Mensonges et statistiques

Pour citer cet article : Pierre Mercklé, “Mensonges et statistiques”, QUANTI / Sciences sociales, 21 mai 2017, https://quanti.hypotheses.org/1248/ (consulté le 23 juin 2017).

Tout le monde connaît sûrement la formule célèbre de Mark Twain : « Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques. » (There are three kinds of lies: lies, damned lies, and statistics)… C’est de cela, en quelque sorte, qu’il s’agissait lors de la journée d’études organisée à l’ENS de Lyon le vendredi 7 avril 2017 par le Centre Max Weber. Placée dans la lignée de « l’espace quanti » animé par Julien Barnier et Karine Pietropaoli, elle rassemblait des interventions d’Emmanuel Didier et de plusieurs chercheurs du laboratoire autour donc d’une réflexion sur les relations entre « mensonges et statistiques ».

Comme l’a indiqué d’emblée Michèle Dupré dans son introduction [voir le diaporama], la journée n’avait pas pour objectif de faire le procès des statistiques ni des statisticiens, mais plutôt de donner l’occasion, à celles et ceux mêmes qui utilisent les statistiques dans leurs recherches d’un moment collectif de recul réflexif : il s’agissait d’interroger les relations entre méthodes statistiques et recherche sociologique, et les apports mutuels que les deux parties s’efforcent d’en tirer, sachant que ce n’est pas qu’une affaire de sociologues : les statistiques ne sont pas que des outils de science, ce sont aussi des outils de gouvernement, prévient-elle, non sans rendre un hommage appuyé aux travaux d’Alain Desrosières, et en particulier à La politique des grands nombre, son fameux ouvrage d’histoire de la statistique (Desrosières, 1993), avant de céder la parole aux intervenant-e-s en les invitant à travailler les deux dimensions ensemble, celles de l’administration de la preuve et celle de l’administration de la cité, parce qu’elles se posent ensemble, indissociablement, la même question : les statistiques disent-elles adéquatement le monde social ?

 

En réponse à cette invitation, la première intervention est celle d’Emmanuel Didier (chargé de recherches au CNRS, Centre Maurice Halbwachs). Intitulée « Le mensonge quantitatif et ses dénonciations » [voir le diaporama], interroge les usages politiques des statistiques plutôt que leurs usages méthodologiques. Les statistiques ont des effets sociaux, et à ce titre on peut dire qu’elles « font de la politique », au même titre que le sport, ou la famille… On a assisté pendant les années 2000 à une vague très forte d’accusations de mensonge, de dénonciation de la « quantophrénie », adressées aux puissants, politiques ou médiatiques. Emmanuel Didier propose donc une sociologie croisée de la dénonciation du mensonge, et des pratiques de ceux qui sont ainsi mis en cause. Le terrain choisi est celui de la délinquance, de sa mesure chiffrée, et de la critique de celle-ci (voir Didier, 2011).

« L’état 4001 » est la nomenclature des faits constatés par la police, créée en 1972. Elle a très vite remplacé les comptes judiciaires, qui servaient auparavant à mesurer la délinquance, seulement donc par les faits condamnés. Cette façon de faire nouvelle a suscité de nombreuses critiques, dont le fer de lance a été le CESDIP, dont les chercheurs ont dénoncé la « tromperie ». Le CESDIP a promu, contre ce type de mesures, les enquêtes dites de « victimation ». De son côté, l’association Pénombre, largement composée de gens qui travaillent au Ministère de la Justice, a pratiqué plutôt l’ironie que la dénonciation. Et puis il y a le théorème de Demonque : « Sur une courte période, les statistiques de la délinquance varient en proportion inverse de la popularité du Ministre de l’Intérieur auprès des agents chargés de la collation des faits ». Derrière Demonque, il y a Dominique Monjaret, qui s’abritait derrière un pseudonyme parce qu’il menait au même moment une enquête sur la police…

Ces attaques ont fini par porter : même dans la police, il était devenu clair que « l’état 4001 » était un instrument qui prêtait au moins à discussion. Cela n’a pas empêché pourtant le management par le chiffre de se développer, jusqu’à l’intérieur même des commissariats, dont l’action était pilotée à partir des chiffres, selon une logique importée des Etats-Unis. Cela supposait de la part des agents de renseigner quotidiennement des tableaux chiffrant leur activité de la journée. Mais des accusations de « manipulation » (plutôt que de mensonge) sont très rapidement apparues (voir Matelly et Mouhanna, 2007), dénonçant l’idée que chaque policier engendrait les « bons chiffres » dont il avait besoin pour sa propre stratégie. Les policiers appelaient ça « chanstiquer », néologisme qui vient du suffixe argotique « -stiquer », et qui veut donc dire « changer » les chiffres. Autre dénonciation, celle de Lorraine Data, alias Laurent Mucchielli (2009), pour qui en bas on manipule, et en haut (de la hiérarchie policière) en revanche, on « ment » délibérément. Le mensonge, comme le dit Hannah Arendt, est l’autre face de l’action. Conclusion : le mensonge présuppose une réalité commune à différents groupes, qui sont en compétition pour la construire. La question du mensonge est celle du rôle de la parole dans la construction de la réalité commune. L’idée de « post-truth society » si en vogue aujourd’hui aux Etats-Unis traduit un renoncement à la réalité commune, au profit de la juxtaposition d’innombrables petites bulles de réalités séparées les unes des autres.

 

L’intervention suivante est celle de Magali Mazuy, intitulée « Posture scientifique et surenchère du chiffre ». Elle porte sur les statistiques d’interruption volontaire de grossesse (IVG) et de violences sexuelles. Elle montre comment la non distinction entre effectifs (le nombre d’IVG en France), fréquences (la proportion de femmes qui y ont recours) et nombre moyen sert à alimenter des discours alarmistes (le nombre d’IVG ne diminue pas), voire des discours de dénonciation. Mais par-delà cet usage du chiffre, il y a de forts enjeux autour de la nécessité de compter, qui permet de rendre visible des inégalités sociales et territoriales face à l’IVG, de rompre avec des idées fausses sur le sujet, de ne pas laisser place aux fantasmes, d’éviter d’en faire un sujet tabou, dont on ne parle pas parce qu’il n’est pas étudié.

Les questions se posent un peu de la même façon quand il s’agit des violences sexuelles, sauf que celles-ci posent des problèmes plus importants de définition que l’IVG. L’enquête VIRAGE, menée à partir de 2015, visait à approfondir et actualiser les données issues de l’enquête ENVEFF, réalisée en 2000. Plus de 27 000 personnes de 20 à 69 ans ont été interrogées, avec un questionnaire d’une heure environ passé par téléphone. Cette enquête a produit un nombre de viols et de tentatives de viol plus faible que celui produit par d’autres enquêtes, du fait d’un classement a posteriori des faits déclarés (pour reclasser dans les catégories juridiques correspondantes) et aussi en raison du thème de l’enquête (dans les enquêtes sur la sexualité par exemple, des situations potentiellement abusives sont sans doute plus fréquemment reportées dans les tentatives de viols). Ces chiffres, repris par les médias sans explicitation méthodologique, peuvent donner lieu à une interprétation abusive de l’évolution des viols et tentatives de viols en France. Cela pose la question de la « propriété » des chiffres : à qui appartiennent-ils ? Qui a la parole légitime pour les dire ? Comment faire reconnaître cette légitimité, et distinguer les façons légitimes et illégitimes de dire les chiffres ?

 

La matinée se clôt sur l’intervention de Pascal Vallet, consacrée au rôle des outils de collecte et d’analyse de données dans les archives d’enquête de Jean-Claude Passeron, et intitulée « L’œil à la page, instruments d’observation, mesures et contrôle de la mesure ». Dans le numéro que lui a consacré la Revue européenne des sciences sociales en 1996, Passeron évoque la nécessité pour le sociologue de « dire le plus vrai possible », qui « n’est pas autre chose que le souci de prouver » (p. 294). Que veut dire prouver, pour les sociologues de cette époque et de cette équipe-là ? Pour essayer de le définir, Pascal Vallet retrace les principales lignes d’une enquête dans les archives de L’œil à la page, qui a donné lieu à un article publié récemment Ethnographiques.org (Vallet et Dubief, 2016). L’œil à la page (Passeron et Grumbach, 1985) c’est une enquête de commande réalisée en 1978 sur huit bibliothèques municipales. L’enquête, dans la carrière de Passeron, se situe presque exactement à mi-chemin entre Le métier de sociologue (1968) et Le raisonnement sociologique (1991). L’analyse minutieuse des archives que laisse une telle enquête (données, journaux de terrain, notes d’observation, listings de tableaux croisés, graphiques d’analyses factorielles construits à la main, avec une règle, un compas et des calques) permet d’analyser ce que Briand et Chapoulie appellent une « formule de recherche », depuis la collecte des données jusqu’à l’écriture du rapport. L’analyse des archives permet de restituer le processus qui mène de la première à la dernière étape, par lequel son compte rendu final est produit, et que celui-ci en général ne dit pas. Et donc de saisir ce que « dire vrai » veut individuellement et collectivement dire pour les chercheurs de l’équipe du GIDES de l’époque.

Ce qui est intéressant, c’est que dans les 1000 pages des archives, on ne trouve aucune référence à un test qui pourrait dire que les variations observées sont « significatives ». Les outils statistiques sont utilisés comme des instruments heuristiques permettant de faire surgir des informations nouvelles, de l’inattendu, comme éléments d’un système probatoire dont le registre est celui, durkheimien, des variations concomitantes, mais pas celui des tests. On n’est pas dans ce que Desrosières appelait une sociologie des variables, mais dans une sociologie de l’argumentation.

 

C’est ensuite moi qui inaugure l’après-midi, avec une intervention que j’ai intitulée : « Les enquêtés mentent-ils ? » [voir le diaporama] : mon objectif était d’y analyser les incohérences de réponse dans les enquêtes longitudinales par questionnaires. On considère habituellement que ces enquêtes, au cours desquelles les enquêtés sont interrogés plusieurs fois successivement à plusieurs mois ou plusieurs années d’intervalle, permettent de réduire les biais liés aux difficultés de remémoration et à « l’illusion biographique ». Il s’agissait ici de prendre ces biais comme objets de recherche à part entière, et d’engager une discussion des apports et des limites des approches longitudinales, sur la base des résultats de différentes enquêtes longitudinales. Il en ressort que les « incohérences » de réponses qu’il est possible de relever dans ces enquêtes, souvent traités comme des erreurs à corriger, sont en réalité pleinement redevables d’une analyse sociologique, qui permet de montrer comment elles s’inscrivent au cœur des processus de construction des biographies individuelles. J’ai commencé mon intevention avec une analyse des incohérences de réponses dans l’enquête longitudinale du Ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des adolescents (voir Mercklé et Octobre, 2015) : normalement, à chaque vague de l’enquête, le nombre d’adolescents qui n’ont jamais fait de leur vie les différents types de sortie devrait diminuer. Mais ce n’est pas le cas : le nombre de ceux qui ne sont jamais allés au cirque augmente à mesure qu’ils avancent en âge, de même que le nombre de ceux qui ne sont jamais allés à un spectacle, ou au zoo… Et quand on examine les réponses successivement données par chaque individu aux questions sur ses sorties culturelles, il apparaît que des proportions parfois très fortes de ceux qui déclarent ne jamais les avoir effectuées de leur vie, déclaraient pourtant deux ans auparavant les avoir déjà faites.

J’ai ensuite montré, à partir des données de plusieurs enquêtes longitudinales menées dans le cadre du Panel ELIPSS, que ces incohérences de réponses n’étaient pas limitées aux enquêtes sur les pratiques culturelles des adolescents, mais qu’on pouvait en trouver des proportions significatives aussi dans les enquêtes auprès d’adultes, non seulement sur leurs pratiques culturelles, mais aussi dans toutes sortes d’autres domaines où on ne s’attendait pas à en trouver autant, comme les déclarations sur la taille, la nationalité, la situation conjugale, le nombre d’enfants, le niveau de diplôme, la religion, la participation électorale… A partir de l’analyse de ces différents registres d’incohérences de réponses, et de leurs déterminants, j’ai pour finir essayé de montrer qu’il n’y avait pas vraiment de moyen de distinguer de façon tranchée entre des caractéristiques individuelles qui seraient « objectives » et donc parfaitement stables, et des propriétés plus subjectives susceptibles au contraire de varier, mais qu’il y avait plutôt un continuum sans rupture qui va des propriétés les plus institutionnalisées aux opinions les plus volatiles. J’en ai déduit qu’il n’était peut-être pas totalement productif de seulement traiter ces incohérences comme des « erreurs » qu’il fallait absolument corriger par différentes techniques de redressement ou d’imputation, mais qu’il fallait peut-être aussi accepter de les analyser en tant que telles, sociologiquement, comme des indices potentiellement précieux des façons dont les enquêtés écrivent et réécrivent leurs biographies individuelles au fur et à mesure du temps.

 

Enfin, la journée est conclue par l’intervention de Marion Gilles, intitulée « Des chiffres détournés. Conflits d’usages des statistiques de santé au travail en entreprise ». Sur les enjeux cognitifs et sociaux de la production de chiffres dans le domaine de la santé au travail. Elle présente les enjeux et les résultats d’un questionnaire soumis aux salariés par les médecins du travail dans le cadre de leurs interactions. Ce dispositif appelé « EVEREST », aujourd’hui extrêmement répandu, est étudié dans deux contextes professionnels : un grand groupe de l’aéronautique, et un équipementier automobile. Il sert aux médecins du travail à restituer annuellement les résultats aux instances paritaires, typiquement les CHSCT. La discussion porte sur les modes de production d’une part, et les usages d’autre part, de ce type particulier de données. Le processus de quantification succède ici, comme l’a déjà montré Desrosières, à un processus de qualification consistant à nommer des problèmes, des questions sur lesquelles il faut agir, et que pour commencer il faut mesurer. Une partie des acteurs de la médecine du travail voient dans la production de chiffres un instrument d’objectivation des problèmes et de légitimation de la position qu’ils essaient d’occuper à l’intérieur des organisations. Les médecins trouvent des alliances avec des responsables syndicaux, mais aussi avec des responsables des ressources humaines, qui y trouvent les moyens de prouver les actions qu’ils entreprennent.

Mais le dispositif engage une vision spécifique des liens entre santé et travail, propre au courant ergonomique. Et l’objectif, c’est que les statistiques soient reprises par les acteurs pour animer la discussion et proposer des actions. Donc il y a une attention très grande au format : il faut parler le même langage, faire des tableaux de bord, « consolider » des résultats, se rapprocher des formats gestionnaires usuels pour que les responsables des ressources humaines les comprennent les prennent en compte. Mais on n’assiste pas à l’instauration d’alliances autour des usages délibératifs des chiffres ainsi produits : les tensions autour de ces usages sont fortement déterminées par les jeux de position institutionnelles, que les chiffres ne bouleversent pas. S’en trouvent facilités des usages plutôt normatifs et prescriptifs des chiffres, contre les logiques compréhensives et descriptives qui avaient présidé à leur production, dans les intentions du moins des médecins du travail. L’enjeu de la comparaison passe au second plan, et s’impose plutôt une logique de fixation de normes autour des niveaux moyens constatés. Les chiffres sont utilisés pour décider de niveaux à partir duquel il faut commencer à agir, en engageant des moyens et des actions sur les établissements ou les services qui s’écarteraient de ce niveau. On n’utilise finalement pas les variations observées pour expliquer les phénomènes observés, mais pour cibler des actions.

 

La journée est finalement conclue par Pascal Vallet, qui essaie de proposer en quelques points rapide une synthèse de ce qui s’est dit et des discussions ainsi suscitées. Il lui semble tout d’abord que si les différentes interventions ont semblé dire que ce sont les autres (les enquêtés, les utilisateurs finaux des données, les vieux sociologues de l’ancien temps, les hommes politiques, les journalistes) qui « mentent », il nous faudrait aussi nous demander ce que de notre côté nous faisons : comment faisons-nous avec les chiffres ? En quoi les chiffres participent-ils de notre légitimation professionnelle ? A qui s’adressent les sociologues lorsqu’ils produisent des chiffres ? Jusqu’à quel point ces pratiques peuvent-elles être opposées à celles des utilisateurs des résultats que nous produisons comme la vérité peut être opposée au mensonge ? Nul doute, lui semble-t-il, qu’il serait particulièrement intéressant de prolonger la réflexion ainsi engagée en veillant à interroger également nos propres pratiques. Quant à moi, j’ai été frappé par l’importance, soulignée dans pratiquement chaque intervention et dans toutes les discussions qui les ont suivies, qu’il y a à prendre compte les logiques de « communication » pour comprendre les usages des statistiques : celles-ci ne sont pas que de purs outils d’administration de la preuve, elles sont travaillées en profondeur par des enjeux qui relèvent aussi de la conviction, de la persuasion, autrement dit des enjeux « sémiologiques » qui donneraient également envie, lors d’une prochaine journée d’études, de poser la question non pas seulement des chiffres, mais aussi de leur mise en scène dans des figures, des tableaux, des graphiques…

Diaporamas des interventions

Références bibliographiques

Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude et Passeron Jean-Claude, 1968, Le métier de sociologue, Paris, La Haye, Mouton-Bordas.

Data Lorraine, 2009, Le grand truquage : comment le gouvernement manipule les statistiques, Paris, La Découverte.

Desrosières Alain, 1993, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Didier Emmanuel, 2011, « L’État néolibéral ment-il ? «Chanstique» et statistiques de police », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, n° 57, pp. 66-81, http://terrain.revues.org/14338 (consulté le 21/05/2016).

Matelly Jean-Hugues et Mouhanna Christian, 2007, Police : des chiffres et des doutes. Regard critique sur les statistiques de la délinquance, Michalon.

Mercklé Pierre et Octobre Sylvie, 2015, « Les enquêtés mentent-ils ? Incohérences de réponse et illusion biographique dans une enquête longitudinale sur les loisirs des adolescents », Revue française de sociologie, vol. 55, n° 3, http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RFS_563_0561 (consulté le 09/12/2015).

Passeron Jean-Claude, 1991, 1ère éd. 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, coll. « Essais & Recherches », bibl.

Passeron Jean-Claude et Grumbach Michel, 1985, L’œil à la page : enquête sur les images et les bibliothèques, Paris, Bibliothèque publique d’information.

Vallet Pascal et Dubief Jessie, 2016, « Du métier de sociologue, les archives de L’œil à la page », ethnographiques.org, n° 32, septembre, http://www.ethnographiques.org/Du-metier-de-sociologue-les (consulté le 19/05/2017).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *