Séminaire quantitativisme réflexif 2017-2018

 

Télécharger l’affiche du séminaire.

L’objectif de ce séminaire est d’ouvrir une réflexion sur les pratiques de quantification mises en œuvre par les sciences sociales, en particulier sur les opérations de qualification, les différentes méthodes de traitement, et l’interprétation des résultats.

Quelles sont les limites de validité des énoncés adossés à des données quantitatives ? Comment et pourquoi articuler données « qualitatives » et « quantitatives » ? Comment passer de sources « qualitatives » à des données quantifiables ?

Telles sont les questions qui guideront les activités du séminaire cette année, à partir de présentations de recherches abouties ou en cours.

Cette initiative s’inscrit dans un contexte de regain d’intérêt, dans diverses disciplines des sciences sociales, pour la quantification, d’importance croissante de la preuve statistique comme outil de gouvernement, et de l’émergence de grandes bases de données, posant des problèmes spécifiques de traitement et d’analyse. Il y a donc nécessité à développer une réflexion et une pratique collectives sur la quantification en sciences sociales.

Programme

8 décembre 2017 – « L’effet performatif des classements universitaires : la polarisation sociale des universités françaises », Romain Avouac (ACIDES – IDHES, ENS Paris-Saclay)

19 janvier 2018 – « Le recrutement à l’ENS en filière scientifique. Déterminer l’effet propre du concours au prisme du genre et du milieu d’origine », Alice Pavie (ENS Paris-Saclay)

16 février 2018 – « Apport méthodologique de la science des réseaux pour l’analyse de corpus de documents juridiques », Fabien Tarissan (ISP, ENS Paris-Saclay)

23 mars 2018 – « Le codage et le langage. Le temps de travail des chômeurs au péril des instruments de placement », Hadrien Clouet (CSO, Sciences Po)

6 avril 2018 – « Qualifier les violences ouvrières à partir de leur quantification ? Les conflits aux usines Citroën dans les années 1970-1980 », Vincent Gay (LSCP, Paris 7)

25 mai 2018 – « Comment étudier la spécialisation d’un groupe militant ? L’exemple du traitement des questions coloniales dans le Parti travailliste britannique et le Parti socialiste français durant l’entre-deux-guerres », Quentin Gasteuil (ISP, ENS Paris-Saclay)

22 juin 2018 – Présentation et discussion des travaux des élèves du département de sciences sociales

 

Informations pratiques

Les séances ont lieu le vendredi, de 11h à 13h, ENS Cachan, Bâtiment Laplace, salle Pollack (2e étage) – Plan d’accès

Contacts : Hugo Harari-Kermadec hugo.harari[at]ens-paris-saclay.fr / Anaïs Henneguelle anais.henneguelle[at]ens-paris-saclay.fr / Frédéric Lebaron frederic.lebaron[at]ens-paris-saclay.fr / Thibaut de Saint Pol thibaut.desaintpol[at]ens-paris-saclay.fr

Crédit Image : XKCD, http://xkcd.com/759/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *