Les courants de la sociologie de l’éducation? Exemple d’analyse textuelle (1/3)

Imaginons que nous cherchions à comprendre les courants de la sociologie de l’éducation en France : qui étudie quoi en sociologie de l’éducation ?

Alors plusieurs questions se posent. Par exemple,  pourrait-on définir des sous-champs ? Sur quelles bases ? quels seraient les chercheurs qui seraient dans quels sous-champs ? quels seraient leurs échanges ? Existe-t’il des réseaux de chercheurs ? sur quels champs ?

A travers une petite étude, ce billet de Quanti propose un exemple d’analyse textuelle de réseau avec linkage.fr pour répondre à la question : qui écrit quoi avec qui en sociologie de l’éducation en France ? Il sera suivi d’un billet plus théorique sur l’analyse textuelle et d’un tutoriel pour pouvoir faire des études plus approfondies.

Reprenons donc les courants de la sociologie de l’éducation en France.

Pour cette étude, nous effectuons la requête « language_s:fr sociologie education sur HAL » sur linkage.

 Attention, si vous ne changez pas la limite du nombre de papiers analysés de 500 jusque 2000 et que vous ne décochez pas la limitation au « subgraph », vous obtenez des résultats assez pauvres.

Avec les paramètres ci-avant, nous récupérons 2000 papiers de 731 chercheurs différents. On note l’absence de quelques sociologues de l’éducation importants à mon avis comme Benjamin Moignard ou Jérôme Deauvieau. On pourrait refaire une analyse en sélectionnant sous HAL directement les chercheurs en question. Une difficulté étant que linkage ne permet pas d’importer plus de 2000 papiers directement de HAL et la manière dont les papiers sont choisis dépend de la pertinence SELON HAL (c’est-à-dire un grand mystère pour le chercheur). Des tentatives de requêtes différentes notamment en utilisant level1_domain_s:shs.socio qui limite les papiers aux seuls enregistrés comme relevant de la sociologie donnent des résultats intéressants mais desquels les chercheurs sus-mentionnés sont encore absents.

Nous obtenons alors trois champs lexicaux (topics) que nous pouvons renommer.

Le premier, qui contient les mots « étudiant, insertion, diplômé, université », est nommé « université » par défaut dans linkage. Ce mot me semblant convenir, je le garde comme label de ce premier topic.

Le second s’appelle par défaut « cif » pour « congé individuel de formation », trois mots que l’on retrouve dans le topic. Les mots importants sont « salariés », « région », « stratégie », financement » et me semblent faire référence à la formation continue. Je choisis donc de renommer le topic 2 « formation professionnelle ».

Le troisième est assez vaste mais plutôt centré sur des questions d’inégalités, de gouvernance et de politiques éducatives. Je le rebaptise ainsi « politiques éducatives ».

On trouve également trois groupes de sociologues. Un groupe qui travaille sur la sociologie de l’emploi et de la formation, un groupe de sociologues « généralistes » de l’éducation et un groupe de sociologues qui travaillent plus spécifiquement sur les inégalités/ la gouvernance.

Le choix des noms des groupes est également décidé par le chercheur (en l’occurrence, moi-même) après analyse des personnes de chaque groupe. La surface du carré du schéma ci-dessous est proportionnelle au nombre d’individus le composant et, comme on peut le voir sur la figure 1, le groupe « orange » est le plus important (346 chercheurs). On y retrouve des chercheurs comme Marie Duru-Bellat, Catherine Blaya, Elisabeth Bauthier, Stéphane Bonnnery, Sylvain Broccolichi et, d’une manière générale, les noms de chercheurs très connus qui ont couvert des champs importants de la sociologie de l’éducation d’où mon choix de « sociologues généralistes de l’éducation ». On y trouve aussi des chercheurs moins connus (comme moi-même) qui ont travaillé sur des sujets variés (me concernant le décrochage scolaire et le numérique en éducation).

Le groupe rose (218 chercheurs) que j’ai appelé « sociologues des inégalités » est constitué de chercheurs comme Agnès Van Zanten ou Yaël Brinbaum qui se préoccupent particulièrement des inégalités et discriminations en éducation et de questions de politiques publiques et de gouvernance.

Le groupe « vert » (n=167) se préoccupe d’insertion en emploi et de formation. A l’exception de quelques chercheurs qui ne sont pas prépondérants dans la constitution du groupe, il s’agit de personnes dont je ne connais pas les travaux. C’est la lecture de leurs CV en ligne qui m’a permis de les renommer « sociologue de l’emploi et de la formation ». Quelques chercheurs de ce groupe infirmeraient ce nom. Je pense en particulier à Pierre Merle ou Nathalie Mons mais ils ont peu de papiers sur HAL concernés dans ma requête et ne sont pas dans les « top nodes », de sorte qu’on visualise probablement des effets similaires aux effets de chainage des CAH (Classifications Ascendantes Hiérarchiques) à savoir des personnes qui ne sont pas dans leur groupe « réel » parce qu’elles ont écrit un ou deux articles avec des personnes du groupe « sociologie de l’emploi et de la formation » et que donc, sans être à l’origine de ce groupe, elles se retrouvent dedans.

Figure 1

Le groupe des sociologues « généralistes de l’éducation » écrivent entre eux sur les universités (87%) et les politiques éducatives (10%).

Le groupe des sociologues des inégalités écrivent entre eux sur les politiques éducatives à 95%

Le groupe des sociologues de l’emploi et de la formation écrivent entre eux à 95% sur des problématiques de formation continue.

Lorsque les sociologues généralistes de l’éducation et les sociologues des inégalités travaillent ensemble, c’est majoritairement sur les politiques éducatives (78% des sujets).

Lorsque les sociologues de l’emploi et de la formation travaillent avec les sociologues des inégalités, les sujets sont très distribués : 44% autour de la formation continue, 39% des universités et 17% politiques éducatives.

Enfin lorsque les sociologues généralistes de l’éducation travaillent avec les sociologues de l’emploi et de la formation, ils travaillent en petite majorité autour des universités (51%) puis des politiques éducatives (31%) puis de la formation continue (18%).

Au final, la partie la plus difficile de l’étude pour un sociologue est probablement le requêtage. C’est aussi la plus grande limite de cette mini-étude (incomplétude de la base de données). Il faudrait faire un import via HAL d’autres papiers de sociologues.

Pour autant, cette requête rapide et non exhaustive permet de dégager l’intérêt de l’analyse textuelle de réseau et de proposer des classifications de courants de la sociologie de l’éducation en France.

Nous pouvons ainsi considérer la distinction entre trois sous-champs que seraient la formation continue, le supérieur et les politiques éducatives.

Lorsqu’on restreint la requête aux papiers de sociologie, un quatrième champs apparaît constitué par un groupe de sociologues quantitativistes (où je me retrouvais du coup).

Enfin, une autre requête via linkage sur moins de chercheurs aboutissait à séparer une sociologie de l’éducation populaire (par des sociologues de la jeunesse) d’une sociologie de l’« éducation nationale ». Il n’y a pas qu’une façon de dessiner les courants de la sociologie….

Si cette petite étude introductive vous donne envie de comprendre comment fonctionne l’analyse textuelle de réseau, c’est ici puis .


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *