Méthodes Quantitatives en Sciences sociales : 29ème Ecole d’été de Lille, du jeudi 3 septembre au jeudi 10 septembre 2015

affiche_quantilille_2015Nous avons le plaisir de vous annoncer que la 29ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (QUANTILILLE) aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 3 septembre au jeudi 10 septembre 2015.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, le CDSP, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

En 2015, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle :

1. L’analyse de réseaux (co-organisé par Pierre Mercklé et Julie Pagis)

2. Les approches cartographiques dans les sciences sociales (co-organisé avec Jean Rivière)

Tous les cours sont donnés en français.

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 25 mai 2015). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

-soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

-soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jean-gabriel.contamin@univ-lille2.fr), Julie Pagis (julie.pagis@univ-lille2.fr), Etienne Penissat (etienne.penissat@gmail.com), Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com) et Alexandre Mairot (alexandre.mairot@sciencespo.fr).

Au plaisir de vous accueillir…

Bien cordialement,

Les organisateurs

 

 

 

 

« Etudier les réseaux sociaux : espaces, mobilités », une école thématique du CNRS à Oléron du 21 au 25 septembre 2015

De plus en plus de chercheurs français ou francophones utilisent de façon simple les analyses de réseaux, mais très peu en maîtrisent les développements les plus récents et les plus avancés. Le premier objectif de cette école est de combler cette lacune, en tissant des liens plus approfondis entre différentes disciplines, cette fois tout particulièrement la sociologie et la géographie, mais aussi toutes les autres disciplines combinant les questions des distributions  sociales et spatiales, des flux et des mobilités.

Il s’agit de former les stagiaires aux méthodes les plus avancées de l’analyse des réseaux sociaux en faisant appel à des chercheurs de disciplines différentes. Il s’agit aussi de confronter les « usages » d’une méthode d’analyse du social par diverses sciences sociales. Un accent particulier sera mis sur les méthodes multi-niveaux (analyse conjointe de réseaux d’individus et de collectifs), les analyses dynamiques, les méthodes de visualisation et de mise en forme, les méthodes mixtes (qualitatives et quantitatives), la construction de données relationnelles à partir de sources diverses (dont bien sûr les sources propres aux géographes). La formation cherchera aussi à favoriser la réflexivité sur l’intérêt mais aussi les limites et contraintes de l’analyse des réseaux sociaux. Il s’agit en quelque sorte de ne pas se limiter à des analyses de relations et de structures mais de chercher à les insérer dans un continuum allant de la construction des données à des analyses dynamiques ou multiniveaux.

Cette école combinera des conférences et des ateliers de formation aux outils et aux méthodes, afin que les stagiaires puissent sortir de la formation avec une bonne maîtrise technique. Elle sera pluridisciplinaire, avec un centrage sur la sociologie et la géographie, mais avec une ouverture sur d’autres disciplines.

L’école thématique se tiendra à Oléron (Vieille Perrotine), du 21 au 25 Septembre 2015

Thème

Méthodes d’analyse des réseaux sociaux dans diverses disciplines des sciences humaines et sociales : géographie, histoire, anthropologie, sociologie, économie, sciences politiques, démographie, sciences de gestion.

Public concerné

Cette école thématique se propose d’aider les chercheurs qui débutent en ce domaine, ceux qui ont besoin de développer ces approches de façon ponctuelle dans leurs travaux, ceux qui sont déjà pratiquants mais désirent se perfectionner, ou encore ceux qui doivent former des étudiants ou des praticiens, à mettre en place des analyses des réseaux sociaux qui soient vraiment cohérentes et pertinentes au regard de leurs objets et de leurs enseignements. Des chercheurs en sciences humaines, mais aussi des enseignants-chercheurs, des ingénieurs, des jeunes docteurs ou des doctorants ont besoin, pour leurs recherches ou leurs enseignements, d’affermir leurs connaissances sur l’analyse des réseaux sociaux, de mieux maîtriser les logiciels, d’échanger leurs questions, de se former sérieusement aux outils pertinents, de participer aux débats, de s’inscrire dans les réseaux existants pour y étayer et y valoriser leurs approches.

Prérequis

L’enseignement sera accessible à tout participant d’un niveau master.

Conséquences attendues

  1. L’école permettra de former des chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et doctorants à des méthodes en pleine expansion au niveau international, mais encore trop peu maîtrisées par les chercheurs en sciences humaines et sociales français ou francophones 2. En organisant une synthèse des travaux réalisés et des approches mises en œuvre par les spécialistes du domaine, elle contribuera à développer une communauté en plein essor.
  2. Elle contribuera au développement de l’interdisciplinarité à partir de théories et de méthodes qui s’y prêtent particulièrement bien

Grands axes du programme

– La question  des sources : nœuds, liens, clusters, hubs… quelles données pour quels réseaux ?

– Construire des données relationnelles et spatiales

– Quels espaces ? Distance, distribution, flux…

– les méthodes mixtes (qualitatif / quantitatif)

– les analyses multi-niveaux (rapport micro/macro)

– les analyses dynamiques : mobilités, transformations des réseaux

– visualisation

Contacts

Pour en savoir plus

Visiter cette page :

http://w3.lisst.univ-tlse2.fr/reseaux_sociaux/resosoc.htm

Recrutement d’un chargé de recherche en mathématiques pour les sciences humaines et sociales

Le CNRS affiche cette année un poste de Chargé de recherche 1re classe sur l’analyse, la modélisation, la collecte, la visualisation et le traitement des données sociales. Ce poste est ouvert en Section n°41 (Mathématiques) mais affecté à une unité de l’INSHS (voir http://gestionoffres.dsi.cnrs.fr/fo/offres/detail-fr.php?&offre_id=139). Deux laboratoires de l’Ecole normale supérieure de Lyon, le Centre Max Weber et le laboratoire ICAR, formulent des propositions de soutien à une candidature, dans le contexte de la forte priorité accordée par l’Ecole Normale Supérieure de Lyon aux recherches entrecroisant mathématiques, informatique, sciences expérimentales et sciences sociales.

 

* Le Centre Max Weber (http://www.centre-max-weber.fr), laboratoire de sociologie basé à Lyon et Saint-Étienne (UMR CNRS 5283), développe plusieurs axes de recherches avec un souci de pluralisme théorique et méthodologique. Dans ce cadre général, l’équipe DPCS (« Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations ») entreprend depuis plusieurs années de développer à l’ENS de Lyon, autour de ses thématiques, des recherches en partenariat avec les mathématiques et les sciences expérimentales, et souhaite s’appuyer sur ce recrutement pour s’engager plus avant encore dans la voie ouverte par ces premières collaborations interdisciplinaires.

Sur le plan scientifique, le candidat ou la candidate devra présenter un profil clairement bi-disciplinaire, avec un équilibre aussi grand que possible entre expertise mathématique et expertise sociologique. Il ou elle devra en particulier démontrer une expérience avérée dans le domaine de la recherche en sciences sociales, par son cursus, ses collaborations de recherches et ses publications. Il sera espéré du candidat ou de la candidate une forte intégration dans l’équipe DPCS du Centre Max Weber, qui prendra en particulier la forme d’une participation aux recherches que l’équipe mène aujourd’hui en partenariat avec l’IXXI (Institut de la Complexité de Rhône-Alpes), et celle du développement de nouvelles recherches dans le cadre de ce même type de partenariats entre sciences sociales, mathématiques et sciences expérimentales. Sur le plan thématique, le candidat ou la candidat-e sera ainsi invité à abonder les expertises locales sur lesquelles s’appuient les partenariats déjà inaugurés*, notamment sur la caractérisation topologique des réseaux, à l’articulation de l’analyse des réseaux sociaux (avec Pierre Mercklé au Centre Max Weber) et de la théorie mathématique des graphes et des graphes technologiques (équipe DANTE au Laboratoire d’Informatique et Parallélisme, équipe Sysiphe du Laboratoire de Physique).

 

* Le laboratoire ICAR (http://icar.univ-lyon2.fr), laboratoire de sciences du langage basé à Lyon (UMR CNRS 5191), se caractérise par des activités scientifiques pluridisciplinaires focalisées sur l’analyse multidimensionnelle des usages de la langue dans l’interaction et dans le texte. En son sein, l’équipe Cogcinel (« Cognition, Collaboration, INteractions En Ligne”) articule des cadres théoriques complémentaires dans l’étude des phénomènes d’interactions humaines, en contexte naturel ou expérimental, avec ou sans médiation numérique. Son approche la conduit à mener des recherches en partenariat avec les mathématiques et les sciences expérimentales, et l’équipe souhaite appuyer sur ce recrutement pour poursuivre plus en avant cette voie de ouverte par ces premières collaborations interdisciplinaires

 

Le candidat ou la candidate devra démontrer son expertise mathématique de la caractérisation topologique des réseaux sociaux, lexicaux ou épistémiques, son intérêt pour les recherche en sciences du langage et/ou en sciences de l’éducation et son goût pour l’interdisciplinarité. Les domaines d’application de ces analyses topologiques peuvent concerner des domaines variés, la scientométrie, les nouveaux modes de communications (emails, sms), l’évolution des langues… Le candidat ou la candidate s’intégrera dans le laboratoire ICAR  où il participera aux recherches menées en partenariat avec l’IXXI (Institut de la Complexité de Rhône-Alpes), le LIP (Laboratoire d’Informatique et de Parallélisme et en particulier l’équipe DANTE qui étudie les réseaux dynamiques et leurs évolutions) ou l’équipe Sysiphe du Laboratoire de Physique (analyse du signal). Des collaborations sont actuellement menées entre ICAR et l’IXXI sur la scientométrie des recherches en sciences de l’éducation et sur la variabilité linguistique dans les média sociaux (financé par le Labex ASLAN). Par ailleurs, une collaboration se poursuit autour de l’utilisation de badges sociométriques pour analyser la collaboration dans une communauté scientifique (www.sociopatterns.org).

 

* Les travaux menés par le candidat ou la candidate recruté-e devront donc pouvoir s’intégrer dans un contexte interdisciplinaire, encouragé par la forte priorité donnée par l’Ecole Normale Supérieure de Lyon aux recherches entrecroisant mathématiques, informatique, sciences expérimentales et sciences humaines et sociales. Sur le plan épistémologique, il est attendu du candidat ou de la candidate une contribution déterminée aux réflexions menées à l’ENS de Lyon sur les relations entre disciplines des sciences exactes et des sciences humaines et sociales (e.g. sociologie et épistémologie des sciences, sciences du langage, recherches en éducation).

 

* Nous vous invitons à prendre contact avec Pablo Jensen (IXXI, pablo.jensen@ens-lyon.fr), Pierre Mercklé (Centre Max Weber, pierre.merckle@ens-lyon.fr) et Jean-Philippe Magué (ICAR, jean-philippe.mague@ens-lyon.fr) pour plus d’informations.

 

* Quelques travaux des différentes équipes en collaboration :

– Eberle, J., Stegmann, K., Lund, K., Barrat, A., Sailer, M. & Fischer, F., 2013, Fostering Learning and Collaboration in a Scientific Community – Evidence from an Experiment Using RFID Devices to Measure Collaborative Processes, Proceedings of the 10th International Conference on Computer Supported Collaborative Learning.

– Grauwin, S.; Jensen, P., 2011, Mapping scientific institutions, Scientometrics, 89, 943-954.

– Latour B.; Jensen P., et al., 2012, The whole is less than the sum of its parts, British Journal of sociology, 63, 4, 591-615.

– Loiseau S., Gréa P., Magué, J.-P., 2011, Dictionnaires, théorie des graphes et structures lexicales, Revue de Sémantique et Pragmatique

– Mercklé, P., 2011, Sociologie des réseaux sociaux, La Découverte.

– Vogel, M., et al., 2014, From bicycle sharing system movements to users: a typology of Vélo’v cyclists in Lyon based on large-scale behavioural dataset, Journal of Transport Geography, 41, 280-291.

Formation « L’analyse des réseaux sociaux, méthodes avancées»

Le Centre de sociologie des organisations (CSO – Sciences Po) organise une formation à l’analyse de réseaux, à destination de doctorants, post-doctorants et chercheurs.

L’argumentaire complet de la formation est disponible sur le site de l’école doctorale de Sciences Po.

Programme de la formation

Jour 1

  • initiation à R
  • rappels concernant les outils de base de l’analyse de réseaux sociaux
  • modèles QAP (estimation de l’influence des attributs sur la création de liens entre acteurs) et mise en oeuvre avec R et Ucinet

Jour 2

  • blockmodels sur R et Pajek

Jour 3

  • modèles ERGM et prise en main du logiciel PNet

Jour 4

  • Modèles SIENA permettant d’explorer la dynamique des réseaux sociaux.

Informations pratiques

Inscriptions

Ecrire à Julien Brailly (j.brailly[at]cso.cnrs.fr) en précisant votre statut (doctorant ou chercheur), votre discipline, vos thématiques de recherche qui feraient appel à l’analyse de réseaux et le cas échéant les données de réseau que vous souhaiteriez étudier.

Date et lieux

Du lundi 13 janvier au jeudi 16 janvier (possibilités de travail en groupe le vendredi sur les données des participants).

Centre de Sociologie des Organisations, 19 rue Amélie, 75007 Paris.

Organisateurs

Pierre François, sociologue au CSO
Emmanuel Lazega, sociologue au CSO
Claire Lemercier, historienne au CSO

Formateurs

Julien Brailly, assistant de recherches au CSO ; collabore au projet Dynamique des réseaux multiniveaux (DYREM),
Scott Viallet-Thévenin, doctorant au CSO ; prépare une these de sociologie intitulée  » La recomposition du secteur énergétique européen : Les stratégies concurrentielles des firmes françaises, ou l’État comme ressource dans les transformations du capitalisme contemporain.« sous la direction de Pierre François.

Ressources pour l’analyse des réseaux

En complément de la bibliographie et d’un panorama des logiciels utiles, nous avons recensé, avec l’aide des intervenants qui contribuent au programme du module « Analyse des réseaux » de Quantilille 2013, un certain nombre de ressources disponibles en ligne qui permettent d’aller plus loin dans l’exploration de ce domaine de recherche : les grandes revues du champ, les associations professionnelles et les sites utiles, les outils de veille et de diffusion, les pages et les sites personnels de chercheurs…

Revues

Connections : http://www.insna.org/connections.html. Les derniers numéros sont accessibles sur la page d’accueil de l’INSNA. Les archives sont accessibles à cette adresse : http://www.insna.org/pubs/connections/.

Journal of Social Structure : http://www.cmu.edu/joss

REDES : http://revista-redes.rediris.es/

Social Networks : http://ees.elsevier.com/son/default.asp

Network Science : http://journals.cambridge.org/action/displayJournal?jid=nws

Social Network Analysis and Mining : http://link.springer.com/journal/13278

Sites

INSNA (International Network for Social Network Analysis) : http://www.insna.org

RT 26 « Réseaux sociaux » (Association française de sociologie) : http://www.cmh.pro.ens.fr/reseaux-sociaux/

Groupe FMR (Flux, Matrices, Réseaux): http://groupefmr.hypotheses.org. Pour les tutoriels du Groupe FMR, voir http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMR/

Veille et diffusion

SOCNET (liste de diffusion de l’INSNA) : http://www.insna.org/pubs/socnet.html

Liste de diffusion du RT 26 « Réseaux sociaux » : https://listes.services.cnrs.fr/wws/rss_request/reseaux-sociaux (pour adhérer au RT26 et s’abonner à la liste de diffusion, il suffit de remplir ce formulaire : http://www.cmh.ens.fr/pro/reseaux-sociaux/hoprubrique.php?id_rub=8)

Lectures : Réseaux, sociabilité : http://lectures.revues.org/1366

Sites personnels

Steve Borgatti : http://www.steveborgatti.com

Ronald Burt : http://faculty.chicagobooth.edu/ronald.burt/

Antonio Casilli : http://www.bodyspacesociety.eu

Baptiste Coulmont : http://coulmont.com

Linton Freeman : http://moreno.ss.uci.edu

David Krackhardt : http://www.andrew.cmu.edu/user/krack/

Emmanuel Lazega : http://elazega.fr

Pierre Mercklé : https://pierremerckle.fr

Paola Tubaro : http://paolatubaro.wordpress.com

Barry Wellman : http://homes.chass.utoronto.ca/~wellman/

 

Des logiciels pour l’analyse des réseaux

Dans le cadre du module « Analyse des réseaux » de Quantilille 2013, Laurent Beauguitte a présenté les principaux logiciels pour l’analyse des réseaux. L’objectif de son intervention était de proposer un panorama aussi large que possible. L’exhaustivité n’étant plus possible aujourd’hui (près d’une centaine de logiciels recensés par Wikipedia), la présentation a d’abord porté sur les critères pertinents pour choisir un logiciel. Que l’on soit débutant ou confirmé, que notre pratique soit quotidienne ou occasionnelle, selon que l’on analyse tel ou tel type de réseau (réseaux personnels, multigraphes, 2-mode) ou que l’on souhaite mener telle ou telle analyse (mesures « classiques », visualisation, modèles statistiques), le logiciel pertinent n’est pas nécessairement le même. Tirée de son intervention et des recommandations des autres intervenants du module, la courte liste ci-dessous est ordonnée en fonction de ces critères de choix. A sa suite, on a rajouté quelques logiciels qui ne sont pas spécifiquement dédiés à l’analyse des réseaux, mais qui peuvent être des outils très utiles pour éditer des fichiers de données et des scripts de programmation.

Des logiciels pour débuter dans l’analyse des réseaux

Pajek (gratuit, pour Windows)

–          Site : http://pajek.imfm.si/doku.php

–          Téléchargement : http://pajek.imfm.si/doku.php?id=download

–          Documentation : http://pajek.imfm.si/doku.php?id=resources

Ucinet (payant, pour Windows, période d’essai gratuite de 30 jours)

–          Site : https://sites.google.com/site/ucinetsoftware/home

–          Téléchargement : https://sites.google.com/site/ucinetsoftware/downloads

–          Documentation : https://sites.google.com/site/ucinetsoftware/document

NetDraw (gratuit, pour Windows)

–          Site : https://sites.google.com/site/netdrawsoftware/home

–          Téléchargement : https://sites.google.com/site/netdrawsoftware/download

–          Documentation : https://sites.google.com/site/netdrawsoftware/documentation-faqs

NodeXL (libre et gratuit, pour Windows, fonctionne sous Microsoft Excel 2007 et suivantes)

–          Site : http://nodexl.codeplex.com

–          Téléchargement : http://nodexl.codeplex.com/releases/view/104762

–          Documentation : http://nodexl.codeplex.com/documentation

Visone (gratuit, multi-OS) :

–          Site : http://visone.info

–          Téléchargement : http://visone.info/html/download.html

–          Documentation : http://visone.info/wiki

Des logiciels adaptés pour la visualisation de grands réseaux

Gephi (libre et gratuit) :

–          Site : https://gephi.org

–          Téléchargement : https://gephi.org/users/download/

–          Documentation : https://gephi.org/users/

Cytoscape (libre et gratuit, multi-OS)

–          Site : http://www.cytoscape.org

–          Téléchargement : http://www.cytoscape.org/download.html

–          Documentation : http://www.cytoscape.org/documentation_users.html

Tulip (libre et gratuit, Windows)

–          Site : http://tulip.labri.fr/TulipDrupal/

–          Téléchargement : https://sourceforge.net/projects/auber/files/latest/

–          Documentation : http://tulip.labri.fr/Documentation/3_8/userHandbook/html/

Une référence en voie de s’imposer : R

R (libre et gratuit, multi-OS) :

–          Site : http://www.r-project.org

–          Téléchargement : http://cran.r-project.org/mirrors.html

–          Documentation : http://cran.r-project.org/manuals.html

iGraph (package pour R, libre et gratuit) :

–          Site : http://igraph.sourceforge.net

–          Téléchargement : http://igraph.sourceforge.net/download.html

–          Documentation : http://igraph.sourceforge.net/documentation.html

Simulations multi-agents

Netlogo (gratuit, multi-OS)

–         Site : http://ccl.northwestern.edu/netlogo/

–         Téléchargement : http://ccl.northwestern.edu/netlogo/download.shtml

–         Documentation : http://ccl.northwestern.edu/netlogo/resources.shtml

Outils pour récupérer des données du Web

NaviCrawler (plugin pour Firefox, libre et gratuit, multi-OS)

–          Site : http://webatlas.fr/wp/navicrawler/

RCurl (package pour R, libre et gratuit, multi-OS)

–          Site : http://www.omegahat.org/RCurl/

–          Téléchargement : http://www.omegahat.org/RCurl/RCurl_1.95-4.tar.gz

–          Documentation : http://www.omegahat.org/RCurl/philosophy.html

Editeurs de texte et de code

Notepad++ (libre et gratuit, pour Windows)

–          Site : http://notepad-plus-plus.org/fr/

–          Téléchargement : http://notepad-plus-plus.org/fr/download/v6.3.3.html

Tableurs

OpenOffice Calc (libre et gratuit, multi-OS)

–          Site : http://www.openoffice.org

–          Téléchargement : http://www.openoffice.org/fr/Telecharger/

–          Documentation : http://www.openoffice.org/fr/Documentation/Calc/

Microsoft Excel (payant avec offre gratuite d’essai de 30 jours, multi-OS)

–          Site : http://office.microsoft.com/fr-fr/excel/

 

Analyse des données du web et des réseaux sociaux : rendez-vous à Lille !

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la 27ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (plus connue sous le nom de « Quantilille ») aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 27 juin au jeudi 4 juillet 2013.

Cette année, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle : le premier sera consacré à l’analyse quantitative des données de l’Internet, et il sera coordonné par Dominique Cardon ; quant au second, il sera consacré à l’analyse des réseaux, et il sera coordonné par Pierre Mercklé et Julie Pagis. Tous les cours dans ces deux modules seront donnés en français.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 15 mai 2013). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Par ailleurs, l’ECPR devrait offrir des bourses à des étudiants rattachés à des institutions membres (au sens large) de l’ECPR pour participer à cette école d’été. Nous recontacterons les candidats qui se seront dits intéressés par ces bourses quand la procédure ECPR sera ouverte.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

– soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

– soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jean-gabriel.contamin@univ-lille2.fr), Julie Pagis (pivoineju@hotmail.com), Etienne Penissat (etienne.penissat@gmail.com) et Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com).

Au plaisir de vous retrouver à Lille à la fin du mois de juin !…

affiche_2013