Enseigner le quanti : les diaporamas des présentations

Les méthodes quantitatives seraient-elle en train de revenir en grâce auprès des enseignants et chercheurs en sciences sociales, nous demandions-nous dans la présentation de la journée “Enseigner le quanti” du 5 juin dernier (http://quanti.hypotheses.org/1101) ? En tout cas, ce qui est certain c’est que cette journée a rencontré un succès un peu inattendu, avec  des interventions passionnantes, plus de 80 participants, et des discussions acharnées tout au long de la journée…

Après la création il y a quelques jours de la liste “Quanti” (https://groupes.renater.fr/sympa/subscribe/quanti), qui compte déjà près de 500 abonnés, voici un deuxième prolongement de cette journée : nous mettons ci-dessous à votre disposition les “diaporamas” de toutes les interventions de la journée. Pour celles et ceux qui n’ont pas pu assister à cette journée, cela permettra d’avoir un aperçu un peu plus détaillé de ce qui s’y est passé, en attendant la mise en ligne des vidéos des interventions !

 

Table ronde 1 : Enseigner par l’enquête, enseigner par les textes

Nicolas Charles (Bordeaux), Romain Delès (Bordeaux) et Antoine de Raymond (INRA) : Un questionnaire sur les conditions de vie des étudiants comme outil pédagogique structurant

Muriel Epstein (Transapi) et Lara Mahi (EHESS) : Le « langage quantitatif » : s’immerger par les textes

Fanny Bugeja-Bloch (Paris 10), Marie Paule Couto (LSQ, CREST), Matthieu Hély (Paris 10), Frédérique Leblanc (Paris 10), Camille Peugny (Paris 8), Yasmine Siblot (Paris 8), Charles Soulié (Paris 8) : Retours sur un dispositif pédagogique commun à Paris 10 et Paris 8

Table ronde 2 : L’enseignement du quanti et ses publics

François Briatte (Université catholique de Lille), Quatre enseignements “quanti” en science politique

Stéphanie Tralongo (Lyon 2) : Qu’enseigner des sciences sociales en quantification ?

Bénédicte Garnier et Elisabeth Morand (INED) : Une formation continue pour apprendre à présenter des données chiffrées : pour qui et pourquoi ?

Cédric Hugrée (CRESPPA, CNRS) : La sociologie et son (autre) public : les projets statistiques de 2è année de l’ENSAI

Joanie Cayouette-Remblière (INED) : Pourquoi et comment enseigner la quantification dans un Master à tradition ethnographique ?

Table ronde 3 : Les ficelles du métier. Outils informatiques, trucs et astuces de l’enseignement statistique

Alex Alber (Rabelais-Tours) : Jusqu’où diminuer le “coût d’entrée” des méthodes quantitatives informatisées ?

Olivier Martin et Eric Dagiral (Paris-Descartes) : Un projet de module en ligne de formation à la lecture et à la conception des tableaux croisés

Julien Alerini, Alain Dallo, Léo Dumont, Octave Julien, Stéphane Lamassé (Paris Panthéon-Sorbonne) : Enseigner l’histoire par le nombre : l’expérience pédagogique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Table ronde 4 : Enjeux éthiques et juridiques de l’usage des données

Alexia Jonckheere (Université libre de Bruxelles, INCC) : Manipuler des chiffres en criminologie. Quel enseignement en termes d’éthique ?

Frédérique Cornuau et Marie Cros (Lille 1) : Quantification et données en SHS ou comment sensibiliser chercheurs et étudiants à une utilisation éclairée des données quantitatives

Table ronde 5 : Construire un curriculum de méthodes quantitatives

Anne Jourdain, Élise Penalva et Élise Tenret (Paris-Dauphine) : Enseigner la quantification en sciences sociales à Dauphine : programmes et méthodes pédagogique

Corinne Perraudin (Paris Panthéon-Sorbonne) : Comment enseigner les méthodes quantitatives en économie ?

Sébastien Oliveau et Frédéric Audard (Aix-Marseille) : Repenser l’enseignement de la quantification dans le cursus géographique. Retour sur une expérience à Aix-en-Provence

Rejoignez la liste “Quanti” !

 

Comme vous le savez peut-être, nous organisions la semaine dernière à Paris une journée d’études « Enseigner le quanti » (http://quanti.hypotheses.org/1101), qui a rencontré un succès auquel nous ne nous attendions pas totalement. Des interventions passionnantes, plus de 80 participants, et des discussions acharnées tout au long de la journée… Tout cela nous incite à essayer le plus vite possible de nous doter des outils permettant de continuer  ces discussions.

En voici donc un premier, que vous aurez à cœur, nous l’espérons, de faire vivre par vos contributions : nous venons de créer la liste de discussion « quanti » sur Renater. Ouverte à toutes et tous sur inscription, elle a vocation à devenir un lieu de débats et d’informations aussi vivant que possible autour des questions d’enseignement des méthodes quantitatives dans les sciences sociales.

Vous pouvez vous y inscrire dès maintenant à partir de cette adresse :

https://groupes.renater.fr/sympa/subscribe/quanti

(c’est tout simple, il suffit d’entrer l’adresse email à laquelle vous voulez recevoir les messages et à partir de laquelle vous voulez en envoyer aux autres membres de la liste)

Nous vous y attendons nombreux-ses ! Une fois inscrit-e-s, n’hésitez pas à poster un premier petit mot pour dire bonjour et commencer ainsi à faire vivre la liste !

Et bien sûr, n’hésitez pas non plus à faire passer l’info à toutes celles et tous ceux autour de vous qui pourraient être intéressé-e-s par les questions d’enseignement des méthodes quantitatives !

 

 

Méthodes Quantitatives en Sciences sociales : 29ème Ecole d’été de Lille, du jeudi 3 septembre au jeudi 10 septembre 2015

affiche_quantilille_2015Nous avons le plaisir de vous annoncer que la 29ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (QUANTILILLE) aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 3 septembre au jeudi 10 septembre 2015.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, le CDSP, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

En 2015, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle :

1. L’analyse de réseaux (co-organisé par Pierre Mercklé et Julie Pagis)

2. Les approches cartographiques dans les sciences sociales (co-organisé avec Jean Rivière)

Tous les cours sont donnés en français.

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 25 mai 2015). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

-soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

-soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jean-gabriel.contamin@univ-lille2.fr), Julie Pagis (julie.pagis@univ-lille2.fr), Etienne Penissat (etienne.penissat@gmail.com), Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com) et Alexandre Mairot (alexandre.mairot@sciencespo.fr).

Au plaisir de vous accueillir…

Bien cordialement,

Les organisateurs

 

 

 

 

Appel à candidatures : les nouvelles approches quantitatives en histoire et en sciences sociales (atelier doctoral, Rome, octobre 2015)

ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME – ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES
Appel à candidatures/call for applications/bando di partecipazioneAtelier doctoral organisé à l’École française de Rome, les 6-9 octobre 2015
Réception des candidatures jusqu’au 30 mai 2015

La Méditerranée : un laboratoire de l’histoire globale et des processus de globalisation

SESSION 2015 : LES NOUVELLES APPROCHES QUANTITATIVES EN HISTOIRE ET EN SCIENCES SOCIALES

Rome, École française de Rome, 6-9 octobre 2015

Présentation

Longtemps présente dans l’historiographie française des Annales, l’histoire quantitative a été longtemps assimilée à une histoire sérielle et principalement économique. Critiquée et repensée par la micro-histoire, renouvelée par les transformations des outils, notamment informatiques, elle a connu une profonde évolution de ses objets et ses méthodes et s’offre aujourd’hui comme une approche fructueuse de la recherche en histoire, mais aussi, au-delà, en sciences sociales. En proposant un ensemble d’instruments épistémologiques et techniques concernant aussi bien l’histoire économique que l’histoire sociale, culturelle, politique ou encore démographique, elle n’a cessé de s’alimenter du dialogue fécond avec les sciences sociales en général, qu’il s’agisse de la sociologie, de l’anthropologie, de l’économie ou des sciences politiques.

Objectif

L’objectif de cet atelier doctoral est de discuter la pluralité de ces approches, dans le cadre de l’espace méditerranéen à travers une perspective comparatiste et transdisciplinaire qui permette de mettre en parallèle cet espace et d’autres territoires, en faisant varier les échelles de l’analyse. Il entend mettre au cœur des séances les questions suivantes : quelles perspectives offrent les nouvelles méthodes quantitatives pour aborder l’histoire et le présent de la Méditerranée ? Comment ces approches infléchissent-elles les échelles et les catégories d’analyse ? Comment appréhender, traiter et penser les réseaux, les données statistiques ou encore les trajectoires, collectives et individuelles ?

Cette formation souhaite être une initiation à la diversité des techniques et des réflexions portés par l’analyse quantitative. Y seront abordées aussi bien son évolution historiographique que les questions de l’échantillonnage, du traitement des sources, de la fabrication de bases de données historiques, de l’analyse des trajectoires, des méthodes prosopographiques, de l’analyse de réseaux, ou encore des « big data ».

Déroulement de l’atelier doctoral

Les cours et interventions pourront se dérouler en français, italien ou anglais. L’atelier est ouvert aux doctorants et étudiants à partir du M2 de toutes disciplines et de toutes nationalités. Des cours magistraux le matin seront suivis d’ateliers à partir de la présentation des travaux des étudiants l’après-midi. Il sera demandé à chaque participant de présenter à l’avance un document résumant, dans une autre langue que celle de la présentation orale, le contenu de l’intervention.

Dates et lieu

L’atelier doctoral se tiendra du 6 à 9 octobre 2015 à l’École française de Rome.

Candidatures

Les candidatures doivent être adressées à l’adresse suivante avant le 30 mai 2015 : secrmod(at)efrome.it.

Elles doivent comporter :

→ une lettre de motivation ;

→ un curriculum vitae (max. 3 pages) accompagné d’une présentation des recherches en cours et d’un programme de travail ;

→ un résumé (min. 4000 caractères) de l’intervention proposée ;

→ une lettre de recommandation.

Informations pratiques

Les candidats retenus sont tenus d’assister à l’ensemble des cours et ateliers.

La formation, les déjeuners et le logement des participants seront assurés par l’École française de Rome et l’École des Hautes études en sciences sociales.

Contact

Claire Challéat, secrétaire des études pour les époques moderne et contemporaine
École française de Rome
Piazza Farnese 67
00186 Roma
+ 39 06 68601244
secrmod(at)efrome.it

Comité scientifique

Documents à télécharger

Appel à candidatures (en français)

Bando di partecipazione (en italien)

Call for applications (en anglais)

Enseigner le quanti : journée d’études, Paris, vendredi 5 juin 2015

comic

Les méthodes quantitatives seraient-elle en train de revenir en grâce auprès des enseignants et chercheurs en sciences sociales ? Le succès non démenti de l’école d’été Quantilille ou de l’atelier de « Méthodes quantitatives pour l’historien » de l’EHESS, de même que la création de nouveaux cours dits de « méthodes quantitatives » dans diverses institutions universitaires, semblent le laisser présager. Après des décennies de dés-apprentissage des techniques même les plus élémentaires de comptage et de quantification parmi les apprentis sociologues, historiens, géographes (le statut de l’enseignement des méthodes quantitatives dans les cursus d’économie est sans doute spécifique), on ne pourrait que s’en réjouir. S’il est avéré dans les grandes écoles, ce mouvement semble également toucher les universités, sans que l’on assiste pour autant à l’ouverture en masse de postes d’enseignants explicitement fléchés en méthodes quantitatives. Quant au contenu des enseignements dispensés, il varie fortement : fondements formels de la statistique, boîte à outil pratique de la fabrication et de l’interprétation des données, réflexion sur l’histoire, l’usage et l’articulation éventuelle des méthodes, formation technique à des logiciels.

Il est donc urgent de prendre le temps de l’échange et de la réflexion autour de l’enseignement de la quantification dans les cursus de sciences humaines et sociales : c’est l’objectif de cette journée d’études, dont les ateliers sont organisés autour de restitutions d’expériences concrètes d’enseignement : y sont privilégiés les descriptions de situations pédagogiques, les échanges de trucs et astuces, les discussions autour des manières de faire qui font nos succès et parfois aussi nos échecs face aux étudiants. Et en prenant appui sur ces échanges, cette journée sera l’occasion de commencer à fédérer un réseau des enseignants en méthodes quantitatives dans les institutions universitaires françaises.

Programme

cliquez ici pour lire et télécharger le programme en PDF

9h – Accueil des participants

 9h15 – Introduction

 9h30 – 10h45 : Table-ronde 1 : Enseigner par l’enquête, enseigner par les textes

* Nicolas Charles (Bordeaux), Romain Deles (Bordeaux) et Antoine de Raymond (INRA), Un questionnaire sur les conditions de vie des étudiants comme outil pédagogique structurant

* Muriel Epstein (Transapi) et Lara Mahi (EHESS), Le « langage quantitatif » : s’immerger par les textes

* Fanny Bugeja-Bloch (Paris 10), Marie Paule Couto (LSQ, CREST), Matthieu Hély (Paris 10), Frédérique Leblanc (Paris 10), Camille Peugny (Paris 8), Yasmine Siblot (Paris 8), Charles Soulié (Paris 8), Retours sur un dispositif pédagogique commun à Paris 10 et Paris 8

* Sylvain Besle et Emilien Schultz (Paris-Sorbonne), Coordonner le travail d’enquête en méthode quantitative : le rôle des outils

10h45 – 11h15 : pause

11h15 – 12h45 : Table-ronde 2 : L’enseignement du quanti et ses publics

Discutante : Béatrice de Gasquet (Paris-Diderot)

* François Briatte (Université catholique de Lille), Trois cours en sciences politiques

* Stéphanie Tralongo (Lumière-Lyon 2), Qu’enseigner des sciences sociales en quantification ?

* Bénédicte Garnier et Elisabeth Morand (INED), Une formation continue pour apprendre à présenter des données chiffrées : pour qui et pourquoi ?

* Cédric Hugrée (CRESPPA, CNRS), La sociologie et son (autre) public : les projets statistiques de 2è année de l’ENSAI

* Joanie Cayouette-Remblière (INED), Pourquoi et comment enseigner la quantification dans un Master à tradition ethnographique ?

12h45 – 14h : Repas

14h – 15h15 : Table-ronde 3 : Les ficelles du métier. Outils informatiques, trucs et astuces de l’enseignement statistique

Discutant : Philippe Cibois (UVSQ, Printemps)

* Alex Alber (Rabelais-Tours), Jusqu’où diminuer le “coût d’entrée” des méthodes quantitatives informatisées ?

* Olivier Martin et Eric Dagiral (Paris-Descartes), Un projet de module en ligne de formation à la lecture et à la conception des tableaux croisés

* Julien Alerini, Alain Dallo, Léo Dumont, Octave Julien, Stéphane Lamassé (Paris Panthéon-Sorbonne), Enseigner l’histoire par le nombre : l’expérience pédagogique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

15h15 – 16h : Table-ronde 4 : Enjeux éthiques et juridiques de l’usage des données

Discutante : Florence Weber (ENS Ulm, Centre Maurice Halbwachs)

* Alexia Jonckheere (Université libre de Bruxelles, INCC), Manipuler des chiffres en criminologie. Quel enseignement en termes d’éthique ?

* Frédérique Cornuau et Marie Cros (Lille 1), Quantification et données en SHS ou comment sensibiliser chercheurs et étudiants à une utilisation éclairée des données quantitatives

16h – 16h30 : pause

16h30 – 17h30 : Table-ronde 5 : Construire un curriculum de méthodes quantitatives

Discutant : Samuel Rufat (Cergy-Pontoise, Géographie-Cités)

* Anne Jourdain, Élise Penalva et Élise Tenret (Paris-Dauphine), Enseigner la quantification en sciences sociales à Dauphine : programmes et méthodes pédagogique

* Corinne Perraudin (Paris Panthéon-Sorbonne), Comment enseigner les méthodes quantitatives en économie ?

* Sébastien Oliveau et Frédéric Audard (Aix-Marseille), Repenser l’enseignement de la quantification dans le cursus géographique. Retour sur une expérience à Aix-en-Provence

17h30 – 18h : Discussion collective : que faire ?

Informations pratiques

Date : Vendredi 5 juin 2015, 9h-18h

Lieu : Maison des Sciences économiques, salle 114 – 106-112 Boulevard de l’Hôpital – 75013 Paris – France

Accès : Métro ligne 5 arrêt Campo-Formio

Comité d’organisation :

Pierre Blavier (ENS Cachan, CMH-ETT), Jérôme Deauvieau (UVSQ, Printemps), Agnès Gramain (Paris-I Panthéon Sorbonne, CES), Frédéric Lebaron (UVSQ, Printemps), Pierre Mercklé (ENS Lyon, CMW), Etienne Ollion (SAGE, Université de Strasbourg), Anton Perdoncin (ENS, CMH–ETT, IDHES–ENS Cachan).

Contact : jequanti2015[at]gmail.com

Illustration : d’après XKCD, https://xkcd.com/552/.

« Etudier les réseaux sociaux : espaces, mobilités », une école thématique du CNRS à Oléron du 21 au 25 septembre 2015

De plus en plus de chercheurs français ou francophones utilisent de façon simple les analyses de réseaux, mais très peu en maîtrisent les développements les plus récents et les plus avancés. Le premier objectif de cette école est de combler cette lacune, en tissant des liens plus approfondis entre différentes disciplines, cette fois tout particulièrement la sociologie et la géographie, mais aussi toutes les autres disciplines combinant les questions des distributions  sociales et spatiales, des flux et des mobilités.

Il s’agit de former les stagiaires aux méthodes les plus avancées de l’analyse des réseaux sociaux en faisant appel à des chercheurs de disciplines différentes. Il s’agit aussi de confronter les « usages » d’une méthode d’analyse du social par diverses sciences sociales. Un accent particulier sera mis sur les méthodes multi-niveaux (analyse conjointe de réseaux d’individus et de collectifs), les analyses dynamiques, les méthodes de visualisation et de mise en forme, les méthodes mixtes (qualitatives et quantitatives), la construction de données relationnelles à partir de sources diverses (dont bien sûr les sources propres aux géographes). La formation cherchera aussi à favoriser la réflexivité sur l’intérêt mais aussi les limites et contraintes de l’analyse des réseaux sociaux. Il s’agit en quelque sorte de ne pas se limiter à des analyses de relations et de structures mais de chercher à les insérer dans un continuum allant de la construction des données à des analyses dynamiques ou multiniveaux.

Cette école combinera des conférences et des ateliers de formation aux outils et aux méthodes, afin que les stagiaires puissent sortir de la formation avec une bonne maîtrise technique. Elle sera pluridisciplinaire, avec un centrage sur la sociologie et la géographie, mais avec une ouverture sur d’autres disciplines.

L’école thématique se tiendra à Oléron (Vieille Perrotine), du 21 au 25 Septembre 2015

Thème

Méthodes d’analyse des réseaux sociaux dans diverses disciplines des sciences humaines et sociales : géographie, histoire, anthropologie, sociologie, économie, sciences politiques, démographie, sciences de gestion.

Public concerné

Cette école thématique se propose d’aider les chercheurs qui débutent en ce domaine, ceux qui ont besoin de développer ces approches de façon ponctuelle dans leurs travaux, ceux qui sont déjà pratiquants mais désirent se perfectionner, ou encore ceux qui doivent former des étudiants ou des praticiens, à mettre en place des analyses des réseaux sociaux qui soient vraiment cohérentes et pertinentes au regard de leurs objets et de leurs enseignements. Des chercheurs en sciences humaines, mais aussi des enseignants-chercheurs, des ingénieurs, des jeunes docteurs ou des doctorants ont besoin, pour leurs recherches ou leurs enseignements, d’affermir leurs connaissances sur l’analyse des réseaux sociaux, de mieux maîtriser les logiciels, d’échanger leurs questions, de se former sérieusement aux outils pertinents, de participer aux débats, de s’inscrire dans les réseaux existants pour y étayer et y valoriser leurs approches.

Prérequis

L’enseignement sera accessible à tout participant d’un niveau master.

Conséquences attendues

  1. L’école permettra de former des chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et doctorants à des méthodes en pleine expansion au niveau international, mais encore trop peu maîtrisées par les chercheurs en sciences humaines et sociales français ou francophones 2. En organisant une synthèse des travaux réalisés et des approches mises en œuvre par les spécialistes du domaine, elle contribuera à développer une communauté en plein essor.
  2. Elle contribuera au développement de l’interdisciplinarité à partir de théories et de méthodes qui s’y prêtent particulièrement bien

Grands axes du programme

– La question  des sources : nœuds, liens, clusters, hubs… quelles données pour quels réseaux ?

– Construire des données relationnelles et spatiales

– Quels espaces ? Distance, distribution, flux…

– les méthodes mixtes (qualitatif / quantitatif)

– les analyses multi-niveaux (rapport micro/macro)

– les analyses dynamiques : mobilités, transformations des réseaux

– visualisation

Contacts

Pour en savoir plus

Visiter cette page :

http://w3.lisst.univ-tlse2.fr/reseaux_sociaux/resosoc.htm

Recrutement d’un chargé de recherche en mathématiques pour les sciences humaines et sociales

Le CNRS affiche cette année un poste de Chargé de recherche 1re classe sur l’analyse, la modélisation, la collecte, la visualisation et le traitement des données sociales. Ce poste est ouvert en Section n°41 (Mathématiques) mais affecté à une unité de l’INSHS (voir http://gestionoffres.dsi.cnrs.fr/fo/offres/detail-fr.php?&offre_id=139). Deux laboratoires de l’Ecole normale supérieure de Lyon, le Centre Max Weber et le laboratoire ICAR, formulent des propositions de soutien à une candidature, dans le contexte de la forte priorité accordée par l’Ecole Normale Supérieure de Lyon aux recherches entrecroisant mathématiques, informatique, sciences expérimentales et sciences sociales.

 

* Le Centre Max Weber (http://www.centre-max-weber.fr), laboratoire de sociologie basé à Lyon et Saint-Étienne (UMR CNRS 5283), développe plusieurs axes de recherches avec un souci de pluralisme théorique et méthodologique. Dans ce cadre général, l’équipe DPCS (“Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations”) entreprend depuis plusieurs années de développer à l’ENS de Lyon, autour de ses thématiques, des recherches en partenariat avec les mathématiques et les sciences expérimentales, et souhaite s’appuyer sur ce recrutement pour s’engager plus avant encore dans la voie ouverte par ces premières collaborations interdisciplinaires.

Sur le plan scientifique, le candidat ou la candidate devra présenter un profil clairement bi-disciplinaire, avec un équilibre aussi grand que possible entre expertise mathématique et expertise sociologique. Il ou elle devra en particulier démontrer une expérience avérée dans le domaine de la recherche en sciences sociales, par son cursus, ses collaborations de recherches et ses publications. Il sera espéré du candidat ou de la candidate une forte intégration dans l’équipe DPCS du Centre Max Weber, qui prendra en particulier la forme d’une participation aux recherches que l’équipe mène aujourd’hui en partenariat avec l’IXXI (Institut de la Complexité de Rhône-Alpes), et celle du développement de nouvelles recherches dans le cadre de ce même type de partenariats entre sciences sociales, mathématiques et sciences expérimentales. Sur le plan thématique, le candidat ou la candidat-e sera ainsi invité à abonder les expertises locales sur lesquelles s’appuient les partenariats déjà inaugurés*, notamment sur la caractérisation topologique des réseaux, à l’articulation de l’analyse des réseaux sociaux (avec Pierre Mercklé au Centre Max Weber) et de la théorie mathématique des graphes et des graphes technologiques (équipe DANTE au Laboratoire d’Informatique et Parallélisme, équipe Sysiphe du Laboratoire de Physique).

 

* Le laboratoire ICAR (http://icar.univ-lyon2.fr), laboratoire de sciences du langage basé à Lyon (UMR CNRS 5191), se caractérise par des activités scientifiques pluridisciplinaires focalisées sur l’analyse multidimensionnelle des usages de la langue dans l’interaction et dans le texte. En son sein, l’équipe Cogcinel (“Cognition, Collaboration, INteractions En Ligne”) articule des cadres théoriques complémentaires dans l’étude des phénomènes d’interactions humaines, en contexte naturel ou expérimental, avec ou sans médiation numérique. Son approche la conduit à mener des recherches en partenariat avec les mathématiques et les sciences expérimentales, et l’équipe souhaite appuyer sur ce recrutement pour poursuivre plus en avant cette voie de ouverte par ces premières collaborations interdisciplinaires

 

Le candidat ou la candidate devra démontrer son expertise mathématique de la caractérisation topologique des réseaux sociaux, lexicaux ou épistémiques, son intérêt pour les recherche en sciences du langage et/ou en sciences de l’éducation et son goût pour l’interdisciplinarité. Les domaines d’application de ces analyses topologiques peuvent concerner des domaines variés, la scientométrie, les nouveaux modes de communications (emails, sms), l’évolution des langues… Le candidat ou la candidate s’intégrera dans le laboratoire ICAR  où il participera aux recherches menées en partenariat avec l’IXXI (Institut de la Complexité de Rhône-Alpes), le LIP (Laboratoire d’Informatique et de Parallélisme et en particulier l’équipe DANTE qui étudie les réseaux dynamiques et leurs évolutions) ou l’équipe Sysiphe du Laboratoire de Physique (analyse du signal). Des collaborations sont actuellement menées entre ICAR et l’IXXI sur la scientométrie des recherches en sciences de l’éducation et sur la variabilité linguistique dans les média sociaux (financé par le Labex ASLAN). Par ailleurs, une collaboration se poursuit autour de l’utilisation de badges sociométriques pour analyser la collaboration dans une communauté scientifique (www.sociopatterns.org).

 

* Les travaux menés par le candidat ou la candidate recruté-e devront donc pouvoir s’intégrer dans un contexte interdisciplinaire, encouragé par la forte priorité donnée par l’Ecole Normale Supérieure de Lyon aux recherches entrecroisant mathématiques, informatique, sciences expérimentales et sciences humaines et sociales. Sur le plan épistémologique, il est attendu du candidat ou de la candidate une contribution déterminée aux réflexions menées à l’ENS de Lyon sur les relations entre disciplines des sciences exactes et des sciences humaines et sociales (e.g. sociologie et épistémologie des sciences, sciences du langage, recherches en éducation).

 

* Nous vous invitons à prendre contact avec Pablo Jensen (IXXI, pablo.jensen@ens-lyon.fr), Pierre Mercklé (Centre Max Weber, pierre.merckle@ens-lyon.fr) et Jean-Philippe Magué (ICAR, jean-philippe.mague@ens-lyon.fr) pour plus d’informations.

 

* Quelques travaux des différentes équipes en collaboration :

– Eberle, J., Stegmann, K., Lund, K., Barrat, A., Sailer, M. & Fischer, F., 2013, Fostering Learning and Collaboration in a Scientific Community – Evidence from an Experiment Using RFID Devices to Measure Collaborative Processes, Proceedings of the 10th International Conference on Computer Supported Collaborative Learning.

– Grauwin, S.; Jensen, P., 2011, Mapping scientific institutions, Scientometrics, 89, 943-954.

– Latour B.; Jensen P., et al., 2012, The whole is less than the sum of its parts, British Journal of sociology, 63, 4, 591-615.

– Loiseau S., Gréa P., Magué, J.-P., 2011, Dictionnaires, théorie des graphes et structures lexicales, Revue de Sémantique et Pragmatique

– Mercklé, P., 2011, Sociologie des réseaux sociaux, La Découverte.

– Vogel, M., et al., 2014, From bicycle sharing system movements to users: a typology of Vélo’v cyclists in Lyon based on large-scale behavioural dataset, Journal of Transport Geography, 41, 280-291.

Formation « L’analyse des réseaux sociaux, méthodes avancées»

Le Centre de sociologie des organisations (CSO – Sciences Po) organise une formation à l’analyse de réseaux, à destination de doctorants, post-doctorants et chercheurs.

L’argumentaire complet de la formation est disponible sur le site de l’école doctorale de Sciences Po.

Programme de la formation

Jour 1

  • initiation à R
  • rappels concernant les outils de base de l’analyse de réseaux sociaux
  • modèles QAP (estimation de l’influence des attributs sur la création de liens entre acteurs) et mise en oeuvre avec R et Ucinet

Jour 2

  • blockmodels sur R et Pajek

Jour 3

  • modèles ERGM et prise en main du logiciel PNet

Jour 4

  • Modèles SIENA permettant d’explorer la dynamique des réseaux sociaux.

Informations pratiques

Inscriptions

Ecrire à Julien Brailly (j.brailly[at]cso.cnrs.fr) en précisant votre statut (doctorant ou chercheur), votre discipline, vos thématiques de recherche qui feraient appel à l’analyse de réseaux et le cas échéant les données de réseau que vous souhaiteriez étudier.

Date et lieux

Du lundi 13 janvier au jeudi 16 janvier (possibilités de travail en groupe le vendredi sur les données des participants).

Centre de Sociologie des Organisations, 19 rue Amélie, 75007 Paris.

Organisateurs

Pierre François, sociologue au CSO
Emmanuel Lazega, sociologue au CSO
Claire Lemercier, historienne au CSO

Formateurs

Julien Brailly, assistant de recherches au CSO ; collabore au projet Dynamique des réseaux multiniveaux (DYREM),
Scott Viallet-Thévenin, doctorant au CSO ; prépare une these de sociologie intitulée ” La recomposition du secteur énergétique européen : Les stratégies concurrentielles des firmes françaises, ou l’État comme ressource dans les transformations du capitalisme contemporain.“sous la direction de Pierre François.

Enseigner la quantification dans le supérieur : appel à communications

Enseigner la quantification dans le supérieur : les sciences sociales face aux chiffres.

Les méthodes quantitatives seraient-elle en train de revenir en grâce auprès des enseignants et chercheurs en sciences sociales ? Le succès non démenti de l’école d’été Quantilille ou de l’atelier « Méthodes quantitatives pour l’historien » de l’EHESS, de même que la création de nouveaux cours dits de « méthodes quantitatives » dans diverses institutions universitaires, semblent le laisser présager. Après des décennies de dés-apprentissage des techniques même les plus élémentaires de comptage et de quantification parmi les apprentis sociologues, historiens, géographes (le statut de l’enseignement des méthodes quantitatives dans les cursus d’économie est sans doute spécifique), on ne pourrait que s’en réjouir. S’il est avéré dans les grandes écoles, ce mouvement semble également toucher les universités, sans que l’on assiste pour autant à l’ouverture en masse de postes d’enseignants explicitement fléchés en méthodes quantitatives. Quant au contenu des enseignements dispensés, il varie fortement : fondements formels de la statistique, boîte à outil pratique de la fabrication et de l’interprétation des données, réflexion sur l’histoire, l’usage et l’articulation éventuelle des méthodes, formation technique à des logiciels.

En tout état de cause, il est sans nul doute nécessaire de prendre le temps de l’échange et de la réflexion autour de l’enseignement de la quantification à l’université, dans les cursus de sciences sociales.

Enseigner la quantification : pour quoi faire ?

La mémoire des étudiants en sciences sociale est (trop) souvent émaillée de souvenirs plus ou moins fugaces ou traumatisants de cours de statistiques ou d’introduction à l’usage de logiciels, dont la finalité ne semblait résider que dans l’enchaînement de formules mathématiques ou de manipulations informatiques. Le rejet du « quanti » chez nombre d’étudiants est d’autant plus fort que celui-ci est associé à un versant aride et austère de la recherche en sciences sociales, à un ensemble de méthodes ésotériques et technicistes auxquelles il est permis de « ne rien comprendre ».

Comment faire, dès lors, pour concevoir les cours de méthodes quantitatives de telle sorte à convaincre les étudiants qu’il est possible de « faire du quanti » sans formalisme mathématique ni compétences informatiques avancées, que c’est même intéressant, formateur, voire amusant, et que tout apprenti-chercheur en sciences sociales se doit de maîtriser une palette large de méthodes pour interroger le monde social ?

Ces cours doivent-ils être avant tout des lieux d’apprentissage technique de la méthodologie statistique, ou bien doivent-ils également développer la capacité à critiquer et évaluer les arguments construits à partir de données chiffrées, et à produire une argumentation originale et scientifiquement pertinente à partir de ces données ? L’utilité scientifique, sociale et politique d’un enseignement de la quantification est ainsi un enjeu d’autant plus critique, que l’accessibilité aux grandes enquêtes produites par la statistique publique n’a jamais été aussi facile, et que les usages et mésusages politiques des chiffres sont légion dans le discours public.

Questions pour une réflexion collective

Nous examinerons ainsi les modalités actuelles des enseignements de la quantification en sciences sociales, et tâcherons de dresser quelques pistes d’évolutions souhaitables pour l’avenir. La liste de questions que nous soumettons, ci-dessous, à la réflexion collective n’est pas limitative.

  • Comment adapter les enseignements à une diversité de publics : cursus professionnel ou recherche, doctorants, formation continue des enseignants ?
  • Quel est le degré de formalisation utile/souhaitable dans l’enseignement des méthodes ? Pour quels objectifs et quels publics ? Plus généralement, comment articuler un apprentissage des règles statistiques, seules à même de garantir la véracité des énoncés, à une mise en pratique, seule à même de conférer un sens sociologique/historique aux méthodes.
  • Comment articuler enseignement des méthodes quantitatives et qualitatives ? Notamment, comment initier les étudiants à une articulation entre quantification et ethnographie ?
  • Comment rendre les TD de logiciels vivants et agréables pour les étudiants et les enseignants ?
  • A quels logiciels doit-on former les étudiants ? Presse-boutons ou avec lignes de code ? Et pour quels usages ?
  • Quelle est la place du « libre » dans les enseignements de la quantification ? Doit-on privilégier les logiciels libres ? Comment utiliser, créer et partager des ressources pédagogiques libres, notamment sur internet (manuels en ligne, tutoriels, forums et listes de discussions) ?
  • Comment présenter la chaîne de production du raisonnement quantitatif ? Des questions de recherche aux résultats, en passant par la production des données, l’investigation d’une diversité des sources (sources historiques, administratives, questionnaires, comptages, etc.), les opérations de codage et recodage, la production et la mise en forme des résultats.
  • Quelles données utiliser en cours (enquêtes issues de la statistique publique, production des données avec les étudiants, données issues de travaux de recherche en cours, etc.) ?
  • Enfin, comment former les étudiants à l’histoire des méthodes, et à un usage combiné et réflexif de celles-ci ? Comment faire d’eux des acteurs éclairés du monde des chiffres ?

Pour un (salutaire !) échange pédagogique

L’objectif de cette journée d’études n’est pas de répondre de manière normative à ces questions, mais bien au contraire de réaliser un état des lieux des pratiques pédagogiques d’enseignement de la quantification. Les ateliers seront organisés autour d’échanges d’expériences concrètes d’enseignement : description de situations pédagogiques, échanges des trucs et astuces, des petites manières de faire qui font nos succès et parfois aussi nos échecs face aux étudiants.

Il s’agit ainsi de commencer à fédérer un réseau des enseignants en méthodes quantitatives dans les institutions universitaires françaises. Au-delà de l’échange sur les pratiques, un objectif de moyen terme pourrait être de mettre sur pied un portail de mise en commun des matériaux pédagogiques, tutoriaux, scripts, données, mémoires d’étudiants, etc.

Nous proposerons également la mise en \oe uvre d’une enquête sur l’enseignement de la quantification, inspirée par exemple de l’Undergraduate Quantitative Methods Teaching Survey menée par John McInnes à l’université d’Edimbourg.

Nous espérons ainsi contribuer, à une modeste échelle, à une réflexion collective sur les pratiques pédagogiques à l’université, qui est trop souvent le parent pauvre des échanges entre enseignants et chercheurs universitaires.

Informations pratiques

Format des contributions

Tous les contributeurs sont a priori les bienvenus, quels que soient leur discipline de rattachement, leur statut ou leur degré d’avancement et d’intégration dans le monde universitaire. Les contributions peuvent porter sur des récits de pratique, la présentation d’outils pédagogiques, des problèmes méthodologiques spécifiques ou des réflexions pédagogiques plus générales.

Deux formats différents sont attendus :

  • contributions orales de 15 à 20 minutes accompagnées d’un texte ;
  • posters donnant lieu à des courtes présentations de 5 à 10 minutes.

Calendrier

Date limite pour l’envoi des propositions de communication (sous la forme d’un résumé d’une page) : samedi 22 novembre 2014.

Notification d’acceptation des propositions : lundi 8 décembre 2014.

Textes définitifs à envoyer le lundi 2 février 2015.

La journée d’étude aura lieu au printemps 2015, à Paris ou en région parisienne. Les modalités précises d’organisation seront précisées ultérieurement.

Contact

jequanti2015[at]gmail.com

Voir le texte de cet appel en ligne sur Quanti : http://quanti.hypotheses.org/10002

Et au format PDF : http://quanti.hypotheses.org/files/2014/10/EnseignerQuanti2015.pdf

Comité d’organisation

Pierre Blavier (ENS Cachan, CMH-ETT), Jérôme Deauvieau (UVSQ, Printemps), Frédéric Lebaron (UVSQ, Printemps), Pierre Mercklé (ENS Lyon, CMW), Etienne Ollion (SAGE, Université de Strasbourg), Anton Perdoncin (ENS, CMH–ETT, IDHES–ENS Cachan), Thibaut de Saint Pol (IDHES, ENS Cachan).

Séminaire quantitativisme réflexif 2014-2015

L’objectif de ce séminaire est d’ouvrir une réflexion sur les pratiques de quantification mises en oeuvre par les sciences sociales, en particulier sur les opérations de qualification, les différentes méthodes de traitement, et l’interprétation des résultats. Quelles sont les limites de validité des énoncés adossés à des données quantitatives ? Comment et pourquoi articuler données « qualitatives » et « quantitatives » ? Comment passer de sources « qualitatives » à des données quantifiables ? Telles sont les questions qui guideront les activités du séminaire cette année.

Cette initiative s’inscrit dans un contexte de regain d’intérêt, dans diverses disciplines des sciences sociales, pour la quantification, et d’importance croissante de la preuve statistique comme outil de gouvernement. Par ailleurs, l’ENS Cachan étant depuis peu partenaire de l’EQUIPEX CASD (Centre d’Accès Sécurisé Distant aux données), il importe de constituer une communauté de chercheurs qui
puissent se saisir des opportunités ouvertes par cet équipement, et développer une réflexion et une pratique collectives sur la quantification.

Les séances s’organiseront principalement autour de la présentation de recherches abouties ou en cours, afin d’examiner les différents moments des opérations de quantification :

  • sélection des sources et construction de corpus
  • codage
  • constitution de bases de données
  • traitements statistiques
  • interprétation des résultats

Programme

Vendredi 17 Octobre 2014 – Rendre compte de l’économie carcérale à partir de la Statistique Pénitentiaire (1882-1910)

Melchior Simioni, ENS Cachan

Vendredi 21 Novembre 2014 – Comment sortir de prison ? Une analyse économétrique de la semi-liberté et de la récidive

Anais Henneguelle, IDHES, ENS Cachan

Vendredi 12 Décembre 2014 – Représenter, modéliser et interpréter l’espace social à l’aide des modèles de classes latentes : le cas des pratiques de dépense

Ivaylo Petev, Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST-GENES

Vendredi 23 Janvier 2015 Analyser des trajectoires professionnelles. Le cas des migrants de Tunisie en région parisienne de 1956 aux années 1980

Anne-Sophie Bruno, CRESC, Université Paris Nord

Vendredi 13 Février 2015L’espace social des goûts culturels en France: questions de quantification

Nicolas Robette (Printemps, UVSQ, INED) et Olivier Roueff (CRESPPA-CSU)

Vendredi 13 Mars 2015 Étudier les trajectoires d’hommes et de femmes énarques à partir de dossiers conservés par l’ENA : saisie, codage, traitements

Elsa Favier, CMH-ETT, ENS

Vendredi 10 Avril 2015 : Construire des données statistiques au coeur d’une enquête ethnographique. Les enjeux d’une analyse statistique collective de la justice des affaires familiales (séance exceptionnellement de 15h à 17h)

Céline Bessière (IRISSO, Paris Dauphine, CMH-ETT), Sybille Gollac (IDHES, Paris Ouest, CMH-ETT) et Hélène Steinmetz (Université du Havre, CMH-ETT)

Vendredi 29 Mai 2015 : Au-delà des big data. Sciences sociales et données numériques

Etienne Ollion, SAGE, Université de Strasbourg

Vendredi 26 Juin 2015 : Le longitudinal en question : appariement optimal vs. modèles de survie dans l’analyse de carrières de travailleurs immigrés

Anton Perdoncin, ENS, CMH-ETT, IDHES-Cachan

 

Informations pratiques

Les séances ont lieu le vendredi, de 14h30 à 16h30, ENS Cachan, Bâtiment Laplace, salle Pollack (2e étage), sauf mention contraire dans le programme.

Contacts : Christian Bessy christian.bessy@ens‐cachan.fr/ Anton Perdoncin aperdonc@ens-cachan.fr / Thibaut de Saint Pol thibaut.desaintpol@ensae.fr