Méthodes quantitatives pour l’historien

Au printemps dernier est paru dans la collection « Repères » de la Découverte un formidable petit guide des Méthodes quantitatives pour l’historien, écrit par Claire Lemercier et Claire Zalc. Je n’ai pas pu en rendre compte à l’époque dans liens socio, parce qu’on m’aurait certainement soupçonné de copinage éhonté… Vous pourrez y lire en revanche le compte-rendu de Philippe Cibois, et le compte-rendu de Frédéric Abécassis. Mais ici, ce n’est pas la même chose : QUANTI est aussi fait pour saluer et faire connaître le travail des ami-e-s, surtout quand il est, objectivement, aussi remarquable ! Et puis, toute aussi remarquable est leur initiative de doter le livre d’un « booksite » : un « site compagnon » qui reprend le plan du livre, et qui est truffé de conseils bibliographiques complémentaires, de présentations de logiciels, de trucs et astuces, d’exemples d’analyses… c’est ici : http://www.quanti.ihmc.ens.fr/. Mais revenons au livre…

A l’évidence, l’objectif premier du « Repères » des deux Claires est d’accompagner les historiens « débutants » dans leur découverte des méthodes quantitatives mobilisables dans leur discipline. Cela dit,  il n’en est pas moins, aussi, un outil précieux, au-delà de l’histoire, pour toutes celles et tous ceux qui sont à la recherche d’un bon guide d’introduction aux usages des méthodes quantitatives en sciences sociales. En effet, l’effort est constamment fait de produire un texte lisible, mettant la découverte des outils, parfois complexes pourtant, à la portée de celles et ceux que le manque de familiarité avec les instruments mathématiques et statistiques pourrait rebuter : aucune difficulté particulière, aucune formalisation excessive ne vient faire obstacle à la lecture.

Au contraire, il faut saluer l’équilibre, dont l’ouvrage fait constamment preuve, entre la présentation des outils, l’illustration empirique, l’exploration de leurs avantages et de leurs inconvénients, ainsi que des précautions d’utilisation à mettre chaque fois en œuvre. Et il faut saluer aussi la façon dont les deux auteures ne rechignent pas à faire « entrer dans la cuisine » méthodologique leurs lecteurs : dans ce registre, j’ai particulièrement apprécié, par exemple, les « Dix Commandements de la saisie »…

Cela dit, l’effort pédagogique ainsi maintenu tout au long de l’ouvrage n’a pas été obtenu au prix d’une excessive réduction des ambitions et des informations apportées. Au contraire, je suis même persuadé que des étudiants mieux armés sur ces questions, et même des collègues mobilisant ou enseignant les méthodes quantitatives dans leurs recherches, pourront prendre comme moi beaucoup de plaisir à lire cet ouvrage, et lui trouver une grande utilité : pour comprendre certains principes de ces méthodes, aussi pour mieux voir les difficultés qu’elles peuvent poser, et enfin pour y « emprunter » certaines formulations particulièrement suggestives qui leur en faciliteront l’enseignement et la transmission à leurs propres étudiants.

Enfin, en plus d’être un très bon ouvrage d’initiation aux méthodes quantitatives en sciences sociales, c’est évidemment une excellente introduction, pour les historiens et pour les autres, à « l’histoire quantitative » : après, justement, un premier chapitre consacré à un panorama historique des succès et des remises en cause des approches quantitatives en histoire, le livre de Claire Lemercier et Claire Zalc offre un très utile panorama de ce que les différents outils statistiques peuvent apporter aux historiens : de l’exploration d’un corpus de textes ordonnés historiquement avec l’analyse textuelle des données à l’analyse dynamique des réseaux sociaux, en passant par les fonction de survie et l’Event History Analysis, c’est au total une formidable introduction à la mesure de la temporalité qui est proposée aux lecteurs. C’est aussi pour cela, c’est surtout pour cela, que cet ouvrage ne saurait en aucune façon être réservé aux historiens ; il devrait, par exemple, être chaudement recommandé aussi aux sociologues soucieux de rendre compte des principes de transformation des phénomènes qu’ils étudient.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *