LEST, Aix-Marseille Université, CNRS).

20 janvier 2016 – Bases de données environnementales et modélisations climatiques au secours des catastrophes « naturelles » en Afrique sahélienne ? Réflexions à partir d’une ethnographie du pastoralisme mobile peul (Sénégal), Chloé Gardin (IMAF, EHESS).

24 février 2017 – Diversité d’origines et inégalités à l’embauche au prisme des canaux de recrutement, Bertille Picard (ENS Cachan) et Yaël Brinbaum (CEE)

17 mars 2017 – Une sociographie des armées françaises dans la Grande Guerre est-elle utile/possible : quel usage des registres matricules des soldats ? Nicolas Mariot (CESSP, CNRS).

21 avril 2017 – Le genre des carrières artistiques. Une analyse à partir d’Artfacts et d’entretiens biographiques, Mathilde Provansal (IDHES, Université Paris 1, CNRS) et Ionela Roharik (CESPRA, CNRS).

19 mai 2017 – À quoi sert de compter ? Statistique des fonctionnaires et « gouvernement par les nombres » (France, 19e-20e siècles), Emilien Ruiz (IRHiS, Lille 3)

16 juin 2017 – La preuve par l’image : faire la publicité des médicaments dans la presse médicale en France et en Allemagne, des années 1920 aux années 1970, Joséphine Eberhart (Cermes3, EHESS)

Informations pratiques

Les séances ont lieu le vendredi, de 11h à 13h, ENS Cachan, Bâtiment Laplace, salle Pollack (2e étage) – Plan d’accès

Contacts : Hugo Harari-Kermadec hugo.harari@ens-cachan.fr / Frédéric Lebaron frederic.lebaron@ens-cachan.fr / Anton Perdoncin aperdonc@ens-cachan.fr / Thibaut de Saint Pol thibaut.desaintpol@ensae.fr

Crédit Image : XKCD, http://xkcd.com/759/

Appel à communications pour une journée d’études « Quantitatif / Qualitatif »

Le Centre Maurice Halbwachs organise une journée d’études le 3 mai 2010 à Paris sur le thème Quantitatif / Qualitatif, En finir avec une opposition contre-productive et lance un appel à communications.

La journée d’études a pour objet de consommer la rupture avec l’obstacle épistémologique que constitue le clivage « quanti/quali », en montrant comment celle-ci peut aider les sociologues à explorer des domaines originaux ou à revisiter un nouvel aspect d’objets bien connus par ailleurs ainsi qu’à consolider la validation empirique de théories constituées. Il s’agira également de favoriser des rencontres peu fréquentes entre chercheurs issus de formations différentes, afin que chacun voie ce qu’il a à apprendre des autres.

Des propositions de contributions sont attendues dans les domaines suivants :

1. Epistémologie/méthodologie, histoire des sciences

Quand il n’occupe pas une position de surplomb qui le porte à des énoncés trop généraux pour être utiles au chercheur, le discours sur la science est indispensable au travail de recherche. Critique des spécificités et des limites d’une méthode particulière, explicitation des relations entre méthode et théorie sur des cas concrets, mise en rapport de courants méthodologiques ou théoriques avec l’histoire de la discipline, sociogenèse de l’opposition « quanti / quali », ou toute autre analyse appelant à une pratique toujours plus réflexive des outils scientifiques en vue d’une articulation des méthodes qui se fasse en connaissance de cause : autant de types de contributions susceptibles d’être retenues.

2. Résultats produits grâce à l’utilisation conjointe d’outils encore peu associés…

La journée se veut principalement une arène de discussion autour de comptes-rendus de recherches. Les auteurs montreront, très concrètement, comment des assemblages méthodologiques originaux leur ont permis de produire leurs résultats. Ils éclaireront également les problèmes pratiques que ces montages leur ont posés et les répercussions théoriques qu’impliquent leurs choix méthodologiques. Comment ceux-ci se sont-ils révélés heuristiques ?

3. …ou grâce à l’émancipation du cadre contraignant que constitue l’opposition « quanti / quali »

L’abandon du schème classificatoire qui distingue les « méthodes qualitatives » des « méthodes quantitatives » n’appelle pas seulement à des combinaisons méthodologiques peu fréquentes : il invite aussi à revisiter l’emploi routinier que l’on fait de certains outils traditionnellement attachés à l’un ou à l’autre pôle de l’opposition. Dans ce but, nous porterons une attention particulière à toute contribution qui montrera combien il peut être fécond de libérer un outil d’analyse donné des liens historiques qui l’attachent à l’un des deux pôles.

Tous les détails dans le document PDF joint :