Séminaire Quantitativisme Réflexif 2015-2016

Illustr_SQR

L’objectif du Séminaire Quantitativisme Réflexif (SQR) est d’ouvrir une réflexion sur les pratiques de quantification mises en œuvre par les sciences sociales, en particulier sur les opérations de qualification, les différentes méthodes de traitement, et l’interprétation des résultats.

Quelles sont les limites de validité des énoncés adossés à des données quantitatives ? Comment et pourquoi articuler données « qualitatives » et « quantitatives » ? Comment passer de sources « qualitatives » à des données quantifiables ? Telles sont les questions qui guideront les activités du séminaire cette année, à partir de présentations de recherches abouties ou en cours.

SQR s’inscrit dans un contexte de regain d’intérêt, dans diverses disciplines des sciences sociales, pour la quantification, d’importance croissante de la preuve statistique comme outil de gouvernement, et de l’émergence de grandes bases de données, posant des problèmes spécifiques de traitement et d’analyse. Il y a donc nécessité à développer une réflexion et une pratique collectives sur la quantification en sciences sociales.

Programme

13 novembre 2015Comptages, modélisations, généralisations : éléments sur l’usage ethnographique des méthodes quantitatives, Julien Gros (CMH, EHESS, Université Paris Dauphine)

11 décembre 2015Analyse longitudinale et ethnographie au présent : le cas des durées d’hospitalisation en psychiatrie, Julien Bourdais (Cermes, Université Paris Descartes)

15 janvier 2016 – When « Facts » Matter : New Keynesian Models and the « Real World », Francesco Sergi (CES, Université Paris Panthéon-Sorbonne)

12 février 2016Faire preuve avec le chiffre : le cas des expérimentations aléatoires en économie, Arthur Jatteau (Printemps, UVSQ, Université Panthéon-Sorbonne)

18 mars 2016Network Analysis of a Complex Reginal Cluster: Measurement, Visualization and Triangulation from Organization Theories, Tsutomu Nakano (Ayoama Gakuin University, Tokyo)

8 avril 2016 Présentation de l’Enquête nationale sur les Ressources des Jeunes, Laura Castell (Insee), Mickaël Portella (Drees), Raphaëlle Rivalin (Drees)

13 mai 2016 – Situer les titulaires d’un diplôme étranger dans l’espace socioprofessionnel français. Exemple d’utilisation de la nomenclature des PCS à son niveau le plus détaillé, Pauline Vallot (CSE, EHESS, CREST)

10 juin 2016Construire et interpréter des statistiques sur l’espace social soviétique : propriété et transmission familiale dans la banlieue moscovite (1945-1985), Jacques Petitier (IDHES, ENS Cachan)

Informations pratiques

Les séances ont lieu le vendredi, de 14h30 à 16h30, ENS Cachan, Bâtiment Laplace, salle Pollack (2e étage) – Plan d’accès

Contacts : Christian Bessy christian.bessy@ens‐cachan.fr/ Anton Perdoncin aperdonc@ens-cachan.fr / Thibaut de Saint Pol thibaut.desaintpol@ensae.fr

Crédit Image : XKCD, http://xkcd.com/759/

Analyse des données du web et des réseaux sociaux : rendez-vous à Lille !

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la 27ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (plus connue sous le nom de « Quantilille ») aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 27 juin au jeudi 4 juillet 2013.

Cette année, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle : le premier sera consacré à l’analyse quantitative des données de l’Internet, et il sera coordonné par Dominique Cardon ; quant au second, il sera consacré à l’analyse des réseaux, et il sera coordonné par Pierre Mercklé et Julie Pagis. Tous les cours dans ces deux modules seront donnés en français.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 15 mai 2013). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Par ailleurs, l’ECPR devrait offrir des bourses à des étudiants rattachés à des institutions membres (au sens large) de l’ECPR pour participer à cette école d’été. Nous recontacterons les candidats qui se seront dits intéressés par ces bourses quand la procédure ECPR sera ouverte.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

– soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

– soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jean-gabriel.contamin@univ-lille2.fr), Julie Pagis (pivoineju@hotmail.com), Etienne Penissat (etienne.penissat@gmail.com) et Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com).

Au plaisir de vous retrouver à Lille à la fin du mois de juin !…

affiche_2013

Et pourtant, ils mentent…

Âges déclarés et sites de rencontres : une procédure de collecte automatisée de données sur internet

Ce billet fait suite au tour d’horizon des techniques de collecte automatisée de données sur le web, publié récemment sur ce site. Il offre un exemple commenté de collecte automatique de données via R. D’autres sont disponibles sur le carnet Data Sciences Sociales.

Lire la suite

Comment récupérer des données d’enquêtes sur les pratiques culturelles ?

Par Sandrine Desmurs, Chloé Manceau et Guillaume Rouvière

Ce billet est le récit d’une mission confiée aux quatorze étudiants du Master “Architecture de l’information” de l’ENS de Lyon, dans le cadre du cours “Enquêtes, Statistiques, Modélisation” animé par Pablo Jensen et Pierre Mercklé. Il s’agissait d’identifier et de collecter des corpus de données sources correspondant aux résultats d’enquêtes sur les pratiques culturelles en France et à l’étranger. L’objectif final de nos travaux est d’analyser les logiques de différenciation sociale et de transformation historique de ce que l’on appelle aujourd’hui “éclectisme” ou “omnivorisme” culturel. Ces notions d’éclectisme et d’omnivorisme culturels ont pour origine les travaux menés par Peterson et ses collaborateurs dans les années 90. Pour vous faire une idée plus précise, vous pouvez lire l’article de Peterson intitulé “Le passage à des goûts omnivores : notions, faits et perspectivesou bien l’article “Changing Highbrow Taste : From Snob to Omnivore”, co-signé par Peterson et Kern1. Le propos du présent billet est de partager avec les lecteurs de Quanti un état des lieux des enquêtes disponibles, qui pourra servir de guide à toutes celles et tous ceux qui souhaitent analyser statistiquement les loisirs et les pratiques culturelles2.

Nous avons décidé de ne pas nous censurer et, quitte à ramener du bruit, de chercher tous azimuts les enquêtes qui ont trait de près ou de loin aux pratiques culturelles. A l’aide de multiples requêtes (exemple de mots-clés : “enquête”, “culture”, “pratiques culturelles”, etc.) formulées sur les moteurs de recherche habituels, nous avons obtenu beaucoup de résultats provenant de différentes sources. Les grandes institutions de la statistique publique apparaissent évidemment, en particulier le site de l’INSEE et le portail de la statistique publique, et bien sûr le site du « DEPS », le service des études du Ministère de la Culture. Des agences culturelles, comme l’ARALD, ou la Cité de la Musique sont également présentes. La plupart des enquêtes ainsi repérées sont également recensées sur les portails “traditionnels” d’archivage et de diffusion des données : en France, le Réseau Quételet ; en Grande-Bretagne, ESDS ; en Europe, Eurostat ; ou encore aux Etats-Unis, CPANDA.

Au total, nous avons recensé près de 25 enquêtes traitant des pratiques culturelles.

Pour autant, l’accès aux données sources de toutes ces enquêtes n’est pas aisé : les analyses et les commentaires sont pléthore, mais l’accès aux données est parfois impossible ou soumis à certaines conditions. Dès lors, l’éventail des sources se resserre sur trois cas de figure : l’accès libre aux données, l’accès modéré et l’accès refusé.

Les enquêtes en accès libre

Dans le premier cas, les données sont librement téléchargeables, sans restriction d’accès. C’est par exemple le cas de l’enquête “Histoire de vie – Construction des identités” réalisée par l’INSEE en 2003. Dans cette enquête, les activités culturelles sont envisagées en lien avec la construction identitaire. Les questions portent dans un premier temps sur les réseaux de sociabilité, puis sur les passions individuelles. Les résultats sont rassemblées dans un fichier “individu”  comprenant 808 variables et 8403 observations, disponible aux formats Beyond et dBase. Le format dBase a l’avantage d’être portable : il est supporté par la grande majorité des systèmes de gestion de bases de données, et aussi par les principales applications d’analyse des données. Le nombre de variables pouvant être contenues dans un fichier dBase est limité à 256. Il en faudra donc 4 pour contenir les 808 variables de l’enquête. Les fichiers Beyond ont l’inconvénient de n’être visualisables qu’à partir du logiciel homonyme, uniquement disponible sur PC-Windows.

Parmi les enquêtes françaises en accès libre, citons également l’EPCV3 « Participation culturelle et sportive » de 2003, particulièrement pertinent pour notre sujet d’étude. Cette enquête a été réalisée par l’INSEE, en partenariat avec le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative et le Ministère de la Culture et de la Communication, et a pour objectif de “ mieux cerner et mesurer les différentes formes de participation à la vie culturelle et sportive […], de rendre compte de la diversité des situations”. Elle vise aussi à “mieux connaître les personnes pratiquant telle activité culturelle ou sportive grâce à une description très précise du ménage et de l’individu”. Les données de cette enquête sont proposées au format dBase, en trois fichiers : un fichier MÉNAGE de 5 626 enregistrements et 83 variables qui regroupe les indicateurs sociaux ; un fichier INDIVIDU de 13 740 enregistrements et 35 variables qui donne les caractéristiques socio-démographiques des individus du ménage ; un fichier  KISH  de 5 626 enregistrements et 462 variables, qui décrit les pratiques culturelles et sportives de la personne Kish (la personne du ménage qui a été tirée au sort et qui répond à l’enquête). Ce fichier est lui-même scindé en  deux : la première partie correspond aux pratiques culturelles, la seconde aux pratiques sportives.

Ailleurs qu’en France, les données des enquêtes répertoriées sur CPANDA (archive interactive de données publiques sur la politique artistique et culturelle aux États-Unis) sont également accessibles sans condition. Elles peuvent être interrogées dans un formulaire de recherche via les champs : titre, sujet, auteur, mots-clé, éditeur, titre du journal. L’internaute peut accéder aux questionnaires des enquêtes, aux données, téléchargeables dans différents formats.  Il est notamment possible de récupérer toute la série des enquêtes sur les pratiques culturelles et artistiques des Américains (Survey of Public Participation in the Arts, SPPA), effectuées tous les cinq ans  depuis 1982 par le National Endowment for the Arts (NEA).

Les enquêtes en accès sous conditions

L’accès sous conditions implique la création d’un compte d’utilisateur et une explicitation de la démarche de recherche. Les données sont alors — éventuellement — remises après examen des termes de la demande. Le Réseau Quételet fonctionne de cette façon, et précise à ce sujet ses conditions d’accès aux données. Il faut distinguer deux phases dans l’utilisation des ressources du Réseau Quételet : la consultation du catalogue des données disponibles d’une part, et la récupération des fichiers d’autre part. La navigation dans le catalogue est libre d’accès, c’est seulement au moment de la commande des données qu’il faut s’identifier. On accède alors à un formulaire de recherche et de commande des données.

Le cas de l’enquête “Loisirs – France métropolitaine”  (1987-1988) nous permet d’identifier la procédure suivante : l’enquête est produite par l’INSEE, diffusée par le Centre Maurice Halbwachs – ADISP, et accessible sur le réseau Quételet. Le site du Centre Maurice Halbwachs donne une description précise de l’enquête et expose la méthodologie adoptée. On peut également y télécharger les questionnaires. Le réseau Quételet quant à lui est l’instance qui régule la diffusion des données quantitatives.  Pour obtenir des données sur ce réseau, il est donc nécessaire de s’inscrire. Pour cela, il faut indiquer quelle est sa catégorie d’utilisateur (chercheur, enseignant chercheur, doctorant ou étudiant de masters français ou étrangers) et décrire son projet de recherche.

Le site du réseau Quételet permet ainsi d’accéder aux données de très nombreuses enquêtes, et notamment à celles des fameuses enquêtes sur pratiques culturelles des Français, réalisées par le Ministère de la Culture depuis 1973. On peut également accéder aux données de l’enquête longitudinale sur les univers culturels des adolescents, réalisée entre 2002 et 2008, également par le Ministère de la culture. Le site du réseau Quételet est l’un des plus grands fournisseurs de données d’enquête pour la France. Les grandes enquêtes, recensements et autres bases de données issues de la statistique publique française, les grandes enquêtes françaises provenant de la recherche y sont répertoriées. Enfin, notons que le réseau Quételet offre également un accès privilégié à des enquêtes internationales.

Les enquêtes inaccessibles

Enfin, il arrive que l’accès aux données soit impossible. C’est le cas des enquêtes menées par des entreprises privées, comme l’enquête « Votre vie en musique » (2005) conduite par la TNS-SOFRES en partenariat avec la SACEM, où il n’est pas possible de récupérer les données sources. C’est le cas également des enquêtes conduites par Médiamétrie qui concernent notamment les audiences des principaux médias (télévision, radio mais aussi Internet) puisque leur accès est verrouillé. Au total, pour près de la moitié des enquêtes que nous avions identifiées à l’origine (12 sur 25), le téléchargement des données n’est pas proposé. En général, seul le téléchargement d’un document PDF contenant des chiffres-clés, assortis d’analyses et de commentaires sur les contenus, est possible.

Il arrive également que des enquêtes de la statistique publique ne soient pas disponibles non plus. L’enquête sur « Les publics du spectacle vivant », réalisée par l’INSEE en 2003, est un bon exemple : les données ne sont pas récupérables car  le téléchargement n’est pas proposé. En réalité, l’accès aux données est restreint car les différents établissements culturels ayant contribué à la collecte des données sont libres d’en fixer les conditions de réutilisation (cf Loi n° 78-753). En contrepartie, l’État a mis en place la création de sites comme data.gouv.fr et Etalab qui permettent la diffusion des données. Seulement, les établissements culturels ne sont pas obligés d’y participer. Par conséquent, aujourd’hui, seules la Bibliothèque Nationale de France et la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg y publient une partie de leurs données4

L’heure du bilan

Sur les 25 enquêtes identifiées par nos recherches, les données de douze d’entre d’elles s’avèrent donc inaccessibles. Six seulement sont en accès libre, et sept accessibles sous conditions. La question de cet accès aux données mériterait d’être développée. Elle permettrait notamment d’identifier précisément des différences de pratiques suivant les continents (par exemple, la politique de l’Open Data menée aux États-Unis qui vise l’accès illimité aux données gouvernementales), la nature et les intérêts des commanditaires (recherche, exploitation commerciale, etc.)

Notre recherche s’est tournée vers des enquêtes qu’on pourrait qualifier de “traditionnelles” (passation d’un questionnaire, identification d’échantillons représentatifs, etc.). À l’heure des réseaux sociaux et autres portails de catalogage, les serveurs web regorgent de bases de données exploitables. Par exemple, nous avons pris contact avec les membres de l’équipe du site Babélio (réseau social destiné à partager des bibliothèques personnelles et des listes de livres) pour leur demander l’accès vers leurs corpus de données portant sur les pratiques de lecture des abonnés mais nous n’avons pas obtenu d’autorisation de leur part. Cette plateforme peut en effet fournir des informations complètes concernant la pratique de la lecture des abonnés.

Finalement, le web devient aujourd’hui une source de données quantitatives de plus en plus exploitée par les chercheurs via la collecte automatique des données5. Une idée à exploiter pour une prochaine mission…

 Sandrine Desmurs, Chloé Manceau et Guillaume Rouvière, pour les étudiants en Master Architecture de l’Information de l’ENS de Lyon.

Annexe : Liste des données d’enquêtes disponibles

France

Enquêtes sur les pratiques culturelles des Français

Ministère de la Culture, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS)

(1973, 1981, 1988, 1997 et 2008)

Accès : http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/08resultat.php

 

Enquête sur les loisirs

INSEE, 1987-1988

Accès : http://www.cmh.ens.fr/greco/enquetes/XML/lil-0093.xml

 

Enquêtes culturelles en France – Histoire de vie

INSEE, 2003

Accès : www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?ref_id=fd-hdv03

 

 

Enquête EPCV « Participation culturelle et sportive »

INSEE, 2003

Accès : http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?ref_id=fd-parcul03

 

Enquête sur les loisirs des 6-14 ans

Ministère de la Culture, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS)

(2001-2002)

Accès : www.cmh.greco.ens.fr/enquetes/XML/lil-0311.xml

 

Enquête Univers culturels des enfants et des adolescents

Ministère de la Culture, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS)

2002-2008

Accès : www.cmh.greco.ens.fr/enquetes/XML/lil-0547.xml

 

Etats-Unis

Survey of Public Participation in the Arts (SPPA)

National Endowment for the Arts (NEA), tous les 5 ans depuis 1982

Accès : http://www.cpanda.org/cpanda/getDDIsummary.xq?studyID=a00080

 

General Social Survey (GSS), module « Culture »

National Opinion Research Center, Université de Chicago, 1993, 1998 et 2002

Accès : http://www.cpanda.org/cpanda/getDDIsummaiy.xq?studyID=a00079

 

Europe

Eurobaromètre 56.0 : Information and Communication Technologies, Financial Services, and Cultural Activities (Eurobaromètre sur la participation des Européens aux activités culturelles)

Eurostat, 2001

Accès : http://info1.gesis.org/dbksearch19/SDESC2.asp?no=3625

 

Enquête ISSP « Leisure Time and Sports »

International Social Survey Programme (ISSP), 2007

Accès : http://info1.gesis.org/dbksearch19/SDESC2.asp?no=4850

 

Espagne

Encuesta de hábitos y prácticas culturales (Équipements et pratiques culturelles)

Ministère de la Culture espagnol en collaboration avec TINES (Instituto nacional de estadística), 2006-2007

Accès : http://www.mcu.es/estadisticas/MC/EHC/2006/Presentacion.html

 

Italie

Tempo libero e cultura (Temps libre et culture), I cittadini e il tempo libero (Le citoyen et le temps libre), Cultura, tempo libero e nuove tecnologie (Culture, temps libre et nouvelles technologies)

Istituto nazionale di statistica (Istat), 1995, 2000 et 2006

Accès : http://www.istat.it/it/archivio/5538

 

Aspetti della vita quotidiana (Aspect de la vie quotidienne), module « Culture, sociabilité et temps libre » (Cultura, socialità e tempo libero)

Istituto nazionale di statistica (Istat), depuis 1993

Accès :http://www.istat.it/it/archivio/4630

 

Pays-Bas

Amenities and Services Utilization Sumeys (AVO)

Netherlands Institute for Social Research (SCP), tous les 5 ans à partir de 1979

Accès : http://www.scp.nl/english/Research_and_Data/Main_surveys

 

Royaume-Uni

Général Household Survey, module « Sport et loisirs » (Sport and Leisure)

Office for National Statistics (ONS), 2002-2003

Accès : http://www.esds.ac.uk/flndingData/ghs.asp

 

ONS Omnibus Survey, Attendance and Participation in the Arts Module

Office for National Statistics (ONS), 2003-2004

Accès : www.esds.ac.uk/findingData/snDescription.asp?sn=5155

 

  1. La construction des mesures de l’éclectisme dans les différentes enquêtes trouvées fera l’objet d’un prochain billet. []
  2. Pour un commentaire et un panorama plus détaillés des enquêtes françaises et internationales sur les pratiques culturelles, on peut ensuite se référer à la récente contribution de Philippe Coulangeon, à laquelle ce billet doit beaucoup : « Les enquêtes sur les pratiques culturelles et les loisirs », in Chenu Alain et Lesnard Laurent (dir.), La France dans les comparaisons internationales. Guide d’accès aux grandes enquêtes statistiques en sciences sociales, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, pp. 85-101. []
  3. Enquête permanente sur les conditions de vie. []
  4. Voir le billet de Lionel Maurel sur la diffusion des données culturelles. []
  5. Voir l’article d’Alexandre Hobeika et Etienne Ollion dans ce carnet : « Vers une “data-sociologie” ? Tour d’horizon des techniques de collecte automatisée de données sur le web », http://quanti.hypotheses.org/647/. []

Vers une « data-sociologie » ? Tour d’horizon des techniques de collecte automatisée de données sur le web

Ces vingt dernières années ont vu le développement de techniques et d’outils informatiques qui permettent d’automatiser la collecte et la mise en forme de données, en particulier celles provenant d’internet[1]. Plus puissantes et plus faciles d’accès, ils sont aussi de plus en plus utilisés dans de nombreuses professions. Leur diffusion intéresse donc les chercheurs en sciences sociales, à la fois parce qu’elles permettent de collecter rapidement des informations sur divers aspects du monde social, mais aussi parce qu’elle conteste un peu plus leur monopole dans la production de données quantitatives. On se propose ici de réaliser un rapide tour d’horizon sur cette question qui souligne le potentiel, et évoque certains enjeux, du recours croissant à ces méthodes pour nos disciplines1.

Lire la suite

  1. Le billet suivant présente un exemple simple de collecte automatisée de données dans des annonces sur un site de rencontres : http://quanti.hypotheses.org/724/. []

Le Réseau Quételet adopte Nesstar

Les Archives de Données Issues de la Statistique Publique (ADISP) du Centre Maurice Halbwachs et le Centre de Données Socio-Politiques (CDSP), deux partenaires du Réseau Quételet, mettent en ligne un certain nombre de leurs enquêtes via un serveur Nesstar.

Initialement développé dans le cadre d’un projet européen en vue de doter les sciences sociales d’un outil de diffusion adapté aux données statistiques, le logiciel Nesstar (Networked Social Science Tools And Resources) est aujourd’hui utilisé dans la plupart des centres d’archivage de données au niveau international. Il permet de documenter les données selon la norme internationale DDI (Data Documentation Initiative) et de les diffuser par Internet, accompagnées de leurs métadonnées, c’est-à-dire de toutes les informations nécessaires à leur (ré-)utilisation.

En plus des métadonnées déjà accessibles, le serveur Nesstar permet surtout d’accéder à l’information au niveau de chaque variable (intitulé de la question, modalités de réponses et tris à plat). Aucune inscription n’est nécessaire pour la consultation de la documentation. En revanche, le téléchargement des jeux de données n’est pas possible à partir de ce serveur, vous devez toujours les commander depuis le portail des données du réseau Quetelet.

Pour accéder aux enquêtes en ligne du Réseau Quetelet :

Serveur Nesstar-ADISP et Serveur Nesstar-CDSP

La Statistique Générale de la France disponible au format Excel

Statistique générale de la FranceLe Centre de Recherches Historiques et son équipe en charge des enquêtes collectives annoncent la mise en ligne de la Statistique Générale de la France, qui constituent une masse d’informations démographiques, sociales et économiques sans équivalent, couvrant un long XIXe siècle.

Dans les années 1980, Emmanuel Le Roy Ladurie et François Furet, tous deux membres du CRH, avaient pu obtenir l’accès aux données anciennes de la Statistique Générale de la France (SGF), qui était l’ancêtre de l’INSEE. En partenariat avec une équipe de l’Université Ann Arbor du Michigan, ils ont alors initié un vaste programme de mise en valeur de ces données, qui aboutit ajourd’hui avec la mise en ligne d’une imposante série de corpus de données décrivant l’état de la population française de 1851 à 1921, le mouvement de cette même population de 1800 à 1925, l’enseignement primaire, secondaire et supérieur de 1829 à 1897, le territoire national et la population française de 1800 à 1890.Ces données proviennent des résultats des recensements de la population, de la série « Mouvement de la population » publiée par la « Statistique générale de la France », d’un volume « Territoire et population » de la Statistique de la France, d’une série de rapports publiés par le ministère de l’Instruction Publique, et enfin d’ouvrages intitulés « Résultats statistiques du recensement des industries et professions » publiés par le « Service du recensement professionnel » pour ce qui concerne les données du recensement des industries.

Les données, disponibles gratuitement au format Excel, ainsi que leur présentation et leur description, font l’objet d’un numéro spécial de la revue électronique L’Atelier du centre de recherches historiques, que vous pourrez trouver à cette adresse :

http://acrh.revues.org/index2890.html

Vers un « Open Data » français ?

Alors que la ville de Paris vient de lancer ParisData (voir ce billet), il semble que le gouvernement français envisage à son tour de créer bientôt un « Open Data », autrement dit un dépôt de données statistiques publiques libres d’accès, sur l’exemple du data.gov américain. Etalab, le tout nouveau service interministériel en charge de développer ce futur laboratoire de la « transparence de l’Etat », doit en effet lancer une version bêta du site avant la fin de l’année 2011, probablement à l’adresse data.gouv.fr (mais pour l’instant, celle-ci n’est pas encore active).

Qu’est-ce que l’Open Data ? Il s’agit de proposer à tous, par l’intermédiaire d’un portail unique, un accès libre, gratuit et simplifié (autrement dit, dans des formats faciles à utiliser) à toutes les données produites par les administrations publiques. Que pourra-t-on y trouver ? S’agissant de la France, ce n’est pas encore déterminé, mais il est possible de se faire une idée du champ des possibles en explorant la version américaine, due à une initiative pionnière prise par Barack Obama juste après son élection en 2008 pour accompagner sa politique de « transparence » de l’action publique. Sur le portail américain, on peut ainsi trouver, et ce n’est pas une liste exhaustive : les enregistrements des secousses sismiques des sept derniers jours dans le monde entier, les relevés quotidiens de la qualité de l’air et de l’eau sur tout le territoire américain, les données « surveys of public participation in the arts » depuis 1982 (les équivalents américains de nos enquêtes sur les pratiques culturelles des Français), les statistiques de délivrances de visas, les listes électorales et les résultats d’élections, les résultats des enquêtes internationales PISA sur l’éducation…

En attendant donc la fin de l’année 2011, on ne peut qu’espérer que les données ainsi mises à disposition seront aussi extensives, et surtout qu’elles seront bien, sans contestation possibles, au service de l’avènement de cette « République irréprochable » promise par le candidat Nicolas Sarkozy, et que le président du même nom tarde un peu à mettre en place…

Liens utiles

ParisData, l’OpenData de la ville de Paris
http://opendata.paris.fr

Data.gov, l’OpenData américain
http://www.data.gov

Ressources : cartographie, ParisData, blog sur R

Un petit «billet bookmark» pour vous signaler trois ressources qui pourront intéresser certains :

  • ParisData est un projet résultant de la politique OpenData menée par la ville de Paris. Il permet d’accéder directement à des données relatives à la ville (listes d’équipements…) et à des fonds de carte (bâti, relief…), le tout sous une licence très ouverte.
  • Alea est un blog relatif à l’utilisation du logiciel R, plus particulièrement dans les sciences sociales (oui oui, il s’agit bien d’une séance éhontée d’autopromotion !).

Du nouveau du côté du Réseau Quételet : la base de questions

Le Réseau Quételet est chargé en France d’une mission extrêmement précieuse, puisque c’est l’organisme qui s’occupe de l’archivage et de la diffusion des bases de données des grandes enquêtes statistiques françaises. Grâce à lui, des dizaines d’enquêtes sont ainsi conservées, documentées, et mises à la disposition des chercheurs et des étudiants.

Après s’être doté d’un nouveau site internet (voir ce billet précédent), le Réseau Quételet se dote maintenant d’un nouvel outil, développé par le CDSP, et destiné à faciliter l’exploration des données : la « base de questions », puisque c’est ainsi qu’il s’appelle, permet la recherche dans le texte des questions, les modalités de réponse, les noms et les étiquettes de variables, d’une partie des enquêtes du catalogue de données. Les questions et les variables de la plupart des enquêtes archivées au CDSP sont notamment disponibles dans ce moteur de recherche.

Voici par exemple une recherche sur le terme « musique »…

Base de questions

A l’occasion du lancement de ce nouvel outil de recherche, le Réseau Quetelet organise une journée consacrée aux bases de questions. Ce workshop aura lieu le vendredi 28 janvier 2011 à Sciences Po Paris. Vous pouvez en trouver le programme et vous inscrire ici.